Archive for juin 1st, 2010

juin 1, 2010

Rajery – Fanamby

https://i1.wp.com/pic20.picturetrail.com/VOL172/9333837/22502925/380133911.jpg

Note :

http://www.myspace.com/rajery

Origine du Groupe : Madagascar

Style : World Music

Sortie : 2001

Tracklist :

1- Misahotaka Ny Akama
2- Realy
3- Sarotra Ny Miaina
4-Mandry Ve?
5- Ny Fitiavako
7- Vonjeo
8- Mainte
9- Vavaka
10- Gasikara
11- Hanatra
12- Mamy Kha

Musiciens / Band
Rajery (Germain Randrianarisoa) : valiha, chant
Jean Charles Razanakoto : guitare, chant
Raymond Rakotoarisoa : percussions, chant
Tôty (Olivier Andriamampianina) : guitare basse, chant, arrangement, guitare, persussions

00000000000000DOWNLOAD

En septembre 2001 sort son second opus « Fanamby » (le défi), dans lequel Rajery et son quartet nous offrent un album d’une rare authenticité. Un disque acoustique avec lequel ils réussissent le fanamby d’une fusion entre l’héritage musical malgache et leur propre culture musicale. Les polyphonies ‘a cappella’ que le groupe Senge nous avaient fait découvrir côtoient les rythmes chaloupés du Salegy de Jaojoby, le blues mélodique des Hauts-Plateaux est évoqué comme les rythmes entêtants des danses Antandroy ou le groove du rija Betsileo.

par Sourakhata

permalink

juin 1, 2010

Michigan & Smiley – Rub A Dub Style

https://i2.wp.com/dreadinababylon.com/images/Michigan%20&%20Smiley%20-%201978%20-%20Rub%20a%20Dub%20Style.jpg

Note : ++

http://en.wikipedia.org/wiki/Michigan_&_Smiley

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae Dancehall

Sortie : 1978

Tracklist :

01 – Rub A Dub Style
02 – Nice Up The Dance
03 – Thank You Jah
04 – Compliment To Studio One
05 – Time To Be Happy
06 – Eye Of Danger

00000000000000DOWNLOAD

Quirks in the Jamaican copyright laws were instrumental in the vibrancy of the island’s music scene, as a song itself could not be copyrighted and only a specific version had protection. The upshot was a continuous free for all over melodies, with up and coming producers relying on old melodies to make their reputations. This stream of versions turned into a flood as the ’70s progressed, with Studio One having the « honor » of being particularly plundered. It wasn’t until 1978 that label head Coxsone Dodd finally bowed to the inevitable and hit back by versioning his own back catalog. The following year, he set two young DJs loose across Alton Ellis’ classic « I’m Just a Guy, » and watched the resulting « Rub a Dub Style » dance its way to the top of the Jamaican chart. From that moment on, there was no looking back. The hit titled the pair’s ensuing full-length, which unleashed the duo across another five Studio One gems, all six delivered up in their extended mix form. Dodd was keen to keep the sparkle of the originals, and thus the brass, keyboard, piano, and guitar riffs were usually left intact. He niced them up for the dancehalls by employing overdubbing syndrums and percussion, while Earl « Bagga » Walker and Freddie McGregor added new bass and drums, giving each of the pieces a more militant, roots-rockers sound. Engineer Scientist’s work was equally crucial and created a new crisp sound that was about to take the island by storm. Married to the brightness of the original rhythms, it totally revolutionized the sound in the dancehalls. The DJs were also embarking into uncharted waters. Toasting was certainly not new, but the concept of two DJs toasting together, cheerily trading off lines, and gleefully addressing the crowds and each other, was new. The two were responsible for kicking off the fashion for duos, and all those who came after owe them respect. Beyond the chart topper and the almost as huge « Nice Up the Dance, » the rest of the set is of equal caliber as the two delve into culture and thanking Jah and Studio One for their good fortune. Indeed, it was « Time to Be Happy, » and this record was one of the major reasons why people back in the day were.

by Jo-Ann Greene
permalink

juin 1, 2010

Club Des Belugas – Caviar At 3 A.M.& Minority tunes

https://i2.wp.com/i46.tinypic.com/103g8x4.jpg

Note :

http://www.myspace.com/clubdesbelugas

http://www.chinchin-records.com

Origine du Groupe : Sweden , England , Germany , North America

Style : NuJazz , Electro Lounge , Lo Fi

Sortie : 2009

Tracklist :

CD 1:
01. Early Daiquiris
02. Tokyo Dawn
03. Hot Vibes / Special Bar Tunes Edit
04. Next Order Please
05. Quatre pieces cellees, part 1
06. Faute De Mieux
07. Caviar At 3 A M
08. Sisi Tartar
09. Kissez In Gallop
10. Papaya
11. Seven Chills
12. Weather Report
13. La Mer

CD 2:
01. Gadda Rio
02. Jelly Galore
03. Heya
04. Get Shorter
05. Nerono
06. Lou Two
07. Hip Hip Chin Chin / Smooth Return Mix
08. The Rebirth Of The Fat Lola
09. Quatre pieces cellees / part 2
10. One Note Brazil
11. Jilt By Julie
12. The Nil Reference
13. Hip Hip Chin Chin / Maxim Illion Mix

00000000000000DOWNLOAD

Club des Belugas is one of the leading lounge & nujazz projects in Germany, perhaps in Europe. They combine Contemporary European Lounge & Nujazz Styles with Brazilian Beats and American Black Soul of the fifties, sixties and seventies, using their unique creativity and intensity.

Main members are Maxim Illion & Kitty the Bill, with such exquisite guest vocalists as the Californian Jazz Lady Brenda Boykin, Swedish singer anna.luca, London based Jazz singer Iain Mackenzie, Anne Schnell from Jojo Effect, Ferank Manseed from Newcastle/UK, Dean Bowman from New York, trumpeter Reiner Winterschladen (Nighthawks) and trumpet player Thomas Siffling.

permalink

juin 1, 2010

Magic Sam – Black Magic

https://i1.wp.com/img13.nnm.ru/e/6/b/2/c/0c31b96395449067c8e53f40a1d_prev.jpg

Note :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Magic_Sam

Origine du Groupe : North America

Style : Blues

Sortie : 1969

Tracklist :

1. I Just Want A Little Bit
2. What Have I Done Wrong
3. Easy, Baby
4. You Belong To Me
5. It’s All Your Fault
6. I Have The Same Old Blues
7. You Don’t Love Me Baby
8. San-Ho-Zay
9. Stop! You’re Hurting Me
10. Keep Loving Me Baby

    * Magic Sam : vocals and guitar
    * Eddie Shaw : tenor sax
    * Lafayette Leake : piano
    * Mighty Joe Young : guitar
    * Mack Thompson : bass
    * Odie Payne Jr. : drums

00000000000000DOWNLOAD

From wikipedia :

Devenu Magic Sam, le jeune homme commence en 1957 à enregistrer des 45 tours pour Cobra Records, dont All Your Love, qui remporte un succès local. Ce morceau est souvent considéré comme l’acte de naissance du Blues « west side .

Très amical, bon vivant et décontract, Sam n’en est pas moins confronté aux difficultés de la vie de musicien de Blues, et de tout ce qu’elle implique à l’époque en matière notamment de consommation de tabac et d’alcool. Plus grave, en 1959, alors que sa carrière semble en train de décoller, Magic Sam est appelé à faire son service militaire. Décidé à y échapper, il déserte, ce qui lui vaut six mois de prison. Il revient traumatisé par cette expérience. Mais Sam parvient néanmoins à redevenir une figure importante des nights-clubs de Chicago, malgré des démêlés avec le syndicat local des musiciens et des problèmes de management Pour autant, aucun de ses enregistrements ne parvient à une renommée nationale, et les opportunités discographiques se font rares.

En 1960, à la suite de la faillite de Cobra Records, Magic sam signe sur le label Chief, pour qui il enregistre notamment sa version de Every Night About This Time, de Fats Domino. Le single remporte un certain succès, ce qui reste l’exception.

Néanmoins, le milieu des années 1960 voit la carrière de Magic Sam repartir, grâce au renouveau du Blues à la suite du British Blues Boom et au regain d’intérêt du public blanc. Il enregistre notamment Out of Bad Luck pour Crash Records, avant de signer avec Delmark Records pour That’s Why I’m Crying. Il enregistre en 1967 pour Delmark son premier album, West Side Soul, qui contient notamment une version du Sweet Home Chicago de Robert Johnson (1936) . Il part ensuite en tournée pour soutenir l’album, malgré une blessure par balle à la jambe quelques jours avant le départ.

Après une tournée aux États-Unis et en Europe, Magic Sam enregistre en 1969 son second album, Black Magic, qui doit lui permettre de « percer » au niveau international. Tournées, bonnes ventes de disques et cachets en augmentation, tout semble alors sourire au guitariste. Mais sa santé, qui n’a jamais été très bonne], se dégrade brutalement. Alors qu’il tourne en première partie de l’harmoniciste Charlie Musselwhite, Magic Sam doit être hospitalisé pour ce qu’on croit d’abord être une bronchite, mais qui se révèle en réalité une crise cardiaque.

Sorti de l’hôpital, Magic Sam semble rétabli, tournant en Europe et en Californie, et il est question qu’il signe avec le célèbre label Stax. Mais il décède d’une nouvelle crise cardiaque le 1er décembre 1969 au matin[23]. Sa tante Lilly aura survécu à tous les enfants qu’elle a élevé .

juin 1, 2010

Gilles Peterson – Brazilika

https://i1.wp.com/www.parisdjs.com/images/farout/Gilles_Peterson-Brazilika_b.jpg

Note :

http://www.gillespetersonworldwide.com

http://www.myspace.com/gillespeterson

Origine du Groupe : Brazil , United Kingdom

Style : World Music Electro , Remix

Sortie : 2009

Tracklist :

01. Intro – Azymuth – Manha (Demo)
02. Friends From Rio 2 feat. Celia Vaz – Os Escravos Do Jo
03. Jose Mauro – Obnoxious
04. Krishnanda – Esta Tudo Ai
05. The Ipanemas – Canto Pra Oxum (Song For Oxum)
06. Clara Moreno – Deixa Nega Gingar
07. Sidney Miller – E Isso Ai
08. The Ipanemas – Malandro Quando Vaza
09. Grupo Batuque – Berimbal (Capoeira)
10. Aleuda – Galope
11. Krishnanda – Quem Sou Eu
12. Democustico – Vagalume
13. Azymuth – Melo Dos Dois Bicudos
14. Binario – Balinha
15. Joyce, Nana Vasconcelos, Mauricio Maestro – Chegada
16. Friends From Rio 1 feat. Celia Vaz – Fransisco Cat (Pressure Drop Remix)
17. Arthur Verocai – Tudo Do Bom (Domu Mash Reedit) (*)
18. Grupo Batuque – Na Batida Do Agogo (Osunlade Remix)
19. Azymuth – Depois Do Carnival (Spiritual South Remix) (*)
20. Jose Carretas feat. Zeep – Memories (*)
21. Joyce – Fejao Com Arroz (Bass Line Mix) (*)
22. Jose Roberto Bertrami & His Modern Sound – Joana
23. Alex Malheiros And Banda Utopia feat. Sabrina Malheiros – Uno Esta (*)

00000000000000DOWNLOAD

World renowned BBC Radio 1 DJ Gilles Peterson compiles a spectacular collage mix tape from the vaults of Far Out Recordings for this fifteenth anniversary celebration. A close friend to Joe Davis for 25 years, Gilles Peterson has been a constant supporter of the original and best UK based Brazilian record label. The pair released the original « Brazilika » compilation on Gilles’ Talking Loud label 15 years ago and now go full circle with the fourth installment in Far Out’s series, following block party mixes from Kenny Dope, 4 Hero  and Andy Votel. Brazilian music aficionados Peterson and Davis introduced a new generation to the cream of Brazil’s bossa and post-bossa artists and here expertly blend the cream of the timeless with the new breed from Far Out’s vast catalogue. Gilles Peterson’s « Brazilika » includes five exclusive unreleased tracks and is the definitive collection of Far Out’s work, taking us on a breathless ride through a beautiful, barmy Brazil.

permalink

juin 1, 2010

Nathalie Handal with Will Soliman – Spell

https://i0.wp.com/www.palestineonlinestore.com/music/nathaliehandalspell200.jpg

Note :

http://www.nathaliehandal.com

http://www.myspace.com/willsolima

Origine du Groupe : Palestine , Egypt

Style : Poetry , World Music

Sortie : 2006

Tracklist :

[.01.] Amrika
[.02.] Listen, Tonight
[.03.] Rachel’s War
[.04.] Ephratha
[.05.] Wall Against Our Breath
[.06.] Abu Jamal’s Olive Trees
[.07.] Maher Salem’s Deaf Father
[.08.] Will Soliman Solo
[.09.] Electric Arabiya
[.10.] Quest for Pale Sand
[.11.] Spell, sung by Fawzia Afzal-Khan
[.12.] Spell

00000000000000DOWNLOAD

One of New York’s most gifted young poets (Lives of Rain, 2005, Interlink) has teamed
with multi-instrumentalist Will Soliman to join literature and music in a spare, intense
performance of understated emotional power that will surprise, delight and stun. Drawing
from published and new poetry, Handal explores themes that resonate with identities,
departures, losses and closely guarded aspirations, all coming out of her
Palestinian/American/Hispanic tossed salad of experiences. Her voice is in complete
command of her words, alternately forceful, tender, silky or indignant at injustice,
slipping amid English, French, Arabic and Spanish just enough to keep the listener
slightly off balance, not quite comfortable—for this is not a poetry of comfort—and as
rhythmic as Soliman’s atmospheric, often restrained accompaniments. Together they
produce an art that transcends the artists themselves, calling up recollections of Gil Scott-
Heron’s iconic musical poetry of African-American life in the 1960’s and 1970’s and
John Trudell’s white-hot poems, backed by Lakota song, from Native American
experience of the 1980’s.
by Dick Doughty
Saudi Aramco World

permalink

juin 1, 2010

Orelha Negra – Orelha Negra

https://i0.wp.com/www.compactrecords.com/imgs/artistas/orelha%20negra.jpg

Note :

http://www.myspace.com/orelhanegra

http://orelhanegra.wordpress.com

Origine du Groupe : Portugal

Style : Soul , Funk , Instrumental

Sortie : 2010

Tracklist :

01. A Memуria 5:34
02. Barrio Blue 3:54
03. Lord 2:40
04. A Forзa Da Razгo 3:17
05. 961 919 169 4:56
06. Tanto Tempo 3:50
07. Futurama 5:46
08. Tripical 4:22
09. M.I.R.I.A.M 3:37
10. Saudade 3:11
11. A Cura 3:53
12. We’re Superfly 4:00

00000000000000DOWNLOAD

 Pour bien commencer la semaine, voici un excellent disque de funk portugais, Orelha Negra de … Orelha Negra.

Comme très souvent, j’ai découvert cet album en sautant de lien en lien sur la toile. J’ai immédiatement été attiré par cette pochette où l’un des membres du groupe se dissimule derrière LA référence musicale ultime, Ivan Rebroff.

Après avoir lu un descriptif très bref (funk portugais), une seule solution s’imposait à moi : aller faire un tour le MySpace du groupe.

Ah, ils sont amis avec The Roots … Une raison de plus pour leur prêter une oreille attentive.

Une écoute, deux écoutes et même trois écoutes de certains des titres mis en présentation me donnent envie de partir à la recherche de l’album complet (facile …). 

Je suis déjà sous le charme de l’Oreille Noire et de son funk / soul / jazz rétro-futuriste et l’écoute intégrale de l’Oreille Noire ne fera que renforcer ce sentiment.

Mélange habile et subtilement dosé de classicisme et de métissage intelligent (quelques touches de hip-hop avec collages et samples discrets dont, me semble-t’il un emprunt à Barry White [oui, j’aime Barry White !] sur le 5ème morceau, 961 919 169), Orelha Negra parvient de plus à maintenir l’attention de l’auditeur sur toute sa durée.

 En effet, après un morceau introductif (A Memoria) permettant d’installer progressivement l’ambiance, les 5 Portugais, grâce à une alternance de titres remuants (Barrio Blue, Futurama, …), mid-tempos (961 919 169, Tripical, Saudade [je suis incapable de reconnaître l’échantillonnage qui le parcourt aux claviers, si quelqu’un peut m’aider !], …), planants  (Tanto Tempo [et sa jolie trompette jazzy], M.I.R.I.A.M., …) et une formidable conclusion sous la forme d’une véritable tuerie (A Cura) et d’un hommage au maître Curtis Mayfield (We’re Superfly), nous offrent un album hédoniste et cérébral à découvrir absolument si, tout comme moi, vous aimez la musique noire américaine.

Pump up the volume !

Par Thierry  

permalink

juin 1, 2010

High Tone – Out Back

https://i1.wp.com/www.comingrecords.com/images/iupload/High-Tone-Out-Back199eccec-90dc-425f-91e6-d7a481b4b476.jpg
Note :
http://www.hightone.org
http://www.myspace.com/hightoneofficialsite
Origine du Groupe : France
Style : Electro Dub , Dubstep , Breakbeat
Sortie : 2010
Tracklist :
Dub Axiom
   1. Spank
   2. Dirty Urban Beat
   3. Dub What
   4. Liqor (feat. Oddateee)
   5. Liqordub
   6. Rub-A-Dub Anthem (feat. Pupa Jim)
   7. Fly To The Moon
   8. Boogie Dub Production
No Border
   1. Space Rodeo (feat. Ben Sharpa)
   2. Bastard
   3. Home Way
   4. Propal
   5. Uncontrolable Flesh
   6. Ollie Bible
   7. 7th Assault
   8. Altered States
00000000000000DOWNLOAD

Après un crochet vers la scène sound system dub avec deux coffrets vinyle : « High tone dub box » et « Dub invaders  », High Tone revient à son cheval de bataille : l’album. Out Back, c’est son nom sera disponible le 17 mai en double digipack ou en triple vinyles.

Présenté en deux versets, intitulés Dub Axiom et No Border, cet album présente les deux faces du groupe, l’une liée au sens large à la musique dub et l’autre à l’expérimentation sonore. Varié, urbain et moderne Out Back ravira les amateurs de gros sons dansants et enflammera à coup sur les foules lors des lives ; il satisfera tout autant les amateurs de bidouillages sonores et de fusion improbables par son autre facette.
Procédons par ordre et consacrons nous d’abord à Dub Axiom. Cette première partie, avec son nom aussi tranché, pourrait faire penser que les lyonnais ont enfin sortit leur album strickly dubwise… mais on n’y est pas tout à fait. Clin d’oeil à Bill Laswell  et sa compilation de 1996  ou pas, High Tone présente sur Dub Axiom  sa vision actuelle du dub. Un dub fait d’influences multiples, modernes et diverses (dub stepper, dubstep, hip-hop, breakbeat), un dub urbain au son lourd et dansant. Un mélange entre ce qu’ils ont pu faire durant leurs débuts et la récente scène « bass culture » anglaise.
Les morceaux de cette première partie sont largement basés sur des riddims comme il est de tradition dans le dub, une façon pour les croix-roussiens de marquer leur attachement à ce style que ne leur rend pas toujours… High Tone apporte sa touche personnelle dans le travail des riddims, en effet ceux-ci sont déstructurés et retravaillés en cours de morceau, ils sont en constante évolution et se transforment, passant d’un son à l’autre.
L’introduction par Spank, dont la vidéo réalisée par Led Pipperz a été relayée sur les réseaux sociaux, établie bien d’ailleurs ce nouveau rapport de force au sein de leur musique (ça avait déjà un peu débuté sur Underground wooble); le morceau débute sur les bases d’un stepper urbain, renforcé à grand coup de distorsion et d’écho pour se transformer en une vision électro/dubstep, une métamorphose qui se fait progressivement au fil de l’eau. C’est, d’ailleurs, le cas d’une grande partie des morceaux d’Out back : leur fin est explosive et fait remonter à la surface les vieux démons (on sait que les HT ont été insipiré par ce milieu) des free parties où électro, drum and bass, hard tek et prémices de dub se mêlaient. High Tone réactualise ce concept en y ajoutant même des sonorités dubstep et breakbeat. Du coté du dub on retrouvera donc une fusion quasi permanente entre les composantes dub (riddim, skank, reveb, echo, effets…) et une autre forme de musique… souvent du dubstep comme dans Spank ou Dub what ou encore hip_hop comme dans Liqor en featuring avec Oddateee. À noter le très bon morceau en compagnie du MC de Stand High (Puppa Jim) : « Rub a dub Anthem » qui est un bon stepper inspiré et dédié aux sounds et dont les dubplates risquent de tourner sur les sonos dans les prochaines sessions. La voix et le timbre si caractéristique du MC sublime le morceau en un hymne (c’est d’ailleurs le titre). A souligner aussi le très bon dub dirty cosmique qu’est Fly To the moon qui prépare la transition vers la deuxième partie dans une style stepper électrique.
Une très bonne première partie de l’album qui confirme qu’High Tone sait faire du bon son, du son puissant et novateur toujours dub mais sans rentrer dans le carcan psychorigide des puristes.

High ToneChangement de cap sur No Border, où High Tone s’essaye à des nouvelles fusions. On retrouvera un certain nombre de guitares saturées et des morceaux ou l’ambiance prime plus que l’efficacité rythmique. On appréciera cette nouvelle facette du groupe qui démontre encore une fois leur talent. Un talent exprimé sur des versants rock et électro ambient. Sur cette partie les atmosphères sont plutôt sombres et apocalyptiques, le coté obscure !? De nouveaux instruments/samples font leur apparition comme des sons de violons, des contrebasses et des structures qui ne correspondent pas à l’image que l’on se fait de High Tone… Ces digressions sont plutôt inhabituelles mais elles se prolongent souvent par un retour au son de base des lyonnais, entre dub et électro mouvementée comme sur « Uncontrolable Flesh » ou les contrebasses du début cèdent leur place au fur et à mesure à un son électro dirty. Sur « Ollie Bibble », où vous noterez le jeu de mot en référence à la culture skate (culture urbaine again), l’expérimentation s’oriente vers des sons à la limite du glitch et rappelle l’univers déjanté de Autechre ou de AFX, le son est déstructuré, haché, mixé et malgré tous les traitements subit semble rester en vie, comme un cœur qui repart après un passage par zero pulsation/minute (cf votre série hospitalière favorite). La fin du disque et plus particulièrement « 7th Assault » sonne très rock, un long morceau qui fait penser à ce qu’a pu faire Ez3kiel sur Battlefield ou encore à la fusion des rouennais normands de Guns of Brixton …
La partie No border regorge de nouveautés pour les lyonnais, ils démontrent ici leur savoir faire et à coup sûr se sont fait plaisir en réalisant des morceaux complètements différents.

High Tone poursuit sa lancée dans ce dub urbain qu’ils affectionnent tant, véritable concentré d’influences digérées. Out Back est clairement un des albums les plus surprenants du groupe lyonnais, a écouter sans modération et a apprécier en live parce que c’est toujours mieux !
Par niz
permalink

juin 1, 2010

Mezei-Bakos-Mezei – Fellegajtó-nyitogató

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/06/borito.jpg?w=200

Note :

http://www.lastfm.fr/music/Mezei-Bakos-Mezei

Origine du Groupe : Hungary

Style : World Music , Folk

Sortie : 2003

Tracklist :

01. Adjon Isten rózsáim
02. Nekünk a legszebbik estét
03. Elmegyek elmegyek
04. Búzaszemet szed a galamb
05. Veress az ég
06. Verjen meg az Isten
07. Készülj lovam készülj
08. Én vagyok az aki nem jó
09. Édesapám s anyám
10. Fejér retek fekete
11. Az éjjel álmomban
12. Mikor leány voltam
13. Szent István köszöntö
14. Édesanyám valahára
15. Kelj fel keresztény lélek
16. Zöld az erdő

00000000000000DOWNLOAD

The trio playing Hungarian folk music from the Voivodina. Flows out primarily onto the Moldavian folk music from his musical instrument combination concentrates. From Bakos Árpád complex folk musician and theatre musician working class, the actress’s and directing Mezei Kinga specific folksong singing attitude and the composer’s fields firm Improvisate one and free-jazz a folk music world interpreted peculiarly emerges from his musician attitude. The trio’s capital aim a so folk music processing manner, which tries to remain loyal to the original diction,, at the same time in the Hungarian folk music like that present tries to make the music today’s one and a living person through an improvisation naturally.

by http://bluesmen-worldmusic.blogspot.com

THANKS !

juin 1, 2010

FlyKKiller – Experiments In Violent Light

https://i2.wp.com/wsm.serpent.pl/sklep/okladki/okl_okl_11738.jpg

Note : ++

http://www.myspace.com/flykkiller

Origine du Groupe : Poland

Style : Electro

Sortie : 2007

Tracklist :

1 Flykkiller
2 Peroxide
3 Fear
4 Sell My Pulse
5 Shine
6 Get All Pulled Out
7 Controlled Environment
8 B Murphy
9 Music For Twelve Wounds
10 Cze Nie Szkoda Ci
11 Flykkiller (David Holmes Remix)

00000000000000DOWNLOAD

The purported story behind the duo FlyKKiller is that these songs were created by an extra terrestrial creature named V, who only wishes to pass peaceful communications to earthlings, yet V is held in captivity at the FlyKiller Institute in Poland. Her captors and keepers (Pati Yang and Stephen Hilton) have taken the recordings and put them out on the market to finance their scientific research. Yang is one of Poland’s leading electronic artists (at the tender age of only 18!) and Hilton is known for his collaborations with David Holmes and Siouxsie Sioux’s first solo outing, soundtrack work on two James Bond films as well as numerous other motion pictures, and his work behind the boards as producer of recordings by Pulp, Depeche Mode and Sir Trevor Horn. So here are the otherworldly first results of the duo’s experiments to date, spurred on by V. They’re unlike anything you’ve yet to hear in this lifetime.

FlyKKllr 2007

permalink