Orelha Negra – Orelha Negra

https://i2.wp.com/www.compactrecords.com/imgs/artistas/orelha%20negra.jpg

Note :

http://www.myspace.com/orelhanegra

http://orelhanegra.wordpress.com

Origine du Groupe : Portugal

Style : Soul , Funk , Instrumental

Sortie : 2010

Tracklist :

01. A Memуria 5:34
02. Barrio Blue 3:54
03. Lord 2:40
04. A Forзa Da Razгo 3:17
05. 961 919 169 4:56
06. Tanto Tempo 3:50
07. Futurama 5:46
08. Tripical 4:22
09. M.I.R.I.A.M 3:37
10. Saudade 3:11
11. A Cura 3:53
12. We’re Superfly 4:00

00000000000000DOWNLOAD

 Pour bien commencer la semaine, voici un excellent disque de funk portugais, Orelha Negra de … Orelha Negra.

Comme très souvent, j’ai découvert cet album en sautant de lien en lien sur la toile. J’ai immédiatement été attiré par cette pochette où l’un des membres du groupe se dissimule derrière LA référence musicale ultime, Ivan Rebroff.

Après avoir lu un descriptif très bref (funk portugais), une seule solution s’imposait à moi : aller faire un tour le MySpace du groupe.

Ah, ils sont amis avec The Roots … Une raison de plus pour leur prêter une oreille attentive.

Une écoute, deux écoutes et même trois écoutes de certains des titres mis en présentation me donnent envie de partir à la recherche de l’album complet (facile …). 

Je suis déjà sous le charme de l’Oreille Noire et de son funk / soul / jazz rétro-futuriste et l’écoute intégrale de l’Oreille Noire ne fera que renforcer ce sentiment.

Mélange habile et subtilement dosé de classicisme et de métissage intelligent (quelques touches de hip-hop avec collages et samples discrets dont, me semble-t’il un emprunt à Barry White [oui, j’aime Barry White !] sur le 5ème morceau, 961 919 169), Orelha Negra parvient de plus à maintenir l’attention de l’auditeur sur toute sa durée.

 En effet, après un morceau introductif (A Memoria) permettant d’installer progressivement l’ambiance, les 5 Portugais, grâce à une alternance de titres remuants (Barrio Blue, Futurama, …), mid-tempos (961 919 169, Tripical, Saudade [je suis incapable de reconnaître l’échantillonnage qui le parcourt aux claviers, si quelqu’un peut m’aider !], …), planants  (Tanto Tempo [et sa jolie trompette jazzy], M.I.R.I.A.M., …) et une formidable conclusion sous la forme d’une véritable tuerie (A Cura) et d’un hommage au maître Curtis Mayfield (We’re Superfly), nous offrent un album hédoniste et cérébral à découvrir absolument si, tout comme moi, vous aimez la musique noire américaine.

Pump up the volume !

Par Thierry  

permalink

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :