Archive for mai 27th, 2010

mai 27, 2010

Lagbaja – Africano…The Mother Of Groove

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/05/44948-500.jpg?w=200

Note :

http://www.lagbaja.com

http://www.myspace.com/lagbajatide

Origine du Groupe : Nigeria

Style : World Music , Alternative Fusion , Jazz World , Afrobeat

Sortie : 2005

Tracklist :

   1.  Drum Affirmation
   2. Africalypso
   3. Who Man?
   4. Mammoney Homs
   5. Mammoney
   6. Rock Me Gentle
   7. Never Far Away
   8. Aisan
   9. Dream Come True
  10. Scream
  11. Skentele Skontolo
  12. Emi Mimo 

00000000000000DOWNLOAD

Formidable musicien nigérian, Lagbaja représente avant tout un concept musical et politique ; il n’apparaît que masqué et en Yoruba. « Lagbaja » signifie tout à la fois « personne », « quelqu’un », « qui que ce soit  » et « tout le monde ». Sorte de soldat inconnu de l’afro-beat, il est la voix des opprimés sans visage particulier, des hommes et des femmes qui forment la masse multicolore du peuple africain.

permalink

 

Publicités
mai 27, 2010

Davie Allan & The Arrows – Blues Theme

https://i0.wp.com/farm3.static.flickr.com/2405/2176209265_bc9c78f92d.jpg

Note :

http://www.davieallan.com

Origine du Groupe : North America

Style : Rock , Garage , Fuzz , Soundtrack

Sortie : 1967

Tracklist :

   1. Blues theme (from the film « The Wild Angels »)
   2. King Fuzz
   3. William Tell 1967
   4. Theme from Thunderball
   5. Action on the street
   6. Theme from The Wild Angels
   7. Theme from the Unknown
   8. Fuzz Theme
   9. Sorry ’bout that
  10. Ghost riders in the sky
  11. Runaway
  12. High noon
  13. Theme from A summer place 

00000000000000DOWNLOAD

« Blues Theme » is arguably the most famous track by Davie Allan & the Arrows. It was recorded quickly on Mike Curb‘s Tower label for the soundtrack to the move Wild Angels — Peter Fonda‘s first biker flick and just before Easy Rider. With wild, screaming fuzz guitar and a surf beat, it signifies the sound of the L.A. Strip in 1967 and embodies — in its two-minutes-and-ten-seconds — all the cultural elements of its soundtrack — the waning surf scene that traveled it, the muscle cars that roared through its lanes, the dawn of acid-crazed hippies floating down it, and the speed-drenched outlaw biker tribes who haunted it. The rest of the album is a literal pastiche of tracks that were issued under other names, slightly doctored for and from other soundtracks — there were seven between the Arrows‘ first album, Apache ’65, and Blues Theme — or simply renamed. These include « King Fuzz, » an instrumental remake of « The Twirl » by Harley Hatcher; « Theme From the Unknown, » which had several names in earlier releases on 45 rpm’s, and « Fuzz Theme, » that was later re-titled « The Young World, » for the soundtrack to Teen Rebellion. The CD reissue contains the album’s original ten cuts, plus three bonus tracks, all of which are previously unissued — with a smoking read of Del Shannon‘s « Runaway. » The set is brief, but it is all killer, no filler. Sundazed does it again.

by Thom Jurek

permalink

mai 27, 2010

Joe White – Jah Jah Dub

https://i1.wp.com/1.bp.blogspot.com/_3bY5fyL7_6g/SXpYg1AtS9I/AAAAAAAAAi8/nySaddWhr6A/s320/Capa.jpg

Note : ++

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Dub , Reggae Roots

Sortie : 1975

Tracklist :

A1* Jah Jah Dub
A2* Peace Pipe Dub
A3* Underworld Rock
B1* Suzuki Shuffle
B2* Mellow Dub
B3* Roots Dub

00000000000000DOWNLOAD

No comment Just Listen !!! JAH !!!

mai 27, 2010

Nomak – Dynamic Meditation Instrumental Limited

https://i2.wp.com/img04.shop-pro.jp/PA01014/149/product/20191023.jpg

Note :

http://www.myspace.com/nomakofficial

Origine : Du Groupe : Japan

Style : Electro , Abstract Hip Hop , Downtempo

Sortie : 2010

Tracklist :

1. Next Dimension
2. Soarer
3. Feel it All
4. Open Out
5. Never Lost Control
6. Rise Up
7. High Grade Standard
8. The Universe
9. Fluffy Cloud
10. Heartful Memories
00000000000000DOWNLOAD

Trop à la recherche de beats qui dégueulent, j’avais laissé de côté ces derniers temps la musique façon méditation sous un cerisier en fleur dont les beatmakers japonais ont le secret. Enfin pas tant que cela finalement car je ne suis pas passée à côté du nouvel album de Nomak, sorti le 30 avril.

“Dynamic Meditation” est un album instrumental allant du hip hop au jazz en passant par l’abstract, histoire de faire dans la musique contemplative. Et là, je me dis : “putain mais qu’est-ce qu’on fait chier !”. Finalement, il n’y a que le “about” de son site internet qui me fait kiffer. Juste de mots : “terre, naturel, piano, forêt, ciel, musique, cœur”… Pour résumer, musique trop lisse à l’image de la feng shui attitude. Mais de temps en temps, c’est mignon à écouter.

par IkI

permalink

mai 27, 2010

The Dead Weather – Sea of Cowards

https://i1.wp.com/www.voir.ca/blogs/nouvelles_musique/Dead%20Weather%202010.JPG

Note : ++

http://www.thedeadweather.com

http://www.myspace.com/thedeadweather

REVIEW CONNECT

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative Rock , Blues

Sortie : 2010

Tracklist :

01 – Blue Blood Blues
02 – Hussle and Cuss
03 – The Difference Between Us
04 – I’m Mad
05 – Die By The Drop
06 – I Can’t Hear You
07 – Gasoline
08 – No Horse
09 – Looking at the Invisible Man
10 – Jawbreaker
11 – Old Mary

00000000000000DOWNLOAD

Soyons clairs et attaquons avec la même puissance que Jack White (The White Stripes et mille projets), Alison Mosshart (The Kills), Dean Fertita (Queens Of The Stone Age) et Jack Lawrence (The Raconteurs) emploient dans les morceaux de leur troupe : publié moins d’un an après Horehound, son successeur, Sea of Cowards, ne réinvente pas le fil à démarrer la tondeuse rouillée.

Mêmes tons, entre blues encre de chine et crasse de centrale à charbon, mêmes évidentes influences 70’s, efficaces, bouillantes et cracheuses comme un volcan islandais. N’empêche. Pendant les quelques mois qui ont séparé les deux albums, The Dead Weather n’est pas demeuré totalement immobile. Le premier disque n’était que la jam initiale, l’enregistrement presque involontaire de trois surdoués musculeux et d’une fille salace contents de se rouler avec une innocence gamine dans le fioul lourd.

Les trois garçons et la fille ont, depuis, appris à démultiplier et à affiner les possibilités. A aller un peu plus loin, dans chaque domaine. Comme annoncé par White, Sea of Cowards est plus lourd – le massif et méchant Blue Blood Blues ou le formidable premier single Die by the Drop n’annoncent de toute façon pas un poids plume. Plus rugueux, plus abrasif, plus puissant. Plus sobre quand il joue la rêche austérité. Mais bien plus joueur quand le groupe se pique de sortir des microsillons du rock diesel ; on dirait même que des ordinateurs, des Minitel au minimum, ont parfois servi à sa conception.

Il fait des blagues, il fait danser : The Difference Between Us va très carrément chercher sa petite ligne de synthé tubesque chez Smells Like Teen Spirit. Il multiplie les effets étranges sur les voix (la très bizarre Looking at the Invisible Man), tente des rythmiques plus osées, roule des grosses mécaniques plus démentes (I’m Mad).

Plus abouti, mieux conceptualisé, il est enfin encore plus démonstratif sexuellement. Du péché en barre, de la luxure en bouteille, un cauchemar pour le Vatican, trois garçons aux corps caverneux gonflés jusqu’à la rupture jouant aux durs autour de la bombe charnelle Alison. Non, Sea of Cowards n’est pas radicalement différent de Horehound. Il est juste plus. Et c’est déjà pas mal.

 

Par Thomas Burgel
mai 27, 2010

Ror Shak – Deep

https://i1.wp.com/www.urb.com/uploads/reviews/cd_reviews/Ror-Shak_Deep_Daredo.jpg

Note :

http://www.myspace.com/r0rshak

Origine du Groupe : North America

Style : Electro , Drum & Bass , Downtempo

Sortie : 2007

Tracklist :

1. Lisa’s Song – Feat. Lisa Shaw
2. Fate or Faith – Feat. Julee Cruise
3. A Forest – Feat. Chantel Claret
4. Golden Cage – Feat. Julee Cruise
5. Rescue Me – Feat. Wendy Starland
6. Interlude # 1
7. Be There
8. Love & Pride – Feat. Wendy Starland
9. Heist
10. I Don’t Want (A Remake) – Feat. Julee Cruise
11. Window Pain – Feat. Julee Cruise
12. Trust (Alternative Mix) – Feat. Mark Holmes

00000000000000DOWNLOAD

While Kosheen took drum’n’bass to the mainstream club and Pendulum twisted it into something approaching fist-pumping, arena rock, Ror-Shak want to become the Zero 7 or Röyksopp of drum’n’bass. Members DJ DB and Shaun Morris bring the genre into the lounge on their debut album, Deep, a laid-back and often spacy effort that works best in the background thanks to some cringe-worthy words. Luckily, these producers have great taste in vocalists with Naked Music veteran Lisa Shaw supplying the soul while David Lynch’s muse Julee Cruise supplies the previously mentioned spaciness. Morningwood frontwoman Chantal Claret does an excellent job on this slowly building cover of the Cure’s « A Forest, » but it’s the lesser known Wendy Starland who comes in first with her jazzy, Billie Holiday inspired voice gracing two cuts. Ror-Shak’s rich, warm soundscapes and their infectious drum’n’bass rhythms would be just as listenable as instrumentals, so even with all the beautiful voices, Deep would be better off stripped of some hippy, trippy, and trite words.

by David Jeffries

permalink

mai 27, 2010

Nas & Damian Marley – Distant Relatives

mai 27, 2010

David Hillyard and the Rocksteady 7 – Get Back Up!

http://photos-f.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/genericv2/70/67/01AwcAX6ttLPUAtaMBAAAACnfbnEk:.jpg

Note : +

http://www.myspace.com/davidhillyardrocksteady7

Origine du Groupe : North America

Style : Reggae , Instrumental , Jazz , Ska

Sortie : 2009

Tracklist :

01 – Get back up!
02 – Death ride
03 – Change of plans
04 – Ca’purange
05 – Esta tarde
06 – 7 years of plenty
07 – RNA
08 – Sunny
09 – Greedy
10 – Soul thing for Ray
11 – Trouble sleep yanga wake am

00000000000000DOWNLOAD

Tenor and soprano saxophonist, David Hillyard is one of the innovators of the American ska scene. His group, the Rocksteady 7, mixes instrumental Jamaican roots rhythms and extended jazz improvisation. His new cd GET BACK UP! is a blinding tour de force of his Jamaican Jazz conception. David Hillyard has played with Hepcat and the Slackers. El saxofonista tenor y soprano David Hillyard es uno de los innovadores de la escena ska estadounidense. Su grupo, The Ropcksteady 7, mezcla ritmos instrumentales roots jamaicanos y extensivas improvisaciones de jazz. Su nuevo cd GET BACK UP! Es un deslumbrante tour de force a través de su concepción del Jazz Jamaicano. David Hillyard Ha tocado con Hepcat y Slackers.

permalink

mai 27, 2010

Daughter Darling – Sweet Shadows

https://i0.wp.com/images.uulyrics.com/cover/d/daughter-darling/album-sweet-shadows.jpg

Note :

http://www.daughterdarling.com

http://www.myspace.com/daughterdarling

Origine du Groupe : North America

Style : Trip Hop

Sortie : 2003

Tracklist :

1. Broken bridge
2. Shattered
3. Let me speak
4. Absconding
5. Mermaid
6. Sad & Lonely
7. Things untold
8. Voodoo Games
9. You won’t see me
10. Sweet shadows
11. Dust in mind
00000000000000DOWNLOAD

Au programme ici, un trip-hop des plus classiques, mélodieux à souhait et mené habilement par une voix féminine. La voix c’est celle de Natalie Walker rappellant celle de Dido, mais ici mise en valeur sur des morceaux tout de même plus recherchés. Piano, cordes, guitares, scratches, batterie et autres instruments servent de fond sonore à la demoiselle qui s’y met en avant non sans talent, avec une mention spéciale pour le morceau  » Sad & Lonely « . Un groupe américain à la croisée d’Hooverphonic, Lamb et Sneaker Pimps.

Par Thibaut

permalink

Colorblind by Daughter Darling

mai 27, 2010

Lyrics Born – Everywhere At Once

https://i1.wp.com/discosalt.com/blog/wp-content/uploads/2009/05/lyrics-born-everywhere-at-once.jpg

Note :

http://www.lyricsborn.com

http://www.myspace.com/lyricsborn

Origine du Groupe : North America

Style : Hip Hop , Funk , Rap Fusion

Sortie : 2008

Tracklist :

01. Intro Tag
02. Don’t Change
03. Hott 2 Deff
04. Differences feat. Joyo Velarde & B’Nai Rebelfront
05. Cakewalk
06. Shoe Hoes Anonymous (skit)
07. I’m A Phreak
08. I Like It, I Love it
09. The World Is Calling
10. Top Shelf
11. Is It The Skin I’m In?
12. Homeland Security (skit)
13. Do U Buy It?
14. Rules Were Meant To Be Broken (Remix)
15. Whispers
16. I Can’t Decide (Everywhere At Once)
Bonus Tracks:
17. Re-Intro
18. Let Me In, Let Me Out feat. Tommy Guerrero (Remix)

00000000000000DOWNLOAD

Avec le temps, la musique de Quannum est devenue moins intrigante que par le passé. Aux innovations et à la fougue du début, a succédé un adult rap bon enfant, un hip hop pour les vieux imprégné de funk et de rock rétro, fort certes d’un grand savoir-faire, d’une ouverture d’esprit rare, d’humour, d’intelligence, mais infiniment plus neutre et plus fade qu’un The Album de Latyrx ou qu’un Nia de Blackalicious. Et il s’en faut de peu pour que les sorties du collectif ne soient plus suivies avec la même assiduité qu’il y a huit ou dix ans. Mais n’allons pas refaire un procès qui a déjà eu lieu sur ces pages, il y a quelques années, à propos de « Later That Day ». Non, voyons le bon côté des choses. Puisqu’une fois expurgé d’une bonne moitié de ses titres, cet album de funk rap tout plein de vrais instruments vaut encore bien le premier Gnarls Barkley venu.

Parmi quelques titres d’un funk molasson tout juste bon pour l’aerobic (« Hott 2 Deff », « Cakewalk », « I’m a Phreak ») et une poignée de skits humoristiques (ce « Shoe Hoe Anonymous » où le rappeur se met en scène dans un groupe de parole), après un exercice r’n’bisant convenu où Lyrics Born et Joyo Velarde, couple à la ville, discutent des différences irréductibles entre hommes et femmes (« Differences »), surgissent quelques plages nettement plus réjouissantes : cet « I Like It, I Love It » entraînant pour de bon, dans la droite lignée d’un « Lady Don’t Tek no », ce « The World is Calling » qui sait user avec succès de choeurs féminins, ce « Do U Buy It » aux faux airs de B52’s, cet « I Can’t Decide » où le rap de Lyrics Born n’a jamais autant ressemblé à celui de Cee-Lo et ce remix tout en guitares de « Let Me In, Let Me Out ». Tout un tas de titres groupés au coeur de l’album et qui donnent corps aux envies de fête de Lyrics Born.

Alors maintenant vous savez quoi faire. Acheter l’album, l’expurger des titres en trop en le copiant sur votre lecteur MP3, et jouir de ce qui reste, toutes choses égales par ailleurs, comme du rap amplement supérieur au tout-venant.

Par Sylvain Bertot

permalink