Wayne Shorter – Speak No Evil

http://jazzmasterpieces.files.wordpress.com/2009/03/speak-no-evil.jpg

Note :

http://www.vervemusicgroup.com/wayneshorter

http://www.myspace.com/unofficialwayneshortertribute

Gamin, Wayne Shorter et son frère dévoraient les bd et les films de série B avec extra-terrestres, monstres, loup-garou, vampires et créatures de Frankenstein. Speak No Evil clôt l’année 1964, où
Wayne a participé à l’enregistrement de 20 disques dont 3 avec les Jazz Messenger, 9 avec Miles Davis, 3 avec Gil Evans, 1 avec Lee Morgan, 1 avec Grachan Moncur III et Night Dreamer puis Juju en
tant que leader. L’album s’inscrit dans la lignée bop, un bop avec un soupçon d’étrangeté – mais on en est pas encore au Weather Report – et Wayne Shorter précise : I was thinking of Misty
landscapes with wild flowers and strange, dimly-seen shapes-the kind of places where folklore and legend are born. And then I was thinking a thing like witchburnings, too*. La session
d’enregistrement du 24 décembre 1964 menée par Rudy Van Gelder parle de magie, de sorcière, de diable, de danse de cadavres et de fleurs sauvages ; 6 compositions de Wayne Shorter avec Freddie
Hubbard à la trompette, Herbie Hancock au piano, Ron Carter à la basse et Elvin Jones à la batterie. Dance Cadaverous  est une composition un peu décalée, piano sophistiqué qui se promène du
côté du classique. Quelque chose d’étrange – comme dans les compositions de Monk – et de planant se glisse dans la mélodie vers le milieu du morceau, la rythmique est plutôt cool. Shorter dit à
propos du morceau : I was thinking of some of these doctor pictures in wich you see a classroom and they’re getting ready to work on a cadaver*. On se penchera aussi avec bonheur sur le jeu
d’Herbie Hancock pour Infant Eyes, la balade, où le saxophone tenor de Wayne balance du velours. A l’instar de Witch Hunt  qui ouvre l’album, le disque sonne de manière nonchalante, mais
faut pas s’y tromper, c’est du lourd que nous avons là. Des mélodies un peu bizaroïdes qui une fois rentrées dans la caboche risque fort de continuer à trotter.

*Notes extraites du livret de Don Heckman.

 

Origine du Groupe : North America

Style : Jazz

Sortie : 1964

 

Tracklist :

   1. « Witch Hunt » 8:07

   2. « Fee-Fi-Fo-Fum » 5:50

   3. « Dance Cadaverous » 6:45

   4. « Speak No Evil » 8:23

   5. « Infant Eyes » 6:51

   6. « Wild Flower » 6.00

   7. « Dance Cadaverous » (alternate take) 6:35

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :