Archive for juillet 24th, 2010

juillet 24, 2010

V.A – Jamaica to Toronto 1967-1974

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/07/jamaicatotoronto-soulfunkandreggae.jpg?w=300

Note: ++

In 1963, the flight from Jamaica to Toronto was 8 hours. Today it’s 3 1/2. Countless people have made the dwindling journey over the years, but in the sixties and seventies there was a new breed of
traveler: the finest ska, rocksteady, and reggae recording artists the West Indies have ever produced. We’re talking Studio One, Treasure Isle, Trojan, and WIRL veterans Jackie Mittoo, Johnnie
Osbourne, Wayne McGhie, Lloyd Delpratt, The Mighty Pope, Noel Ellis, Jo-Jo Bennett, and many more. Arriving in their new Canadian home, these talented singers, songwriters, musicians, and
performers simply did what came naturally to them. One by one, they hit the studio and captured some of the hardest tunes this side of Kingston. Jamaica to Toronto: Soul Funk and Reggae 1967-1974,
details this crucial sonic migration and stands tall as the second helping of Light In The Attic’s new Jamaica to Toronto series, compiled by DJ/Canadian music historian Sipreano, along with Light
In The Attic.

permalink

Origine du Groupe : Jamaica

Style : Reggae

Sortie : 2006

Tracklist :

1.) JO-JO AND THE FUGITIVES – Fugitive Song

2.) EDDIE SPENCER – If This Is Love (I’d Rather Be Lonely)

3.) JO-JO AND THE FUGITIVES – Chips-Chicken-Banana Split

4.) JACKIE MITTOO – Grand Funk

5.) LLLOYD DELPRATT – Together

6.) COUGARS – I Wish It Would Rain

7.) JOHNNIE OSBOURNE – African Wake

8.) RAM – Love Is The Answer

9.) BOB AND WISDOM – I Believe In Music

10.) THE SHEIKS – Eternal Love

11.) WAYNE McGHIE & THE SOUNDS OF JOY – Fire (She Need Water)

12.) COUGARS – Right On

13.) EDDIE SPENCER – You’re So Good To Me Baby

14.) THE HITCH-HIKERS FEAT. THE MIGHTY POPE – Mr. Fortune

15.) NOEL ELLIS – Memories

16.) WAYNE McGHIE – Here We Go Again

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 24, 2010

Stomu Yamash’ta – Go Live in Paris

https://i0.wp.com/media.paperblog.fr/i/251/2513256/stomu-yamashta-L-1.jpeg

Note :

http://www.myspace.com/stomuyamashta70

http://en.wikipedia.org/wiki/Stomu_Yamashta

The primary difference when comparing this live performance and the rendering simply titled Go (1976) is that Go Live From Paris (1978) presents the proceedings (as they exist) in a properly
linear fashion, as correlated to the Eastern mythology that informed the extended two-part suite. This is in direct contrast to Go, which assembled the contents out of sequence. The stage show
was recorded at the Palais Des Sports in Paris, France on June 12, 1976 and the recital setting allows for considerably longer and more exploratory interaction amongst Stomu Yamashta
(percussion/piano), Steve Winwood (vocals/keyboards) and (drums). They are joined by legendary jazz axeman Michael Shrieve,Al DiMeola (guitar) as well as Tangerine Dream and Ash Ra Tempel veteran
Klaus Schulze (synthesizer) — all of whom had contributed to Go. Filling out the band are Jerome Rimson (bass), Pat Thrall (guitar), Brother James (congas) and Karen Friedman (vocals).
Specifically, the licks traded between DiMeola and Shrieve are comparable to the workouts the pair shared as part of the Borboletta (1974) era Santana. In terms of sheer intensity, it is hard to
beat DiMeola’s searing leads and Winwood’s blue-eyed soul on the driving « Ghost Machine, » easily topping its former incarnation. « Surfspin » lands into the funky mid-tempo « Time Is Here »
highlighted by Karen Friedman’s expressive exchanges with Winwood, while Rimson punctuates the rhythm with some penetrating bass interjections. This is followed by the sole Winwood composition
« Winner/Loser, » which further exemplifies how the spontaneity of the concert yields results that best their predecessors. In fact, on the whole the material on Go sounds like a blueprint for the
exceptional and inspired outing found here. The second movement commences with fairly even renditions of the trifecta « Solitude, » « Nature » and « Air Voice » — which had previously been given the
name « Air Over. » « Crossing the Line » is an additional zenith, spotlighted by Winwood’s emotive vocals and the untamed and otherwise incendiary frenzy of fretwork courtesy of DiMeola. Clocking in
just shy of a quarter-hour, « Man of Leo » provides another opportunity for the players to loosen up and fuse their collective improvisations behind DiMeola’s intense soloing and the similarly
seminal instrumental offerings from Shrieve, Rimson — who is at his most melodic — and Freidman’s haunting warbles.

by Spinato’s Musicpills

permalink

Origine du Groupe : Japan

Style : Funk , Soul , Experimental

Sortie : 1976

Tracklist :

01 Space song

02 Carnival

03 Wind spin

04 Ghost machine

05 Surf spin

06 Time is here

07 Winner Looser

08 Solitude

09 Nature

10 Air voice

11 Crossing the line

12 Man of Leo

13 Stellar

14 Space Requiem

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 24, 2010

Marie-Louise Munck – The Birds Fly Up

https://i2.wp.com/morningsiderecords.dk/wp-content/40_morecd-40.jpg

Note :

http://www.myspace.com/mmunck

Antenne is Kim G. Hansen and Marie-Louise Munck. Copenhagen’s Kim G. Hansen formerly recorded as half of the Danish industrial duo, Institute for the Criminally Insane.

He was also one of the founding members of Danish experimental noise-rock band Grind, who later became Amstrong – a project focused on trip-hop aesthetics but still influenced by the origins of
the band. After

Amstrong’s first album, Sprinkler, in 1999 Kim left the band to form a solo project – Antenne. The female vocalist of Amstrong, marie-louise munck, also participates at the project as vocalist on
most of the songs. She has recently completed her first solo album .

by the Sirens Sound

permalink

Origine du Groupe : Denmark

Style : Trip Hop

Sortie : 2009

Tracklist :

1. New Love Begin

2. The Birds Fly Up

3. Rest

4. Songbird

5. Dad Is Dead

6. All The Time In The World

7. Reveal Yourself

8. Rosa

9. Dream On Dreams

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 24, 2010

Clarence Reid – Running Water

https://i2.wp.com/www.bsnpubs.com/florida/alston/alston7027.jpg

Note :

http://www.myspace.com/clarencereid

 A sweet southern soul album on the Alston imprint by the singer who would later be better known as the kinky Blowfly, but here, Clarence Reid is fully dedicated to a sensitive, soulful yet
rawer kind of music. At that time when he was also writing most of Betty Wright best-known tracks for TK, he took the time to co-write his entire album, and some of the tracks here are quite
memorable.

Of course, you might know the title track, an 8-minute tour de force that’s been covered over and over through the years; but Clarence also shines on deep soul tracks like ‘The Truth’ and ‘New
York City’.

Enjoy it!

by Greg

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Soul , Funk

Sortie : 1973

Tracklist :

1. Living Together Is Keeping Us Apart

2. New York City

3. If It Was Good Enough For Daddy

4. Real Woman

5. Please Accept My Call

6. The Truth

7. Ruby

8. Love Who You Can

9. Please Stay Home

10. Like Runnning Water

00000000000000DOWNLOAD

juillet 24, 2010

Noa – Genes & Jeans

https://i0.wp.com/photos.froggytest.com/d/32004-2/Genes+and+jeans.jpg

Note :

http://www.noasmusic.com

http://www.myspace.com/noasmusic

Noa (de son vrai nom Achinoam Nini), auteur-compositeur israélienne, a été révélée en France lors de la sortie de son album éponyme, en 1994. Elle y interprétait, entre autres, un Ave Maria chaud
et envoutant, ou encore Wildflower.

Le grand public français a surtout pu découvrir Noa à l’occasion de la sortie de la comédie musicale Notre-Dame de Paris.

Noa n’a pas souhaité faire la tournée, mais elle interprétait, sur l’album, le rôle d’Esméralda, et nous a par exemple offert cet Ave Maria Paien (textes de Richard Cocciante sur une musique de
Luc Plamandon),

Chanteuse engagée pour la paix, Noa veut bousculer les frontières, et elle participe à des concerts caritatifs dans le monde entier.

Cependant, six ans après son dernier enregistrement, c’est avec un album plus personnel que Noa revient dans les bacs. Elle le définit comme le voyage de toute sa famille, partie du Yémen pour
s’installer en Israël, avant d’aller vivre aux Etats-Unis. Elle-même a grandi à New-York, avant de repartir vivre en Israël.

Comme un hommage d’une jeune femme (Jeans) à sa grand-mère (Gènes), Noa chante dans cet album le mélange des cultures, tantôt en anglais, en hébreu ou en yémenite.

permalink

Origine du Groupe : Israel

Style : Alternative Fusion World

Sortie : 2008

Tracklist :

1. Waltz to the road

2. Ayelet Chen – intro

3. In your eyes (Ayelet Chen)

4. The eyes of love

5. Dreamer

6. Something has changed

7. Ani Tzameh

8. Follow your heart

9. Lecha Dodi – interlude

10. Heart and head

11. Lullaby

12. Dala Dala – interlude

13. Dala Dala

14. El Ha Maayan

15. Take me

16. Genes and Jeans

17. The balancing act

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 24, 2010

Munk – Aperitivo

https://i0.wp.com/images.amazon.com/images/P/B0002GCX48.01._SCLZZZZZZZ_.jpg

Note : ++

http://www.gomma.de

http://www.myspace.com/munkfromgomma

Diable, les dancefloors vont encore vibrer au son touffu du premier véritable album du duo italo-allemand Munk. Sur ce disque éclectique et dansant, le pouvoir est à la basse, ronflante de
préférence, aux guitares tranchantes et aux beats uppercut dans un joyeux mélange des genres house, techno, no wave, punk et disco. S’il vous vient ensuite des envies de jeter les chaises par la
fenêtre et de marteler le sol jusqu’au bout de la nuit sans penser aux voisins du dessous, il ne faudra pas s’étonner car les patrons du label teuton Gomma, qui avaient déjà signés des
productions electro remarquées sous le pseudo Leroy Hangofer, frappent un grand coup avec leur nouvelle bombe festive et un poil rebelle.

De cet opus, on retiendra les débuts en fanfare de « In the Creamfields », intro folk virant au disco, l’hymne punk ravagé « Kick out the chairs » ou encore du tube « Disco clown » lorgnant vers un
Daft Punk grand cru. Les festivités continuent avec le très latino « Portofino Mosh » et « I feel so no », complainte hypnotique de clubber blasé répondant à l’ironie mordante du titre « Ce kul ». Sur
« Main Schatzi », l’ambiance est au hip hop, servie par le flow express de Princess Superstar.

Les plages instrumentales, tout aussi excitantes, laissent apparaître quelques perles remuantes comme « Morena Rubinowitch », « Androgyn » et « Ciao dandy » truffées d’effets. Mais Munk sait aussi
calmer le jeu avec des titres planants comme « Seeker » et sa pluie de cordes acides.

Vous l’aurez compris, Mathias Modica et Jonas Imbery possèdent une panoplie de références impressionnantes, une ouverture d’esprit à 360° et un sens de la composition hors pair. Aussi à l’aise à
la guitare qu’aux manettes, les deux musiciens prennent un malin plaisir à passer leurs compositions à la moulinette de leur sampler avec un humour potache rafraîchissant. Enfin, le disque doit
beaucoup à la présence amicale d’invités de marque comme le rocker Bobby Conn, James Murphy (LCD Sound system, DFA), l’incontournable DJ Chloé et Midnight Mike, tous aussi allumés que les deux
protagonistes de l’affaire.

Le mot de la fin sera pour une DJ Chloé en pleine euphorie « Tout le monde me sourit Ce Kul, j’suis dans la hype Ce kul », nous on la croit, on monte le son et on en redemande !

par Luc

permalink

Origine du Groupe : Germany

Style : Alternative Fusion , Electro

Sortie : 2004

Tracklist :

01. In The Creamfields feat. Bobby Conn

02. Kick Out The Chairs feat. James Murphy & Nancy Wang of DFA

03. Disco Clown feat. Midnight Mike

04. Morena Rubinowitch (where have you gone?)

05. Portofino Mosh feat. The Limonaden Hasen & Palermo King

06. Ciao Dandy

07. I Feel So No! feat. Electronicat

08. Androgyn

09. B.F

10. Ce Kul feat. DJ Chloé

11. Mein Schatzi feat Princess Superstar & MC Seven

12. Ramshackle Romance feat. The ObatzdaBeatBabes

13. Seeker (The Odessa-Nervi Blow) feat. Bobby Conn

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 24, 2010

How to Destroy Angels – How to Destroy Angels (ep)

https://i1.wp.com/howtodestroyangels.com/img/preorder-cover.jpg

Note : +

http://howtodestroyangels.com

http://www.myspace.com/howtodestroyangels

Quand Trent Reznor avait évoqué l’arrêt (définitif ou temporaire) de Nine Inch Nails, il était évident que l’homme avait déjà en tête dix mille nouveaux projets. Quand en plus celui-ci se met à
filer le parfait GRAND amour avec Mariqueen Maandig chanteuse des West Indian Girl, on peut s’attendre à ce qu’amour fusionnel rime avec collaboration musicale. Chose faite. Avec la création du
groupe How to Destroy Angels et la sortie d’un premier EP (qu’une fois encore  Saint Reznor nous propose dans différentes versions allant du gratuit au son déjà correct à du payant au son de
bien meilleure qualité). Ahhh le Big Love ça vous change un homme! Pas complètement fort heureusement! Pour les fans de Nine Inch Nails c’est un peu la déroute entre le pire et le meilleur. On
retrouve le son Nine Inch Nails… en sans doute moins audacieux et nettement moins dense que ce que Trent Reznor a pu proposer par le passé mais cela reste quand même un excellent son
electro-indus. Après, il faut se farcir les interprétations de Mariqueen Maandig. Rien n’est choquant ou risible dans sa façon de poser sa voix sur les morceaux d’How to Destroy Angels mais son
chant n’est guère convaincant. Et s’il ne l’est pas c’est parce qu’elle tente de singer son mari en prenant le même genre d’intonations. Avec sa petite voix toute douce cela ne passe décidément
pas. Alors si y on ajoute les passages où ils chantent en couple, on flirterait presque avec le côté guimauve de la force électronique. Par moment on se croirait dans Candy au pays des NIИ.
Ensuite… tous les goûts sont un peu où on veut, mais j’aurais préféré être complètement décontenancée, transportée par des interprétations complètement différentes, des mises en danger
étonnantes. A l’écoute de cet EP, nous avons l’étrange sentiment d’écouter un reliquat de Nine Inch Nails versions sirupeuse.

par Toujours un coup d’Avance!

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Electro , Breakcore , Alternative

Sortie : 2010

Tracklist :

1. The Space in Between

2. Parasite

3. Fur-Lined

4. BBB

5. The Believers

6. A Drowning

00000000000000DOWNLOAD

Contrat Creative Commons

juillet 24, 2010

Laetitia Sheriff – Games Over

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/07/laetitiacover2.jpg?w=300

Note :

http://www.laetitiasheriff.com

http://www.myspace.com/laetitiasheriff

Il fallait absolument que je fasse cet article avant de partir en vacances, pour combler (modestement) le vide médiatique qui a accompagné la sortie de l’excellent deuxième album de Laetitia
Shériff, Games Over. Les artistes de ce style et de cette qualité sont pourtant si rares en France…

En 2004, il me semble pourtant que Codification avait fait à juste titre un peu de bruit à sa sortie. Trop rapidement associée à PJ Harvey (comme toute nana qui fait un rock poignant plutôt que
de la pop légère), ressemblance qu’on ne ressent que vaguement sur le premier titre « Roses » à la rythmique lourde et saturée, Laetitia Shériff est bien plus la pendante française de 
Shannon Wright  (on voit déjà à quel niveau elle se situe). L’ambiance pesante de l’album Codification, souvent mise en place par une grosse basse et quelques notes de guitare tristes comme
un crachin sur une ville polluée, est à rapprocher des albums de l’américaine, mais avec une production beaucoup plus travaillée. Avec l’aide de ses deux acolytes, Laetitia Shériff interprète de
sa belle voix, souvent mise en sourdine, de glauques histoires de manière plutôt simple et efficace, dont on peut retenir au moins deux tubes potentiels (dans un monde meilleur, cela va de soit…)
: « Codification » (surtout pour son refrain) et « …bind » dont on se demande pourquoi elle n’est pas passée plus à la radio. La disque est cohérent même sur les chemins de traverse que sont les
deux petits instrumentaux (quelques mesures suffisent à poser une ambiance) ou sur le mélodique « the Date », seul titre à ne s’appuyer que sur des arpèges de guitare et un texte sobre et
émouvant. Les meilleurs morceaux sont à chercher en milieu d’album avec les intenses « Aquarius » et « that Lover » qui après avoir hésité entre accords musclés et pauses mélodiques finissent par
s’intensifier dans une déferlante quasi punk. A noter aussi « Music Box », qui avec son gros son de basse et son rythme presque électro, évoquant un Cocteau Twins qui se serait surpassé pour ne
pas être chiant, préfigure certains des excellents morceaux de l’album suivant. Codification est une merveille, accompagné en plus d’une pochette magnifique qui interdit de ne pas acheter le CD,
dont on se demande comment il n’apparaît pas plus souvent dans les favoris des amateurs français de musique « indé ».

En voyant la pochette du Games Over, je me suis jeté dessus sans réfléchir, attiré par l’artwork et par le souvenir (un peu lointain) du Codification, et bien m’en a pris, comme on va le voir.
Tout d’abord le « livret », aussi splendide qu’il n’est pas pratique, puisqu’il consiste en un paquet de feuilles volantes présentant au recto une carte à jouer illustrant un titre dont les
paroles sont au verso, dans un style symbolique/ésotérique qui m’a toujours beaucoup attiré. Beaux dessins en noir et blanc collant parfaitement à l’ambiance de Games Over, dont le titre suggère
bien qu’elle n’est pas particulièrement ensoleillée. Et de fait, on démarre par la plus longue chanson de l’album, dont les tragiques notes de piano prennent le rôle attribué à la guitare sur
l’album précédent. Le rythme est marqué par des tapements de mains qui s’ils donnent un effet joyeux aux chansons rapides sont plutôt lugubres sur de lents tempos, ce qui est bien sur le cas ici.
Agrémentant le fond glacial de cette chanson décrivant la solitude d’une personne confrontée à l’ignorance de ses origines (« the Story won’t persist in being a closed book »), les cordes font
une première lyrique apparition. On retrouvera cette ambiance et ce piano crépusculaire sur « Black Dog », qui voit pour sa part l’introduction de rythmes électroniques qui prendront plus
d’ampleur en fin d’album. Les chansons vont d’ailleurs bizarrement le plus souvent par paires. Ainsi l’enchaînement « Let’s Party » et « Hullabaloo », fausses chansons joyeuses basée sur un riff
rock de guitare répété  plutôt classique dont l’énergie cache des paroles assez pessimistes sur l’état de la planète et de ses habitants. « Hullabaloo », dénonçant les dérives de la télé,
sonne comme un Throwing Muses moderne, impression qu’on retrouvera par petites touches sur d’autres titres. Après une chanson plus pop, mais pas forcément plus facile d’accès, mêlant religion et
sexualité dans un thème très PJ Harvey (« Memento, put her in a picture »), Laetitia Shériff, toujours accompagnée de ses deux excellents collaborateurs Olivier Mellano et Gael Desbois, propose
un autre diptyque plus calme évoquant Bjork. Si « Like Ink with the Rain » reste une chanson d’ambiance avec cordes et pluie, telle un Mercury Rev timide, « Cosmosonic » enfle progressivement
jusqu’à atteindre des arrangements quasi Zeppelinien sur son final. Ces deux morceaux sont en outre bien servis par de sobres apparitions d’une guitare très mélodiques. Pas avare en changements
de styles, Laetitia Shériff enchaîne avec deux titres très différents, dont les rythmes electros sont si surprenants qu’ils seront associés dans mon souvenir à l’ensemble de l’album après ma
première écoute. On commence par « Easily Influenced », comme sorti des années New Wave, dont la voix parfaite et la nouvelle apparition divine de la guitare n’expliquent pas tout à fait la forte
impression qu’il m’a fait : certainement mon titre préféré. Puis « the Evil Eye », qui donne une idée de ce qu’auraient pu être les Cars s’ils avaient été bons. Un petit passage par le grunge,
pour une chanson violente sur l’amour et la solitude (« Solitary Play »), et on attaque déjà la fin de l’album, avec « Lockless », encore une belle démonstration de la française. Elle invoque des
rythmes vaudous pour nous tenir enfermée dans sa composition, tels les pauvres poissons cernés par le serpent sur la pochette, le danger se rapprochant au fur et à mesure que les larsens et la
batterie la font évoluer en un rock dont on aimerait se libérer : hélas, hypnotisés, nous écoutons fascinés jusqu’à la dernière note cet hommage désespéré à notre liberté perdue. Au final ne nous
reste que nos amours foirés, tristement décrits sur le lent « There, high » final, interprété à l’orgue, dont le début fait irrémédiablement penser à celui d’ « Hyperballad » de Bjork.

Très cohérent sur les thèmes abordés (solitude, amour et manque confié sans trop d’espoir à un ailleurs spirituel), l’album aurait pu pâtir d’une trop grande variété de styles. Mais c’est toute
la force de Laetitia Shériff (sans doute sa voix superbe, aux registres et phrasés incroyablement variés) d’avoir au contraire rendu cela passionnant, alors même que la plupart des sonorités
évoquées plus haut (plutôt années 80, donc) ne sont vraiment pas mes préférées. Et pourtant, nous tenons là probablement un des disques les plus réussis de l’année, dont la richesse globale ne
peut très certainement se révéler qu’au prix d’un nombre d’écoutes élevé. Et c’est tant mieux, puisque c’est le sort qu’on réserve à Games Over.

 

par blinkinglights

permalink

Origine du Groupe : France

Style : Alternative Fusion , Alternative Rock

Sortie : 2008

Tracklist :

1.The Story Won’t Persist

2.  Let’s Party

3. Hullabaloo

4. Black Dog

5. Memento, Put Her in the Picture

6.Cosmosonic

7.Like Ink With the Rain

8.Easily Influenced

9. The Evil Eye

10.  Solitary Play

11. Lockless

12. There, High

00000000000000DOWNLOAD

Tell a Friend