Archive for avril 7th, 2010

avril 7, 2010

Escaso Aporte – Balas & Llamas

https://i1.wp.com/www.escasoaporte.cl/media/2009/05/escaso-aporte-balas-llamas.jpg

Note :

 

http://www.escasoaporte.cl

http://www.myspace.com/escasoaporte

 

Sortie : 2006

Style : Ska , Latino, Reggae

Tracklist :
1. Escaso Dub Style
2. Falsa Democracia
3. La Casa de la Muerte
4. Lamentos (Balas Que Condenan)
5. Balas y Llamas
6. Clave 22
7. Te Están Esperando
8. Intro a Todo Lo Que Sube
9. Todo Lo Que Sube
10. L levao De Apuro

DOWNLOAD1.gif

 

« ESCASO APORTE es una banda de rock formada en 1997, en La Florida, Santiago de Chile. En su música mezcla rock, ska, reggae, punk, ritmos afrolatinos como cumbia, salsa, merengue, y otros estilos; sus letras apelan a la conciencia y crítica social. Sus tocatas son conocidas por ser verdaderas fiestas eufóricas, y cuenta con numerosos seguidores (la “Hinchada”). En el año 2002 lanzan su primer disco, “EA!”, y en 2006 el segundo, “Balas & Llamas”.

El grupo se ha hecho conocido en el circuito de bandas independientes gracias a su participación en numerosas y multitudinarias presentaciones en vivo, junto a diversas bandas, entre las cuales destacan Los Jaivas, Santo Barrio,Los Miserables, Fiskales Ad-hoc, Sandino Rockers, La Floripondio, Guachupé, Juanafé, La Conmoción, Chico Trujillo, Las Manos de Filippi, entre otros. Parte importante de las presentaciones de la banda es también su participación permanente en actividades y eventos de organizaciones sociales, ganándose el respeto y cariño de mucho público.

Durante 2006 la banda decide tomar el camino profesional, desarrollando para esto una rigurosidad mayor en lo musical y una organización planificada, adquiriendo un compromiso y voluntad de trabajar para vivir de nuestra actividad como banda. »

permalink

 

avril 7, 2010

Sonya Spence – In The Dark

https://i1.wp.com/www.tradebit.com/usr/mp3-album/pub/9002/552/552269/55226971.jpg

Note :

 

Sortie : 197x

Style : Reggae Groove Lover

 

Tracklist :

Jet Plane
It Hurts To Be Alone
I Love You So
Damn Him
Make Love To Me In The Dark
No Charge
Peace And Unity
When
Why Did You Leave Me
Give Thanks

Producer : Sonia Pottinger
Arranger : Rad Bryan & Sonia Pottinger

Remixing Engineer : Errol Brown
Recording Engineer : Errol Brown

Vocals : Sonia Spence
Backing Vocals : Marcia Griffiths & Judy Mowatt
Drums : Sly Dunbar
Bass : Ranchie
Guitar : Rad Bryan
Piano : Ansel Collins
Organ : Ansel Collins
Horns : Vin Gordon & Herman Marquis & Tommy McCook

DOWNLOAD1.gif

 

Un album calme , serein emmener par la douce voix de Sonya , accompagner de quelques légende du Reggae Roots Sly Dunbar , Ansel Colins . Une gallette reggae groovy lover pour se détendre !

PEACE ! JAH RASTAFARAÏ !

by DJ DemonAngel

 

avril 7, 2010

Alexis Korner – The Lost Album

https://i1.wp.com/alexis-korner.net/lost.jpg

Note :

 

http://alexis-korner.net

http://www.myspace.com/alexiskorner

 

Sortie : 1977

Style : Blues , Soul , Groove

 

Tracklist :

1. Lend Me Some Time (Korner) 3:48
2. Daytime Song (Korner) 4:44
3. New Orleans (Korner/Hodgkinson) 2:49
4. Medley
Hit The Road Jack (Mayfield) ~ Working In A Coalmine (Toussaint) 5:01
5. Honour The Young Man (Korner) 2:49
6. The Road Is The Road (Korner) 4:05
7. Sweet Sympathy (Korner) 4:24
8. The Gambler (Andrew) 4:37
9. To Whom It May Concern (Korner) 3:27

 
Alexis Korner: vocals, guitar
Jim Diamond: backing vocals
Jimmy Litherland: guitar
Danny McIntosh: guitar
Cliff Williams: bass
Graham Broad: drums

Produced, engineered and mixed by Dave Anderson
Cover design: Gunther Kempf

DOWNLOAD1.gif

 

Alexis Korner, 19 avril 1928, Paris – 1er janvier 1984, Londres. De son vrai nom Alexis Koerner est l’un des grands maîtres du blues britannique. Il est guitariste et chanteur de jazz, blues et rhythm and blues britannique . Pionnier du rhythm & blues blanc et électrique anglais, il a accueilli au sein de sa formation The Blues Incorporated de futurs membres des Rolling Stones, The Bluesbreakers, Cream, Led Zeppelin, etc.

permalink


 

avril 7, 2010

Magical Power Mako – Super Record

https://i1.wp.com/www.japrocksampler.co.uk/images/artist_fullsize/747.jpg

Note :

 

Sortie :1975

Style : Rock Folk Psyché

 

Tracklist :

Magical Power Mako – Super Record – 01 – Andromeda – 5.53
Magical Power Mako – Super Record – 02 – Tundra – 3.13
Magical Power Mako – Super Record – 03 – Silk Road – 4.18
Magical Power Mako – Super Record – 04 – Woman In South Island – 2.36
Magical Power Mako – Super Record – 05 – Pink Bitch (Lalala) – 6.46
Magical Power Mako – Super Record – 06 – Rock Baby In Meadow – 3.27
Magical Power Mako – Super Record – 07 – Majorica Resistance Song – 6.48
Magical Power Mako – Super Record – 08 – Cosmos Sandglass – 3.39
Magical Power Mako – Super Record – 09 – Sound, Mother Earth – 6.44

DOWNLOAD1.gif

The second (and all-time best) Mako album, originally issued by Japanese Polydor in 1975; there have been a couple Japanese CD reissues of this in the past, which are no longer available. One of the key documents of Japanese underground psychedelic music, presented in truly sublime fashion. Although MPM went on to record 20+ more records after this one, he would never exceed the spatial exuberance of Super Record. From the liner notes: « Mako’s music possesses a certain strange kind of texture. It’s certainly is what they call rock, but contains elements that we can’t describe so succinctly. It clearly goes beyond the various genres of music, and while full of them all, it sends forth a fierce glow. This ‘Super Record’ shows Mako looking down upon the earth from above, wandering through Alaska and Siberia, the Near East, Okinawa, and South America. Adding to the variety of folk music of India, Turkey, and Russia, his mandolin or Taisho koto, and especially his marvelously performed guitar, expressing fully the odor of the soil and mankind’s universality. »

permalink

 

avril 7, 2010

Clelia Vega – Silent Revolution

https://i1.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/2/2/3526186610224.jpg

Note : +

 

http://www.myspace.com/cleliavega

 

Sortie : 2010

Style : Alternative , Trip Hop , Folk

 

Tracklist :

1. Stories people have (are not to tell)

2. Monster

3. Silent revolution

4. Summer days

5. Children in the trees

6. In her hands

7. On my own

8. Woman

9. Old lady wishes

10. Teeth

11. Are not

DOWNLOAD1.gif

 

 

Il est toujours difficile chez nous, enfants de l’électrique à tout va, de s’étendre sur un album tel que ce “Silent Revolution”, de lui offrir les mots appropriés. Pas forcément le vocabulaire, ni même les bonnes références… Pourtant, on ne pouvait passer sous silence ce premier disque de Clelia Vega qui, dès la première écoute et par un pouvoir émotionnel incommensurable, rase toutes les chapelles auxquelles on pensait à jamais appartenir.

Bercée très jeune par la musique d’un père guitariste au sein des Nuclear Device, groupe punk emblématique des années Béruriers Noirs, la demoiselle a plus volontiers pris le chemin inverse en s’abandonnant à la musicalité du piano, en composant très vite pour son propre compte, jusqu’à noircir des kilomètres de papier qui deviendront plus tard ses premières chansons. Mais pas d’amalgame: n’allez pas crier avoir trouvé la nouvelle Norah Jones parce que Clelia chante ses douceurs au piano.

En effet, c’est plutôt du côté du folk, de Regina Spektor, Cat Power, Portishead ou Joanna Newsome – pour n’en citer que quelques-uns – qu’il faut aller chercher la raison de la diversité musicale de ce bluffant “Silent Revolution”. Car Clelia Vega n’est pas une songwritter lisse et inoffensive: la fragilité et la douceur qui émanent de chacune de ses chansons vous serrent à la gorge comme pour mieux vous faire définitivement comprendre que sous ces bouts de doigts agiles se cachent des griffes prêtes à faire couler le sang.

Rarement toutes réunies au sein d’un même album, la mélancolie, la rage intérieure, des mélodies à tomber, et l’émotion continue ne seront pourtant pas seules à contribuer à cette belle réussite. Cyesm, producteur electro déjà auteur de plusieurs albums solo, et Rity (guitariste de Powell et de Drive In Static Motion) sont venus mettre leur grain de sel, parfaire de riches arrangements pour moderniser ce que le couple piano / violoncelle d’origine aurait pu très vite condamner au domaine du classique.

Une bonne idée car, si la mancelle parvient sans mal à se passer d’eux parfois (les sublimes “Stories People Have Are Not To Tell” et “On My Own”), tous deux lui offrent une toute autre dimension (”Old Lady Wishes”), peut être même les armes pour ne pas vieillir trop vite (”Woman”), et s’en aller piétiner d’autres territoires de chasse gardée (Emilie Simon sur “Summer Days”) qu’elle pourrait bien finir par s’approprier. Aucun doute, si jeune et si talentueuse, Clelia Vega peut désormais entrevoir avec ce “Silent Revolution” un horizon bien dégagé, peut être même un futur qui ne se conjuguera pas sans elle.

permalink

avril 7, 2010

Bill Laswell & Sussan Deyhim – Shy Angels

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/04/front.jpg?w=300

Note :

 

http://www.myspace.com/billlaswell

http://www.sussandeyhim.com

http://www.myspace.com/sussandeyhim

 

Sortie : 2002

Style : Electro Dub , Downtempo , World , Alternative Fusion , Ambient , Electroacoustic

 

Tracklist :

1. the candle and the moth (5:42)
2. bade saba (11:33)
3. daylaman (4:12)
4. meykhaneh (5:24)
5. navai (5:18)
6. negara (4:18)
7. gereyley (6:46)
8. hamcho farhad (2:15)

 

original musicians:
richard horowitz – strings & sample arrangement on #2
reggie workman – acoustic bass
reza derakhshani – tar, setar, kamanche, ney
dawn avery – cello
glen velez – daf
hearn gadbois – zarb
michael harrison – tamboura

additional musicians:
abegasu shiota – electric piano
karsh kale – drums, tabla, programming
bill laswell – bass, synthesizer
zakir hussain – tabla
hamid drake – drums, tabla
aiyb dieng – chatan
abdou mboup – percussion

DOWNLOAD1.gif

 

 

Reconstruction and mix translation of Sussan’s masterwork « Madman Of God » by the legendary musical pioneer, Bill Laswell.
« Shy Angels » is Bill Laswell’s reinterpretation of the entire « Madman of God » album, in which Sussan Deyhim presents her uniquely personal reading of divine love poems by Rumi, Saadi and other Persian Sufi masters.

 

Bill Lashell has taken Sussan Heyhim’s brilliant Madman of God album, pushed the finally crafted traditional instrumentation down in the mix, and slapped on top a naff disco drum beat with no sensitivity to the rhythmical comlpexities of the original music and singing. The result is a travisty. Worse still, record stores now only seem to stock this monstrosity, and not the original version. Nevertheless, I urge you to steer well clear of this cd and search out the original.

by John

permalink

avril 7, 2010

Dextro – Winded

https://i0.wp.com/i41.tinypic.com/2zswk7q.jpg

Note :

 

http://www.dextro.co.uk

http://www.myspace.com/dextrotransmission

 

Sortie : 2009

Style : Electro Ambient

 

Tracklist :

01 Closer
02 The Pacifist
03 Momentary
04 The Unknown
05 Ilm
06 Sanna
07 Ring Cycle
08 Pillar
09 Distance

DOWNLOAD1.gif

Dextro, ou Ewan Mackenzie, navigue entre l’Angleterre et l’Ecosse pour diffuser sa musique depuis 2004. Un premier album prometteur et remarqué, Consequence Music paru en 2006, lui a permis de se faire remarquer par des pointures tels que Clark ou Alias. Ces deux derniers ont d’ailleurs gratifié le britannique de deux remixs de haute volée sur son EP Hearts & Minds. Dextro sort ses albums sur son propre label 16k. On ignore encore si une filiation existe avec le très pointu label 12k. Comme il le précise sur son Myspace, Dextro n’est pas un DJ. Tant mieux. Amateur de guitares cristallines et de pianos apaisants, le Britannique ne rechigne pas à être assisté par les ordinateurs pour réaliser son électronica lunaire et aventureuse. Sa musique, dotée d’un important potentiel ascencionnel, évoque des cîmes enneigées et des territoires vierges. Rarement l’alliage entre post-rock et électronica n’a semblé si réussi. Des guitares donc, tantôt mélodiques, graciles ou saturées, viennent accompagner cette odyssée en territoire électronique. Même si nombreux seront ceux qui cèderont à la facile comparaison avec les Islandais de Sigur Ros, Dextro se singularise clairement par son important éventail de textures et de sonorités environnementales. Des voix presque chimériques apparaissent de temps à autre, entre un effet de pédale et un larsen. Comme sur le sublime Sanna, on se croirait tel William Wallace chevauchant seul au coeur des Highlands écossais. Même si les titres The Pacifist, The Unknown ou encore Pillar se distinguent plus particulièrement, l’album dans son ensemble enchantera les amateurs de post-rock lumineux et d’electronica aérienne. Cet album est déjà disponible depuis le mois de juin en format digital. Il faudra encore attendre quelques jours pour se procurer la version physique. Ceci est bien plus qu’un conseil, une véritable invitation.

par Ed Loxapac

permalink

 

avril 7, 2010

Gonjasufi – A Sufi And A Killer

https://i1.wp.com/media.paperblog.fr/i/280/2801373/gonjasufi-sufi-and-killer-L-1.jpeg

Note :

 

http://gonjasufi.com

http://www.myspace.com/gonjasufi

 

Sortie : 2010

Style : Alternative , Abstract ,Fusion , Psyché , Electro

 

Tracklist :

01. (Bharatanatyam)
02. Kobwebz
03. Ancestors
04. Sheep
05. She Gone.
06. SuzieQ
07. Stardustin’
08. Kowboyz&Indians
09. Change
10. Duet
11. Candylane
12. Holidays
13. Love Of Reign
14. Advice
15. Klowds
16. Ageing
17. DedNd
18. I’ve Given
19. Made

DOWNLOAD1.gif

 

« I wish I was a sheep instead of a lion », chante Gonjasufi sur la plus belle plage de son premier album. On va le contredire d’entrée de jeu : avec l’ovni qu’il vient de signer, ce rasta laineux – en arabe, ‘sufi’ veut dire ‘laine‘ – n’est pas près d’entrer dans un troupeau de moutons. Gonjasufi, kezako ? Derrière cet improbable pseudonyme se cache un homme aux atours tout aussi peu avenants : allure défoncée, voix embrumée, idées radicales. Il en faut plus pour effrayer les petits gars de chez Warp, enclins comme on le sait à cultiver la différence et placer l’autisme créatif sous les projecteurs. Celui qu’on appelle Sumach Ecks dans le civil a donc bénéficié d’un solide pied à l’étrier, et il faudrait être sacrément dur de la feuille (de ganja) pour imaginer un instant l’esquisse d’un piston. Parce que le type a un fameux coup de pinceau. Partageant l’esprit chercheur, voire frondeur, de nombre de ses frères d’écurie, il s’en faudrait même de peu qu’il ne leur dame carrément le pion.

Adepte d’un blues crasseux comme le pratiqueraient les chanteurs de rue de l’Amérique fauchée, Gonjasufi y incorpore un nombre incalculable d’éléments qui dénotent une culture musicale polymorphe et un héritage cosmopolite. Ainsi, d’une plage à l’autre, on passe aussi aisément d’une ambient éthérée à un funk vicelard que du punk new-yorkais aux lampions de Bollywood. Il faut l’entendre pour la croire, cette musique qui doit autant au rock garage qu’à l’abstract hip-hop, empruntant ici un beat arabisant à DJ Muggs (Ancestors), ailleurs la corde éraillée mais sensible de feu Jay Reatard (She Gone), piquant un riff aux Stooges (Suzie Q) ou pillant – comme tout le monde – la science du groove d’Isaac Hayes (Change). Le plus incroyable étant que toutes les influences précitées sont totalement digérées et s’intègrent à la perfection à l’univers sonique de Gonjasufi, si atypique qu’il en devient, paradoxalement, ultracodifié.

À l’occasion, le yogi de Mojave – s’il faut en croire la mythologie naissante autour de ses origines – troque même son chant asthmatique contre un flow old skool (Klowds, classe comme un bon Mos Def), mais globalement son timbre est à situer quelque part entre la nonchalance d’un Horace Andy sous Xanax, la rugosité débonnaire de Seasick Steve et la grâce d’un Devendra barbon. L’année dernière déjà, Honkeyfinger avait tenté, et échoué à produire ce genre de disque total, où la fièvre du blues de Jon Spencer le disputerait à l’insanité mentale des fondamentalistes de la lo-fi. Non seulement Gonjasufi y parvient, mais il adjoint en sus l’intransigeance rythmique de Clinic et la force de persuasion martiale du Wu-Tang Clan. Incroyable, qu’on disait.

Prenant à la lettre l’adage selon lequel « il faut de tout pour faire un monde », Sumach construit donc le sien en réalisant, avec quelques complices bien choisis – Flying Lotus était derrière la console pour l’enregistrement de certains morceaux – un hold-up monumental. Dès lors, le bémol coule de source : voulant – à tout prix ? – embrasser un éventail stylistique trop large, le bonhomme se disperse inévitablement. Et 19 titres, même en moins d’une heure, ça laisse des traces. On ne va pas se priver de béer pour autant face à la razzia rasta, qui rend vaine toute tentative descriptive. Au fond, l’album se résume à l’antinomie de son titre. Le soufisme est ce courant philosophique et mystique de l’Islam qui prône une forme d’extase collective. En nous y conviant de si magistrale façon, Gonjasufi perpètre une véritable tuerie.

par Laurent

permalink

 

avril 7, 2010

The Black Box Revelation – Set Your Heard On Fire

https://i1.wp.com/www.inthenews.co.uk/photo/the-black-box-revelation-set-your-head-on-fire-$7032400$300.jpg

Note :

 

http://www.blackboxrevelation.com

http://www.myspace.com/theblackboxrevelation

 

Sortie : 2008

Style : Alternative Rock , Garage , Psyché , Blues

 

Tracklist :

1. I Think I Like You
2. Love In Your Head
3. Gravity Blues
4. Never Alone / Always Together
5. Stand Your Ground
6. Love, Love Is On My Mind
7. Set Your Head On Fire
8. Dollars Are Sweet, They Say
9. Beatbox Revelation Pt.1
10. Cold Cold Hands
11. We Never Wondered Why
12. I Don’t Want It
13. Misery Box

DOWNLOAD1.gif

 

Parmi les groupes belges dont on parle de plus en plus il y a The Black Box Revelation. Après un premier EP en 2006, le groupe présente ici son tout premier album studio dont le mixage a été réalisé à Los Angeles par Greg Gordon qui a notamment officié auprès de Wolfmother. Quant au mastering, il a été réalisé par Fred Kevorkian (Iggy Pop, U2, The White Stripes) à New York. C’est dire si le groupe était entre de bonnes mains.

The Black Box Revelation sont en quelque sorte nos White Stripes à nous. Ce duo guitare/batterie rappellent Jack et Meg White. D’ailleurs cela se ressent musicalement. C’est bourré d’énergie malgré qu’ils ne soient que deux. Incroyable

 ! Ils ont même un net avantage sur les Américains, le jeu de batterie de Dries Van Dijck est d’une bien plus grande qualité que celui de Meg White.

Le compositeur des chansons est le chanteur et guitariste Jan Paternoster. Sûr qu’il a dû écouter les albums des White Stripes et qu’il doit les aimer. Son jeu de guitare souvent disjoncté séduit. Son chant prend aussi les couleurs de Jack mais cela ne s’arrête pas là. La manière de chanter se tourne parfois vers Oasis et je dirais même en mieux car il ne finit pas par lasser comme Liam. Un des plus beaux exemples est ce « I Don’t Want It ». Il faut aussi dire qu’il a eu pour coach vocal une certaine Beverly Jo Scott. Cela explique sans doute son assurance. Autres tons de cet opus, ceux de Iggy Pop tant leur rock a aussi un côté punk. Ecoutez « Love, Love Is In My Mind » et « Cold Cold Hands », c’est édifiant !

Ils ont aussi un don pour le bon dosage. Ecoutez « Never Alone / Always Together ». Il est très dépouillé avec pour tout arrangement une batterie légère et une guitare qui sort des riffs habillant le chant, et pourtant il ne manque rien. Côté groove on est servi aussi. Le morceau titulaire est dévastateur avec un mélange de White Stripes et de T.Rex. Et puis même en acoustique ils arrivent à étonner. Ecoutez ce terriblement séduisant « Dollars Are Sweet, The Say » où Dries soutient impeccablement Jan aux backing vocals. Et que dire de « Misery Box » que Jan chante seul avec sa guitare acoustique.

L’hypnotique « Beatbox Revelation Pt.1 » démontre encore si besoin est la créativité du duo. La finesse des effets qui l’habitent émerveille. Et puis, ils ont assuré aussi côté livret. Son design est très bien réalisé et il contient les paroles.

Une moyenne d’âge de 18 ans et déjà un premier opus qui marque. Incroyable non ? La production est impeccable et les morceaux démontrent une bonne dose d’inspiration. Le duo de The Black Box Revelation a vraiment tout pour réussir et une fameuse carte de visite pour s’exporter. Ca y est, nous avons nos White Stripes et ils vont conquérir le monde ! S’ils passent près de chez vous, n’hésitez pas !

per Jean-Pierre Lhoir

permalink

avril 7, 2010

The Q4 – Sound Surroundings

https://i2.wp.com/www.theq4.com/images/q4ss.jpg

Note :


http://theq4.com

http://www.myspace.com/quadraphoniq

 

Sortie : 2010

Style : Abstract Hip Hop Jazz

 

Tracklist :

01. Intro
02. One Of These Days
03. Oscuros Angeles (feat. Curra Suarez)
04. Demagogues (feat. Pax)
05. Look Again
06. Goin’ Down (feat. Terryman)
07. My Own Advice (feat. Unorthadox)
08. Pulse (feat. BLS)
09. Split Personality (Part II)
10. Trouble With Me
11. Trouble Dub (Outro)

DOWNLOAD1.gif

 

Voici enfin la première occasion de parler de Project : Mooncircle, label qui nous va si bien. Basée en Allemagne, son équipe développe des artistes d’un peu partout en Europe et aux Etats-Unis dans des styles aussi bien électronica soignée que rap indépendant intelligent. Pour le découvrir, rien de mieux que de télécharger la compilation distribuer librement sur leur site pour leur 50e publication à la fin de l’an passé et qui présente l’éclectisme maison (voir notre rubrique le coin du son). L’année 2010 commence pour eux avec le premier album de The QuadraphoniQuartet, aussi appelé The Q4. Ces trois producteurs hollandais manient les samples et les instruments pour créer des beats soul-jazz d’une formidable richesse. Sound Surroundings frappe d’abord par l’incroyable maturité de ce groupe formé en 2005. Le grain, les sons vintages, les structures… tout est d’une grande finesse et semble avoir à la fois été longuement réfléchi et placé naturellement au bon endroit. Que ce soit sur des instrumentaux ou accompagnés par des chanteurs ou des MC, The Q4 trouve le ton juste, la bonne mesure pour concocter des morceaux originaux et séduisants. Pour preuve, le complexe Trouble With Me, véritable démonstration de production dans une variation de style maîtrisée. Si le groupe a enregistré la majeure partie des instruments, ils sont épaulés par une large brochette d’invités qui a posé scratchs, sax, Rhodes, violoncelle ou sa voix sur bande. Ceci permet d’apporter une certaine diversité d’intervenants tout en gardant une cohérence d’ensemble. De bout en bout, cet album est limpide, faisant même parfois voyager l’auditeur avec le chant cubano de Curra Suarez sur Oscuros Angeles, l’entraînant dans des pensées plus profondes avec la voix de basse de BLS sur Pulse ou rappelant les très bons débuts de RJD2 avec One Of The Days. 40 petites minutes, c’est trop court… on en redemande !

par Tahiti Raph

permalink