Omar Perry – Can’t Stop Us

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/06/omarperry-can27tstopus.jpg?w=300

Note :

http://www.myspace.com/omarperrynodirectionhome

Origine du Groupe : Jamaica , France

Style : Reggae

Sortie : 2009

Tracklist :

1. We wah
2. Bless them
3. Can’t stop us
4. Woman I love you
5. Beat down babylon
6. Right right left
7. 911
8. Fighting for a cause
9. Boom Town
10. Bring me joy feat. Cleo
11. Do you love me
12. Save the earth
13. Tide of the times feat. Tippa irie
14. I’m rebel
15. The ghostmakers
16. Spiritually

00000000000000DOWNLOAD

Le fils de Lee « Scratch » Perry revient avec un second album toujours appuyé par une production française très soignée. A l’oeuvre cette fois, l’ensemble du Homegrown Band.
C’est dire que la qualité musicale est au rendez-vous tout au long des 16 titres, grâce à l’apport de musiciens tels Guillaume « Stepper » Briard au sax ou Jérémie « Bim » Dessus à la guitare, pour les plus connus. On pouvait s’attendre à une tonalité générale new roots, cet album offre au contraire une bonne leçon de versatilité, autant chez Perry que chez ses producteurs : il grouille de références et empreinte à presque tous les styles de reggae… ce qui explique aussi ses déséquilibres.

L’album s’ouvre ainsi avec We wah et ses arrangements riches très réussis, façon années 70. Emballé par le sautillant Bless them et surtout par Can’t stop us, avec son flow ravageur sur le riddim Youthman, choisi judicieusement pour titrer l’album, la chanson d’amour Woman I love you, bien servie par le mélodique Soprano riddim, passe toute seule.
Cerise sur le gâteau, l’album contient plusieurs références aux productions de papa « Scratch » : Beat down Babylon, la reprise du hit de Junior Byles, avec son couplet mixé en « one drop », le riddim de Chase the devil, reproduit fidèlement pour un très bon Save the earth. Référence aussi à Studio One avec Tides of the time au riddim délicieusement rétro, parfait pour inviter le deejay anglais Tippa irie.
Fighting for a cause au style plus hybride ou Boom town, bon mais sur un World a music riddim, déjà bien exploité, sont moins convaincants.

Quant au dancehall, c’est un peu le talon d’Achille de l’album, défaut déjà pointé sur le premier opus. S’il faut saluer l’effort, force est de constater que Perry est moins bon dans ce domaine : le Right right left, au riddim inspiré pèle-mêle par The mission ou les productions Mc Gregor, manque d’originalité et le titre Bring me joy, avec la chanteuse Cleo, donne l’impression d’avoir fait rentrer un peu de hype au chausse-pied. C’est un peu mieux avec Do you love me, certes vocodé, mais dansant, et qui fait penser à un Night nurse boosté au hip-hop.
Bonne surprise en revanche sur les tempos plus cool, comme le nyabinghi 911 et Spiritually, balade produite par le Tune In Crew qui clôt l’album, après une ultime référence, cette fois au dub, avec The ghostmakers.

Quant aux textes, si nous n’en parlons pas c’est qu’ils sont fidèlement reproduits dans le livret, qui complète intelligemment le packaging soigné, spécialité de la maison Makasound.

par Benoit Georges

permalink

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :