Archive for mai 26th, 2010

mai 26, 2010

José James – Blackmagic

https://i1.wp.com/www.soulculture.co.uk/wp-content/uploads/2010/01/jose-james-blackmagic.jpg

Note :

http://josejamesmusic.com

http://www.myspace.com/josejamesquartet

REVIEW CONNECT

Origine : du Groupe : North America

Style : Jazz , New Jazz

Sortie : 2010

Tracklist :

1 – Code
2 – Touch
3 – Lay you down
4 – Promise in love
5 – Warrior
6 – Made for love
7 – Save your love for me
8 – The greater good
9 – Blackmagic
10 – Detroit loveletter
11 – Love conversation feat. Jordana de Lovely
12 – Beauty
13 – No tellin’ (I need you)

00000000000000DOWNLOAD

José James a été révélé au public français en 2008, grâce à son premier album, « The Dreamer ». Un album très Jazz, presque sans concession, si ce n’est à la modernité. « The Dreamer » ne réunit que des instruments Jazz. La formation réunie était composée d’une batterie, d’un piano classique, et d’une contrebasse. Cela aurait pu tomber dans le « déjà vu ». C’eut été sans compter sur le talent extraordinaire de José James, qui mêle les inspirations Jazz les plus pures -Coltrane, Miles Davis, Betty Carter -, Soul – Marvin Gaye -, et Hip-hop – A Tribe Called Quest. Le résultat de ce mélange : un premier album capturant l’essence du Jazz, enrichi de la chaleur de la Soul, et capturant l’air du temps comme un tube hip-hop. Ce n’était que le début, peut-être déjà l’évènement le plus marquant dans le monde du Jazz depuis « Kind Of Blue », de Miles Davis. José James nous livrera, le 10 février, son deuxième album : « Black Magic ». Voici une présentation de ce nouvel album.

A la différence de « The Dreamer », résolument Jazz, « Black Magic » est un charmant petit monstre, très hétérogène, qui mêle des pruductions electro, groovy, soul. Jazz, toujours, avec la reprise de « Save your love for me », un classique. Groovy, « Code », « Lay you down », Black Magic ». L’album est plus urbain. Plus Soul que Jazzy. Difficile à classer, en fait. C’est comme son prédécesseur un album qui mêle beaucoup d’influence, et un album à ne pas rater.

Publicités
mai 26, 2010

Fineprint – Fineprint

https://i1.wp.com/www.imageyenation.com/images/blog-gallery/fineprint-fineprint(mp3).jpg

Note : +

http://fineprintmusic.com

http://www.myspace.com/fineprintmusic

Origine du Groupe : Canada

Style : Rap Fusion

Sortie : 2007

Tracklist :

1. Repeat This
2. What The
3. Wicked
4. Puerto Rico
5. Peace by piece
6. Tied Up
7. Ashby
8. For Reel
9. Raw Deal
10. Untitled

00000000000000DOWNLOAD

Gritty but fun-loving live band Rap from Canada has a name, and it’s name is Fineprint! The Toronto-based trio, comprised of Astonish, San Miguel, and Stutter, get stupid-soulful on their debut self-titled album, with live instrumentation, dirty beats, lo-fi recording techniques and witty raps. « Repeat This » gives me a sort of Madvillian type of vibe, while hearkening back to the days of Biz Markie’s most dusted joints, and the sweet Soul of Stax Records.

permalink

mai 26, 2010

Seasick Steve – Man From Another Time

mai 26, 2010

Rim Banna – April Blossoms

https://i1.wp.com/www.gubemusic.com/static/pub/thumbnail/medium/MEDIA-ELEMENT-404.jpg

Note :

http://www.rimbanna.com

http://www.myspace.com/4rimbanna

Origine du Groupe : Palestine , Syria

Style : Alternative Fusion World , Pop

Sortie : 2009

Tracklist :
1 April blossoms     
2 New moon     
3 The sheperd     
4 Silver fountain     
5 The kitten didi     
6 Sleep, Dolly, sleep     
7 Raindrops on my window     
8 Today is my birthday     
9 The clock     
10 In our orchard     
12 Our donkey     
13 When we become a little bigger     
14 Kul kbeibeh     
15 Mum, you are the dearest     
16 Happy lesser bairam feast     
17 Christmas feast     
18 Baylassan     
19 A sand house     
20 Nura

00000000000000DOWNLOAD

Rim Banna, a Palestinian singer from Nazareth, presents poignant and humorous children’s songs on April Blossoms. Rim’s voice is aided with bass guitar, acoustic guitar, drums, keyboards, bansuri flute, duduk, and oud. All the songs are sung in Arabic. However, song translations are provided from Arabic to English in the liner notes. The songs are so enjoyable that you need not be a child to appreciate it’s musical intricacies. Overall, the melodies and vocalizations are reminiscent of North African singers, in particular, Mauritania’s Malouma. A children’s choir accents some of the songs. Perhaps, the Arabic songs take on a life of their own and instill in the listener a deep level of appreciation. Also, Russian and Turkic elements appear from time to time throughout the album. This is an ideal collection of songs to listen to while relaxing, or spending time with family. April Blossoms is as sweet as it sounds, and it gets sweeter with every listen.

~ Matthew Forss

permalink

mai 26, 2010

Dub Pistols – Rum And Coke

https://i2.wp.com/www.darmowamuza.net/arty/images/duu.jpg

Note : ++

http://merchandized.co.uk

http://www.myspace.com/thedubpistols

Origine du Groupe : United Kingdom

Style : Electro dub , Rap , Fusion , Alternative

Sortie : 2009

Tracklist :

01. Back To Daylight
02. I’m In Love
03. Everyday Stranger
04. Revitalise
05. Ganja
06. She Moves
07. Peace Of Mind
08. Keep The Fire Burning
09. Six Months
10. Song For Summer

00000000000000DOWNLOAD

En attendant le concert des Madness, je vais vous faire découvrir à travers un autre groupe de ska britannique que le 2-tone chers aux londoniens est loin, bien loin d’être mort. D’accord, ça change un peu du heavy metal mais croyez-moi, les Dub Pistols, ils arrachent sa grand-mère!!! Dub Pistols Dub Pistols, l’autre grand groupe ska du Royaume-Uni Les concerts de ska ont la forte réputation de vous faire littéralement « péter le feu », tant l’ambiance y est festive et carnavalesque. Ça tombe plutôt bien pour nous parce que la particularité de nos amis des Dub Pistols, c’est qu’ils sont un carnaval à eux tout seuls. Et au vu de leur 4e et nouvel album, « Rum & Coke », les choses risquent de ne pas s’arranger… et c’est pas plus mal d‘ailleurs. Avec des guests aussi prestigieux que Ashley Slater (de Freakpower), le célébre DJ Justin Robertson, Lindy Layton (de Beats International) ou encore le mythique chanteur de reggae Gregory Isaacs, le duo infernal Barry Ashworth / Jason O’Bryan n’a pas fini de nous surprendre avec un opus, considéré par beaucoup comme le meilleur de leur carrière. Tantôt ska (Revitalise, Ganja ,Peace Of Mind, Six Months), tantôt hip-hop (I’m In Love), parfois un peu électro-funk (notamment sur le single Back To Daylight), un peu pop-rock (Keep This Fire Burning) mais souvent dansantes (comme sur le très latino She Moves), ce petit florilège de tubes est l’album idéal pour cet été 2009. Les cuivres sonnantes et trébuchantes accompagnent très bien la terrible, lourde et incroyable ligne de basse, ce qui donnent un peu plus mélodique à cet album éclectique et fort intéressant pour nos jolies oreilles. Ma palme d’or revient à la très belle balade Song For Summer, mon coup de cœur sur « Rum & Coke », magnifiquement bien interprétée par Ashley Slater et qui est parfaite pour les retours de plages ou alors des festivals d’été… Mais les Dub Pistols, c’est aussi des remixes dance-pop à tendance avant gardistes qui font le bonheur des radios outre-manche telles que celles de U2, Sly & Robbie ou encore dernièrement Lily Allen (le remix de « The Fear » a tourné en boucle chez Annie Nightingale sur Radio 1, l‘une des émissions radio les plus écoutées d‘Angleterre). Si les Dub Pistols débarquent près de chez vous, armés-vous de vos plus beaux pistolets et préparez-vous à jumper comme des malades, ça va faire mal !!!

par Miss Nessie

permalink

mai 26, 2010

Simon Joyner & the Fallen Men – Skeleton blues

https://i2.wp.com/img206.imageshack.us/img206/1296/joynerfq2.jpg

Note : ++

http://simonjoyner.net

http://www.myspace.com/simonjoyner

Origine du Groupe : North America

Style : Blues , Folk , Rock

Sortie : 2006

Tracklist :

1. Open Window Blues
2. You Don`t Know Me
3. Answer Night
4. Medicine Blues
5. Only Living Boy In Omaha, The
6. Epilogue In D
7. My Side Of The Blues

00000000000000DOWNLOAD

« The only thing worse than blacking out is waking up just where you are, » Simon Joyner sings on Skeleton Blues, his tenth proper album, and it’s certainly not the first time that Joyner has made it sound as though he’s best not left alone with his own thoughts.

It seems fortunate then, for him and for us, that on this album he’s rarely left alone, but has instead the full-time backing of his veteran Omaha band the Fallen Men. On such earlier works as 1998’s Yesterday, Tomorrow and In Between or 2004’s Lost With the Lights On, Joyner’s sparse arrangements could cast his long-winded confessionals with an almost sickly, florescent-bulb pallor. Here, though, the Fallen Men feverishly work the bellows, pumping these seven overcast tracks full of unruly rock dynamism. Though their spirited presence virtually ensures Skeleton Blues to be the noisiest album in Joyner’s catalog, it also leavens the bleakness of his visions enough to also make it his most approachable.

Anchored throughout by Michael Krassner’s sturdy piano and Lonnie Eugene Methe’s additional keyboards, Joyner’s chief foils here are the pedal steel and guitars of Dave Hawkins and Alex McManus. On expansive tracks like « Open Window Blues » or « Medicine Blues », this group announce themselves with a vengeance, their furious electric interchanges naturally calling to mind Crazy Horse, as well as the most raucous of Steve Wynn’s post-Dream Syndicate work, or perhaps a looser, more countrified Television.

But at the center of the commotion is Joyner and his dense, poetic narratives. For several long stretches on Skeleton Blues he writes urgent transmissions in the third person, yet this song cycle is too uniformly dire and desolate for any real authorial distance. On the apocalyptic « Open Window Blues » he piles desperate image upon desperate image (« The cicadas forever throb on the fringes of the lens/ While I dance upon this shifting pile of skeletons ») so thickly his tongue can barely keep up. In doing so, he boldly mirrors the breathless cadence of Bringing It All Back Home-era Dylan, with the Fallen Men’s splintered guitars doing their best to keep the comparison flattering.

« Medicine Blues » returns again to these same darkened territories, with one eye fixed on the newspaper headlines (« What color is the ocean after the oil? »). But Joyner’s dread lifts uneasily on tracks like the tender country lament « Answer Night » and on the album’s dramatic centerpiece « The Only Living Boy in Omaha ». Buoyed by cellist Fred Lonberg-Holm’s graceful string arrangements, this latter track is likely the most gorgeous piece Joyner’s ever created, a bittersweet hymn to the imperfect homesteads we’re never fully able to abandon. It’s a vivid portrait of a place and the lives it contains as a recurring dream, as Joyner sings, « Parades, alcohol, and love’s swinging phantoms/ If everything rolls around again, does that mean we are free? » over a veil of strings and pedal steel as pure and aching as a late Great Plains rainstorm.

As always with a Joyner release, the biggest obstacle for many listeners will be his voice. Although at this point he sounds at peace with his vocal restrictions, his narrow range leads to melodies that seem like shadows or suggestions; as usual, his work practically begs to be re-interpreted by a more adventurous or powerhouse vocalist. After the rich opulence of « Only Living Boy », the album’s closing two ballads feel somewhat anti-climactic, Joyner’s narrators searching once again for a brief respite from their downcast isolation, those quiet moments when « a soft light lit in a bedroom can bring a tired traveler to his knees. » Yet with the reliable assistance of the Fallen Men, on Skeleton Blues Joyner is once again able to devise a good number of such transfiguring moments.

Matthew Murphy

permalink

mai 26, 2010

DJ Baku – Spinheddz

https://i1.wp.com/tazz.cocolog-tnc.com/subsonic/images/0601_img01.jpg

Note : ++

http://www.disdefensedisc.com

http://www.myspace.com/djbakujapan

REVIEW CONNECT : 1 & 2

Origine du Groupe : Japan

Style : Abstract Hip Hop , Rap Fusion , DJ

Sortie : 2008

Tracklist :

01 Intro
02 Element for Perfect
03 Ei, O-Oh
04 Cannibal-Mix
05 Skit 1 ∴ Stoned
06 Eat (feat. Hevi)
07 Can There Be Peace
08 Devil Approach
09 Vandalism
10 Skit 2 ∴ 88 Experimental Beat Box
11 Spin Street
12 God, Others, Substance
13 Outro-Ach
14 Kannibalism (feat. MC Kan)
15 畜殺 (The Slaughter) (feat. PRIMAL & RUMI)
16 Vandalism (feat. TAV)

00000000000000DOWNLOAD

Lorsque l’on évoque, brièvement, l’existence d’un éventuel hip-hop made in Japan, il est certain qu’une majorité des sondés répondent « DJ Krush ». De même qu’il est automatique que 90% d’entre eux soient destabilisés lorsque l’on s’aventure un peu plus loin avec un « Oui mais encore? ». Si la barrière de la langue se présente comme une montagne insurmontable pour la plupart d’entre nous, elle n’est en rien responsable des oeillères que nous nous complaisons à conserver. Comme si la galaxie hip-hop se résumait à une seule planète occupant tout l’espace. Que ce soit dit: il existe, ailleurs, d’autres artistes qui méritent un tant soit peu d’intérêt. Au Japon, a fortiori. Bien entendu, il est un cliché diffusé un peu partout qui présente les Nippons comme d’habiles plagieurs de styles développés par le Californien, le New-Yorkais et les autres. Si la singerie se répand avec cocasserie sur les plateaux de télévision et autres shows populaires, il en va de même que n’importe où: dans la rue, en bas, certains s’activent. L’image du Vénérable Ancien s’étant impregnée sur la rétine de petits japonais fans de manipulations platinesques et d’un turntablism débridé, le sol fertilisé par les semences musicales krushiennes aura permis l’émergence de petites pousses prometteuses. Ainsi, l’apparition de multiples scènes japonaises allant du pur classicisme « gangsta » à la déferlante de sons tous plus « expérimentaux » les uns que les autres, avec cette particularité d’un rap souvent peu festif à base d’atmosphères pesantes et graves; forgé sur d’autres valeurs que celle d’une musique noire américaine qui ne lui correspondrait pas vraiment. Abordons ainsi le cas de DJ Baku. Originaire de Tokyo, il découvre le hip hop grâce au film « Juice » (ndlr: un film mettant en scène la vie de 4 lycéens dans un ghetto avec notamment un des rôles principaux joué par Tupac Shakur). Il commence à tâter du vinyl dés 1994. C’est du haut de ses 16 années qu’il arpente les tréfonds undergroundesques de la métropole se mêlant à la déferlante de battles et autres concours de deejaying. Néanmoins, peu doué pour cet exercice, il range bien vite ses aspirations de compétition pour faire la tourner des clubs. C’est ainsi qu’il rencontre Martin et SKE avec lesquels il va fonder le Dis-Defense Disc Crew. S’en suivra un parcours des plus classiques : la production d’une multitude de mixtapes vendues chez les disquaires de Tokyo puis l’émergence d’un label, Dis-Defense Disc. C’est avec lui que Baku va sortir 4 mixtapes puis deux 12″ qui le verront collaborer notamment avec Kan; mc japonais de son état. Mais c’est le DVD « Kaikoo » sorti en juin 2005 qui va le sortir un peu du circuit des sorties condifentielles. En souhaitant mettre en avant une partie de la scène indépendante tokyoïte, Baku va réussir son coup en présentant des artistes peu connus du public. Fort de cette réussite, il se lance dans la création de son premier album solo échoué entre nos oreilles au début de l’été 2006: « Spinheddz ». 16 rounds pour vous clouer au sol. Bien entendu, DJ Baku y fait montre d’une grande maîtrise de son instrument de travail; notamment au travers de scratchs endiablés; toute la panoplie du DJ est exposée durant la petite minute de ‘Intro-LL’. Nous voilà avertis: ça va débarouler sévèrement dans tous les sens pour ne laisser que peu de répit à nos oreilles le temps d’un explicite skit ‘Can There Be Peace?’ (agrémenté de quelques notes de piano) auquel Baku répond « Non » à la volée, par un ‘Devil Approach’ détonant (rythmique endiablée, drums lourdes, distorsions dans tous les sens sur lesquelles viennent se greffer l’écho de différentes voix avant que le morceau ne s’emballe littéralement). Il en va de même sur la majorité des morceaux de l’album… Outre ses prestations aux platines, c’est aussi la qualité des productions de Baku que l’on apprécie; mêlant habilement ses scratchs aux divers sons qu’il exploite de manière jubilatoire sur ‘Cannibal-Mix’ ou sur ‘Eat’; morceau sur lequel pose un certain Hevi dont la voix grave et caverneuse n’est pas sans rappeler celle d’un gros métaleux possédant plus de la bête que de l’humain le temps de 4min25 angoissantes. Ayant vu le jour en maxi au côté de ‘Cannibal-Mix’, ‘Spin Street’ est pour sa part un petit bijou de head-banging. Ce genre de morceau qui fait un malheur dans une salle de concert surchauffée; un beat rythmé agrémenté de samples de divers instruments; Baku jouant à coller et décoller les différents sons sur nos oreilles pour un résultat des plus appréciables. Et ce ne sont pas les prestations des trois seuls MC’s invités pour les ultimes morceaux de l’album qui viendront ternir ce tableau. En particulier ‘Kannibalism’ : survolté de bout en bout, Kan, autrement connu pour son notable essai solo ‘Mitchisilbe’ sorti l’année passée, nous expose tout son talent. En véritable maître de cette cérémonie angoissante, le morceau est une course contre la montre. Accueilli par quelques essouflements, c’est sur une rythmique dure que Kan prend la parole pour ne plus la lâcher. Baku déchaîne les éléments musicaux ; son comparse d’un instant se fondant dans la terrible cacophonie de scratchs et autres distorsions sonores assénée à nos oreilles le temps d’un refrain. L’impression de se faire dévorer le cerveau en près de 4min30. On notera tout de même l’agréable présence de Tav accompagnant un ‘Vandalism’ entendu en cours de route; seul véritable accroc sur la tunique bariolée de Baku; à l’image de la pochette de l’album. « Spinheddz » est un condensé de richesses musicales. Les productions du créateur sont variées, fouillées et ne tournent pas en rond. Le savoir-faire, vinyles en main, du maître de maison impressionne. Baku nous fait voyager avec passion au sein de son propre univers musical bien souvent angoissant, évoluant toujours dans l’urgence… Aucun repos n’est accordé à l’auditeur aventureux. Il va falloir s’armer de courage. Néanmoins, les seize morceaux présents s’enchaînent avec fluidité au rythme de beats courant ventre à terre vers vos oreilles; que ce soit à travers cet exercice déjanté d’un ’88 Experimental Beat Box’, de la douce mélodie de ‘Vandalism’ ou du planant ‘God, Others, Substance’. Et la tête qui tourne à n’en plus pouvoir.

par Newton

permalink

mai 26, 2010

AXMusique – AXMusique (Ep)

https://i1.wp.com/img269.imageshack.us/img269/7101/001custom.jpg

Note : +

http://www.myspace.com/axmusique

http://www.brennnessel.pl

Origine du Groupe : Poland

Style : Electro House

Sortie : 2009

Tracklist :
1 STS 6:49
2 Lane 7:34
3 Tore Nade 5:28
4 Faith 6:54 

00000000000000DOWNLOAD

 

Lascivious Electronic Pop | This is pure electronic energetic pop! Let the saw bassline loose and get the people freaked out with some breathy vocals. The electronic funk will do the rest to set the people in motion and the place on fire. AXMusique is a producer duo who melt sexy electro and minimal house together: Sweating bodies and excited girls guaranteed!

I discovered the excellent Brennnessel Netlabel during our creative commons music carnival in december and stumbled upon AXMusique while surfing their website. AXMusique are an example about how sophisticated electronic pop music can sound. With their release you get four songs filled with hypnotic electro-minimal sound. Fontastique!

permalink