Blue Note : Revisited

https://i1.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/2/7/0724359797724.jpgNote :

http://www.myspace.com/bluenotefrance

Sortie : 2004
Style : Electro Jazz , Remix

Tracklist :

1. Oriental Folk Song (La Funkmob) Wayne Shorter

2. La Malanga (Kenny Dope) Bobby Hutcherson

3. Kudu (Kyoto Jazz Massive) Eddie Henderson

4. Lansanna’s Priestess (Dj Spinna) Donald Byrd

5. Won’t You Open Up Your Senses (4 Hero) Horace Silver

6. Los Alamitos Latinfunklovesong (Bugz In The Attic) Gene Harris

7. Young Warrior (Madlib) Bobbi Humphrey

8. Oblighetto (J Dilla) Brother Jack Mcduff

9. The Emperor (Dj Cam;Erik Truffaz) Donald Byrd

10. Footprints (Dj Mehdi) Wayne Shorter

11. Song Of Will (Jazzanova) Eddie Gale

12. A Time To Remember (Osunlade) Grant Green

13. Caravan (Herbert) Michel Petrucciani

DOWNLOAD1.gif

 

 

C’est un peu la force et la faiblesse de Blue Note France : ce réflexe devenu habituel de conjuguer le prestigieux et surtout très classe catalogue du label (internationalement connu) avec l’électronique. Façon subtile et systématique de présenter la chose :  » nous revisitons l’esprit du jazz : l’improvisation, à travers les sons du futur…  » Or, on a beau chercher, l’improvisation sur ce recueil est bien la dernière des préoccupations du label. Tout est effectivement calculé et formaté comme il faut, jusqu’à la pochette, brandée avec une robe de Rafael Lopez et des bottes Gucci.

Même peine concernant  » les orfèvres de la scène électro actuelle  » côté remixeurs : Kyoto Jazz Massive, 4 Hero, Jazzanova, Bugz In The Attic… Le risque du label est vraiment relatif ! Si Donald Byrd prend des accents sacrément « La Croisière s’amuse’ quand DJ Spinna y apporte sa touche, celle de Truffaz et de Cam prend des tournures de déjà vu, gobant le morceau d’origine. Dans ce tableau sans surprises, on ne peut que saluer la performance toujours remarquable de Madlib sur Bobbi Humphrey, jubilatoire ! Reste la polémique que suscite Herbert sur un morceau que l’on peut qualifier d’intouchable : était-ce vraiment la peine de hacher « Caravan’ de cette manière avant-gardiste, alors que ce morceau constamment revisité par son père était si fluide et si magique lorsqu’il était joué sur son légendaire Steinway ? De la poudre aux yeux électronique ce recueil, rien de plus…

Dude

permalink

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :