Magic Sam – Black Magic

https://i0.wp.com/img13.nnm.ru/e/6/b/2/c/0c31b96395449067c8e53f40a1d_prev.jpg

Note :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Magic_Sam

Origine du Groupe : North America

Style : Blues

Sortie : 1969

Tracklist :

1. I Just Want A Little Bit
2. What Have I Done Wrong
3. Easy, Baby
4. You Belong To Me
5. It’s All Your Fault
6. I Have The Same Old Blues
7. You Don’t Love Me Baby
8. San-Ho-Zay
9. Stop! You’re Hurting Me
10. Keep Loving Me Baby

    * Magic Sam : vocals and guitar
    * Eddie Shaw : tenor sax
    * Lafayette Leake : piano
    * Mighty Joe Young : guitar
    * Mack Thompson : bass
    * Odie Payne Jr. : drums

00000000000000DOWNLOAD

From wikipedia :

Devenu Magic Sam, le jeune homme commence en 1957 à enregistrer des 45 tours pour Cobra Records, dont All Your Love, qui remporte un succès local. Ce morceau est souvent considéré comme l’acte de naissance du Blues « west side .

Très amical, bon vivant et décontract, Sam n’en est pas moins confronté aux difficultés de la vie de musicien de Blues, et de tout ce qu’elle implique à l’époque en matière notamment de consommation de tabac et d’alcool. Plus grave, en 1959, alors que sa carrière semble en train de décoller, Magic Sam est appelé à faire son service militaire. Décidé à y échapper, il déserte, ce qui lui vaut six mois de prison. Il revient traumatisé par cette expérience. Mais Sam parvient néanmoins à redevenir une figure importante des nights-clubs de Chicago, malgré des démêlés avec le syndicat local des musiciens et des problèmes de management Pour autant, aucun de ses enregistrements ne parvient à une renommée nationale, et les opportunités discographiques se font rares.

En 1960, à la suite de la faillite de Cobra Records, Magic sam signe sur le label Chief, pour qui il enregistre notamment sa version de Every Night About This Time, de Fats Domino. Le single remporte un certain succès, ce qui reste l’exception.

Néanmoins, le milieu des années 1960 voit la carrière de Magic Sam repartir, grâce au renouveau du Blues à la suite du British Blues Boom et au regain d’intérêt du public blanc. Il enregistre notamment Out of Bad Luck pour Crash Records, avant de signer avec Delmark Records pour That’s Why I’m Crying. Il enregistre en 1967 pour Delmark son premier album, West Side Soul, qui contient notamment une version du Sweet Home Chicago de Robert Johnson (1936) . Il part ensuite en tournée pour soutenir l’album, malgré une blessure par balle à la jambe quelques jours avant le départ.

Après une tournée aux États-Unis et en Europe, Magic Sam enregistre en 1969 son second album, Black Magic, qui doit lui permettre de « percer » au niveau international. Tournées, bonnes ventes de disques et cachets en augmentation, tout semble alors sourire au guitariste. Mais sa santé, qui n’a jamais été très bonne], se dégrade brutalement. Alors qu’il tourne en première partie de l’harmoniciste Charlie Musselwhite, Magic Sam doit être hospitalisé pour ce qu’on croit d’abord être une bronchite, mais qui se révèle en réalité une crise cardiaque.

Sorti de l’hôpital, Magic Sam semble rétabli, tournant en Europe et en Californie, et il est question qu’il signe avec le célèbre label Stax. Mais il décède d’une nouvelle crise cardiaque le 1er décembre 1969 au matin[23]. Sa tante Lilly aura survécu à tous les enfants qu’elle a élevé .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :