Archive for août, 2010

août 31, 2010

Wolfmother – Wolfmother

https://i0.wp.com/i33.tinypic.com/w1bvk1.jpg

Note :

http://wolfmother.com

http://www.myspace.com/wolfmother

Origine du Groupe : Australia

Style : Heavy Metal , Alternative Rock

Sortie : 2006

From Wikipedia :

Wolfmother is the debut studio album by Australian hard rock band Wolfmother, originally released on 31 October 2005 in Australia. The album was later released internationally at various dates in
2006, with the addition of « Love Train » and a rearranged track listing. Wolfmother peaked at number three on the Australian ARIA Albums Chart[1]  and was certified five times platinum by the
Australian Recording Industry Association.[2]  Six singles were released from Wolfmother’s debut album: « Mind’s Eye »/ »Woman », « White Unicorn », « Dimension », « Woman », « Love Train » and « Joker
& the Thief », the latter of which charted the highest at number eight on the ARIA Singles Chart.[1]  The album cover, which is taken from The Sea Witch by Frank Frazetta, shows a nymph
standing against a blue/orange sky, on a rock, though because it displays nudity the album is sold in Wal-Mart stores with an alternate cover featuring simply the band’s white logo against a
black background. It is the only album to feature co-founding members Chris Ross and Myles Heskett, who left the band in August 2008.

Tracklist :

   1. « Dimension » – 4:21

   2. « White Unicorn » – 5:04

   3. « Woman » – 2:56

   4. « Where Eagles Have Been » – 5:33

   5. « Apple Tree » – 3:30

   6. « Joker & the Thief » – 4:40

   7. « Colossal » – 5:04

   8. « Mind’s Eye » – 4:54

   9. « Pyramid » – 4:28

  10. « Witchcraft » – 3:25

  11. « Tales » – 3:39

  12. « Love Train » – 3:03

  13. « Vagabond » – 3:50

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Publicités
août 31, 2010

Ras Natty Baby – Reggae Time

https://i0.wp.com/www.rfimusique.com/imagesMusique/imagesFr/upload/rasnatty.jpg

Note :

http://www.myspace.com/rasnattybaby

Origine du Groupe : Ile Maurice

Style : Reggae

Sortie : 1999

De la Jamaïque à l’île Maurice, il y a presque quinze mille kilomètres. Pas assez pour que le reggae perde de sa force puisqu’il s’est fondu dans le séga de l’océan Indien pour resurgir sous une
nouvelle forme, le seggae. Un genre musical qui a déjà ses héros. Le plus populaire, Ras Natty Baby, vient de sortir son nouvel album, « Seggae Time »( (Déclic/Sony).

 » Rodrigue, c’est la petite colonie de l’Ile Maurice « . Dès que Ras Natty Baby se met à parler de sa terre natale, on imagine un gros caillou, perdu au milieu de l’océan Indien. Aucune canne à
sucre à l’horizon, tout juste quelques troupeaux qui font vivre les habitants. Ces descendants d’esclaves n’ont pas eu droit aux fruits du développement économique A dix-neuf ans, Baby embarque
clandestinement pour Maurice et finit par trouver domicile à la cité Richelieu, dans les faubourgs de la capitale Port-Louis. Ses amis eux aussi sont créoles (la constitution mauricienne répartit
la population dans des catégories strictes). Ils se réunissent dans la case du GOST, le Groupement Ouvrier Sans Travail, font tourner des cassettes, se prêtent des instruments. Mais le séga, la
musique et la danse traditionnelle transmise par leurs aïeux africains déportés pendant la colonisation, ne correspond plus à leur rébellion. Le reggae, et plus spécialement son messager Bob
Marley, véhicule un nouvel espoir pour ces déracinés en quête d’identité :  » émancipez-vous de l’esclavage mental « .

Ras Natty Baby et son groupe les  » Natty Rebels  » assimilent les rythmes jamaïcains et cherchent à faire connaître leur musique. Seulement, à Maurice, le reggae n’a pas droit de cité. La communauté
indienne, de loin la plus nombreuse sur l’île, profite de sa domination politique et économique pour imposer sa culture. La poignée de rastas ne se démobilise pas. Peu à peu, les concerts bricolés
sans grands moyens retiennent l’attention du public et de la presse locale car le séga et le reggae ont fusionné pour donner un nouveau style appelé seggae. Le phénomène prend une toute autre
ampleur quand Percy Yip Tong, un jeune sino-mauricien, décide en 1990 de produire l’album de Kaya, un chanteur ami et concurrent de Baby.  » Seggae, Nou Lamizik « , enregistré pendant trois nuits
dans le studio d’une radio de l’île voisine La Réunion, marque la vraie naissance du seggae.

Quelques mois plus tard, Ras Natty Baby lui emboîte le pas en sortant « Nuvel Vizion ». Record absolu de ventes : 200.000 cassettes vendues dans tout l’océan Indien. Deux autres albums finissent
d’établir sa notoriété régionale. Il joue aux Seychelles, à Madagascar lors du concours « Découverte RFI 94 ». L’association avec son groupe les « Natty Rebels  » prend fin lorsqu’il décide de
poursuivre sa carrière en Europe. Le reggae y est assez populaire, le seggae a donc toutes ses chances. Principale difficulté : trouver en France des musiciens capables de maîtriser ce rythme
hybride.

Ce nouveau départ survient avec  » Vibration Rasta Zom  » en 1996. Depuis, Ras Natty Baby a eu le temps de se construire une équipe. Le temps aussi d’essuyer quelques déconvenues. « On ne tue pas un
vieux soldat comme moi », sourit-il. On le pousse à ne faire que du reggae classique, mais il résiste, soutenu par l’ancien clavier d’Alpha Blondy, Ibis « Romie » Lawrence, tombé amoureux du rythme
6/8 du seggae et venu donner un gros coup de main pour  » Seggae Time « , le nouvel album de Baby. Douze chansons en créole, en français et en anglais (la langue officielle de Maurice) pour un
répertoire en triptyque : des textes revendicatifs, d’autres qui fonctionnent comme des sonnettes d’alarme à l’exemple de  » Monde Virtuel « , et des morceaux plus légers, invitations à venir danser
sur les plages de l’océan Indien. Une ambiance qui permet à Ras Natty Baby d’oublier un instant le triste hiver européen.

par Bertrand Lavaine

permalink

Tracklist :

01 Leve Zenes

02 Seggae Time [Kreyol]

03 Don’t Say No

04 Monde Virtuel [Reggae]

05 Let It Be Love

06 Tout Va Mal

07 Rasta Man

08 Seggae Time [Français]

09 Monde Virtuel [Reggae]

10 Globe Trotteur

11 Seggae Time [Anglais]

12 Ki Solision

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 31, 2010

Erik Truffaz – Erik Truffaz Revisité

https://i2.wp.com/www.trip-hop.net/images/jacquettes/big/447.jpg

Note :

http://www.eriktruffaz.com

http://www.myspace.com/truffaz
Origine du Groupe :
France

Style : New Jazz , Fusion Electro Jazz , Rap Fusion

Sortie : 2001

Ce cd est le fruit même du mélange du jazz et de toutes autres sortes de musiques. »Eric Truffaz revisité » est un remix des anciennes musiques des précédents albums avec toujours cette
extraordinaire mélange de Jungle,drum&bass,jazz classic,moderne,rap,bass.MAIS en plus de ceci,des spécialistes de l’électronique se sont associés au quartet(Mobile in motion,Pierre
Audetat,goo,Alex Gopher,…) Ce cd vous pationnera très certainement.Ecoutez ces vrais artistes qui vous emmèneront dans un voyage au coeur des rencontres musicales.

Par wassin

permalink

Tracklist :

1. Mobile In Motion – The Dawn Part I

2. Pierre Audétat – Less

3. Alex Gopher – Bending New Corners

4. Pierre Henry – More

5. Goo – Siegfried

6. Bugge Weisseltoft – Sweet Mercy

7. Mobile In Motion – The Dawn Part II

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 31, 2010

The Infesticons – Bedford Park

https://i0.wp.com/www.parisdjs.com/images/big_dada/Infesticons-Bedford_Park_b.jpg

Note :

http://www.mikeladd.net

http://www.myspace.com/likemadd

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative , Rap Fusion , Spoken Word , Punk , Breakcore

Sortie : 2010

Ultime volet d’une épique trilogie, Bedford Park met fin à une aventure humaine et artistique unique en son genre. The Infesticons reprennent les armes pour la dernière fois et nous les avons
suivi dans les décombres d’une ville en proie à la torpeur. Mais laissons donc aux Mcs ce qui leur appartient, à vous la rédaction …

A l’origine du mythe, il y a Mike Ladd, mc prolifique et producteur de son état, fer de lance d’un mouvement que l’on appelle le « Spoken Word » qui consiste en une sorte de poésie orale proche
du slam. C’est après quelques albums bien accueillis qu’il entreprend de créer sur le label Big Dada, une trilogie musicale mettant en scène une guerre sans merci que livrent les gentils
Infesticons à l’encontre des vils Majesticons. Ces derniers projettent de conquérir un New York alternatif situé dans une dimension parallèle. c’est donc à nos héros qu’il reviendra la dure tache
de botter l’arrière train de ces envahisseurs mal intentionnés dans un joyeux bordel sonore mélangeant sans vergogne punk, funk ou encore Hip-Hop.

Bedford Park situe l’action tout juste après la bataille, et Blokin’ Door Anthem ouvre ce dernier acte sur une ville fumante d’où résonnent un vieux morceau punk, une voix s’élève, éraillée par
les épreuves, encore sous le choc des combats.

On reprend vite du terrain, on arpente les débris où l’on retrouve quelque personnage fantasque comme ce Dirty Ol’ Man Athem qui semble plutôt remonté … une majorette défile les genoux écorchés
lançant très haut son bâton sale sur ce Plan Anthem à l’instru festive et forcément décalée …

Puis subitement un parc se présente à nous, intact encore préservé du tulmulte par un immeuble qui jadis lui faisait de l’ombre … Forever Anthem sera le seul titre réellemnt optimiste de ce
témoignage héroique … court moment de répis car il faut déjà repartir !

Les scènes et les protagonistes se suivent, le Hip-Hop se fait de plus en plus expérimental et les frontières entre les mouvement musicaux vollent en éclat. Le combat final fut difficile mais la
victoire est bonne.

Les gentils ont encore sauvé le monde, non sans faire de dégats mais l’histoire se souvriendra surtout de cette poigné d’hommes libres qui ont bravés les styles pour défendre leur idéaux … Une
excellente fusion tirant partie de chaque univers musical, du pain bénit pour les curieux !

par Williams

permalink

Tracklist :

1 – Blockin’ Door Anthem

2 – Gonna Anthem

3 – Dirty Ol’ Men Anthem

4 – Plane Anthem

5 – Forever Anthem

6 – Kick Anthem

7 – Hang It Up Anthem

8 – Word Sin Anthem

9 – Give Em Anthem

10 – Bombs Anthem

11 – Get Along Anthem

12 – Sky’s Anthem

13 – Outro

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 31, 2010

Sleepy Sun – Fever

https://i0.wp.com/cdn.stereogum.com/files/2010/03/Sleepy-Sun-Fever-Cover-Art.jpg

Note :

http://sleepysun.net

http://www.myspace.com/sleepysun

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative Rock Fusion

Sortie : 2010

Avant-propos : cette critique n’est absolument pas objective et n’a pas pour vocation de l’être de toute façon. Je donne mon avis sur un album qui m’a plu. C’est pourquoi il serait de bon ton
lorsque le cœur vous en dit et avec une argumentation correcte d’en discuter dans les commentaires, c’est beaucoup plus enrichissant.

Je ne connaissais absolument pas ce groupe avant d’entendre parler de cet album, Fever, qui sort aujourd’hui en Grande-Bretagne et le 1er juin aux Etats-Unis. C’est pourtant bien leur deuxième
album, successeur d’Embrace. Et apparemment, il est sur la même lignée. Sorti seulement quelques mois après ce premier, Fever a pour moi deux caractéristiques très importantes et prédominantes :
la guitare et les voix.

Les deux sont très présents sur leur single Open Eyes, et reflètent vraiment leur place au sein de l’album. Tout comme le premier titre d’ailleurs, « Marina », qui est une démonstration d’emblée
de l’esprit du groupe avec les gros riffs de guitare et de l’aisance vocale de la chanteuse. Une voix par moment extrêmement grave ou anodine, puis cristalline à vous en coller des frissons,
d’une seconde à l’autre. Comme ça, comme si c’était pas la même fille. Elle enveloppera ainsi toutes les chansons, mettant une véritable empreinte sur ce qu’est « Sleepy Sun ». Les guitares,
elles, sont sublimes. Rapides, électriques sans être agressives, parfois lentes et suaves. Elles savent tout faire. Les autres femmes de ce groupe.

Un autre gros atout de l’album est sa tenue. Aucune dérive, aucun impact extérieur : ils se tiennent à ce qu’ils savent bien faire. Passant des sons rock (Wild Machines) à la folk (Rigamaroo) et
parfois même à la country clichée mais qui marche bien (Desert God), ils savent garder une cohérence dans la progression de leur disque. Attention, cela n’empêche pas la présence de titres plus
surprenants, comme le duo essentiellement instrumental Acid Love/Desert God en plein milieu de l’album. Il y a une envie de faire voyager qui est évidente, voyager à travers les plaines arides,
au milieu des dunes et des grands canyons, dans leurs régions qu’ils décrivent si bien. Accompagnés de la Sandstorm Woman et de son harmonica, pourquoi pas.

En fait le single Open Eyes n’est pas du tout représentatif de Fever. Je m’attendais à un groupe de New-wave un peu lo-fi, et puis en fait non. C’est vraiment un ensemble amusant à cerner, des
ambiances très variées et envoutantes, par leur réelle simplicité. Tout un univers entre le désert et les machines (du point de vue des thèmes, mais aussi des instruments). Un album qui n’a pas
d’intérêt à être analysé piste par piste, puisqu’elles sont tellement différentes les unes des autres, formant un tout qui est Fever. Lorsque l’on arrive au bout de l’album et qu’on croit
comprendre la cohérence de l’ensemble, on n’en est en fait qu’au début du voyage. Alors on relance, encore une fois. Pour voir comment ça fait, quand on connait déjà. Et évidemment, c’est jamais
pareil.

Par <a class="url fn n" title="Quentin

permalink

Tracklist :

    * 1. Marina

    * 2. Rigamaroo

    * 3. Wild Machines

    * 4. Ooh Boy

    * 5. Acid Love

    * 6. Desert God

    * 7. Open Eyes

    * 8. Freedom Line

    * 9. Sandstorm Woman

 00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 29, 2010

Quantic Presenta Flowering Inferno – Dog With A Rope

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/08/quantic.jpg?w=300

Note :

http://www.quantic.org

http://www.myspace.com/quanticmusic

Origine du Groupe : Colombia

Style : Reggae , Dub , World Music

Sortie : 2010

Qui pouvait imaginer il y a encore quelques années Quantic aux commandes d’un accordéon de cumbia ? Depuis qu’il a posé ses valises en Colombie en 2007, ce producteur prolifique, figure clé de la
scène funk londonienne et infatigable globe- trotter, joue les trublions en défendant les couleurs musicales de son pays d’adoption. A contre-courant de la vague électro qui secoue la planète
latine, les aventures colombiennes de cet archéologue du groove suivent la voie du tout analogique. En version latin-soul avec le Combo Bárbaro – en tournée chez nous cet été -, ou dans son
alternative reggae/dub baptisée Flowering Inferno, dont le deuxième opus sort ces jours-ci.

Si les similitudes entre reggae et cumbia ont motivé de nombreuses tentatives de fusion, rarement la rencontre entre ces deux traditions n’avait abouti à un résultat aussi convaincant. Une
réussite dont le secret repose d’abord sur un rapport nostalgique au son des années 1960-70, pour beaucoup l’âge d’or des musiques caribéennes. Dans le studio Sonido del Valle qu’il s’est bricolé
à Cali, Quantic s’applique à en reproduire la texture pour provoquer de nouvelles alchimies. Et rassembler, autour d’un magnétophone Ampex 4 pistes et de ses propres talents de
multi-instrumentiste, une encyclopédie du piano salsa et latin-jazz (le vétéran Alfredo Linares), une représentante de la nouvelle génération du folklore afro-colombien (la chanteuse Nidia
Góngora) et un champion de l’orthodoxie rythmique jamaïcaine (le batteur Conrad Kelly), entre autres. Matière première de ce soundclash tropical avec ses basses vrombissantes, sa profusion de
réverb et de delay, voire ses versions explicitement dub de titres vocaux, l’héritage de King Tubby permet à Quantic d’extraire l’essence des saveurs musicales de la Colombie. Celle de
l’accordéon donc ( » Swing Easy « ,  » No soy del Valle « ), mais aussi d’une fanfare de la côte pacifique ( » Te picó el Yaibí « ) ou de cette salsa qui fait le bonheur des chaudes nuits de Cali (« 
Dub y guaguancó « ,  » Echate pa’lla « ). Un hymne à la collision des cultures sereinement calibré pour affoler le baromètre de vos soirées.

Par Yannis Ruel

permalink

Tracklist :

1. Dog With A Rope

2. Dub Y Guaguanco

3. Swing Easy

4. Echate Pa’lla (Version)

5. Portada Del Mar

6. Cumbia Sobre El Mar

7. Te PicoΜo El YaibiΜo (Version)

8. No Soy Del Valle

9. Echate Pa’lla

10. Te PicoΜo El YaibiΜo

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 29, 2010

Raymonde et les Blancs Becs – Raymonde et les Blancs Becs

https://i0.wp.com/www.spirit-of-rock.com/les%20goupes/R/Raymonde%20Et%20Les%20Blancs%20Becs/Raymonde%20et%20les%20Blancs%20Becs/Raymonde%20et%20les%20Blancs%20Becs.jpg

Note :

http://membres.multimania.fr/trauma/rbb

http://www.crashdisques.org

Origine du Groupe : France

Style : Punk Rock Ska

Sortie : 1992

From : http://www.crashdisques.org

Première sortie, et fondateurs historiques du label, les champions du « trashamuffin » peuvent être considérés comme le dernier groupe d’importance du « mouvement alternatif » originel. Revendicatifs
en diable, ces redoutables écumeurs de planches développèrent, six années durant (90-96), une fusion originale propre à crever le mur du son, expérimentant toujours plus loin le bétonnage de la
pulsion reggae, des rythmiques dévastatrices, des guitares irradiées et des éructations toastées

Tracklist :

1. Alerte

2. Méfie-toi

3. C’est Normal

4. Ne Nommons Personne

5. Fonctionnaire

6. Assoifé de Sang

7. Attention la Tension

8. Regards Lunaires

9. Raymonde

10. Bomba Atomica

11. Paris Doit Bruler

12. Zinzin

13. Phacochere

14. Débile Bonus Hydrocéphale Surboum

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 29, 2010

HaBanot Nechama – HaBanot Nechama

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/08/habanot-nechama.jpg?w=300

Note :

http://habanot.com

http://www.myspace.com/habanotnechama

Origine du Groupe : Israel

Style : Reggae , Acoustic , Vocals

Sortie : 2007

Habanot Nechama is made up of three beautiful, experienced singers, Karolina , Dana Adini and Yael Deckelbaum. Habanot Nechama is a live band in the deepest sense, having built a huge and very
dedicated following before ever releasing even one single.

No one could possibly have predicted the enormous success HaBanot Nechama found with their eponymous debut album. The August 2007 release went gold after only three weeks, and platinum
immediately afterwards. All concerts on the first Israeli tour were quickly sold-out with an unprecedented demand by European summer festivals.

The girls received great media exposure, topping the radio charts for several weeks, and eventually receiving a nomination for the « Best New Act » award at the Israeli Music Channel Annual Awards.
And was named « Act of the Year » in DJ Ha’ir magazine. Reggae influences, soul-folk melodies, one of a kind harmonies and impeccable song-craft are highlights of this perfect showcase of how
English and Hebrew can co-exist.

permalink

Tracklist :

01. Lovers 4:01

02. Boi 2:33

03. Liyot 3:49

04. Ever 3:21

05. Ya 4:04

06. Flowers 1:51

07. Ze Ma SheYesh 4:34

08. No War 3:38

09. Mea Ahuz Or 4:59

10. Lies 3:09

11. Hakol’ Keshura 3:42

12. I Love You 4:13

13. Ein Ze Meshane 4:01

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 29, 2010

Dr. Quandary – Quanny Sitar

https://i1.wp.com/www.docquan.com/img/sitar/diya_1280x1024.jpg

Note :

http://doctorquandary.com

http://www.myspace.com/medicalgraderap

Origine du Groupe : North America

Style : Abstract Hip Hop

Sortie : 2007


  Some rights reserved

 

From : http://quandary.bandcamp.com/album/quanny-sitar

Dr. Quandary’s first release for World Around is his tribute to the music of India, from tabla-based traditions to mid-70’s Bollywood soundtracks.

Tracklist :

1.Intro (Kahe Paise Pe) 02:38   

2.Don Returns 02:19       

3.Amitabh Beat 01:43   

4.The New Music 02:59   

5.Indian Summer 02:22       

6.Ram Nam Satya Hai 02:27       

7.Misconceptions 2 03:32   

8.Outro 01:26

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

août 29, 2010

Ishi – Through The Trees

https://i2.wp.com/img145.imageshack.us/img145/9168/41796116.jpg

Note : ++

http://www.myspace.com/ishiisound

Origine du Groupe : North America

Style : Electro Alternative

Sortie : 2010

It feels like Ishi  came out of nowhere. The Dallas-based dance-pop band has vaulted to the top of the local music food chain, winning radio contests, legitimately vying for a spot at
Bonnaroo, and becoming a huge local concert draw – all seemingly overnight. But they’ve actually been honing their sound for a couple of years now, working over John Mudd’s folk songs with Brad
Dale’s programming, eventually creating what they call “electro-folk.” Their debut album Through the Trees shows the still-ripening fruits of those efforts.

“Don’t let go of who you are, you came too far” singer Mudd implores on the album’s first track, “Our Time,” doing his best The Sea and Cake impression. The band holds true to the sentiment,
seemingly committed to bringing in Mudd’s folk music to mate with their dance-y electronica, which for the first few songs just means that there’s some acoustic guitar in the mix.
Multi-instrumentalist Dale has said that he wanted to mash-up “Kraftwerk beats with folky harmonies,” and he could have easily mentioned early Depeche Mode and Postal Service as well, especially
on songs like “Exhale” and “New York Charm.”

While much of the music is ready for the dance floor, the folky influence tends to hold back the energy and tempos, making some tracks calmer and more contemplative. Perhaps they’re still too
afraid to go too far in one direction. But then, there are songs like “Come Closer” that are more interested in the lusty bedroom escapades after leaving the dance club.

The folk influence really takes over toward the end of the album, as the acoustic guitar comes more to the forefront and the beats retreat. In fact, “Through the Trees” feels like two different
albums: The first half is the Ishi you see live at the club, and the second half is music for the morning after. As it progresses, Through the Trees starts to sound more like David Bazan’s
Headphones project instead dance music, and they come closest to realizing a full blend of folk and electronica on the final few tracks, and move further away from a party-inducing dance group.
But, the album is actually more interesting as a result, if a little too inconsistent.

“Through the Trees” is a solid debut for a band on the rise, and it gives hints to the fuss surrounding their live shows. But, it’s not full representation of that band as their self-described
“electro-folk” materializes mostly as either “electro” or “folk.” When they figure out how to fully meld their two halves together, they’ll be dangerous. In the meantime, a solid debut is
satisfying enough.

Ishi hosts their album release party Friday at Rubber Gloves Rehearsal Studio in Denton, with PVC Street Gang and White Mountain.

By Andy Odom

permalink

Tracklist :

01 Our Time (4:24)

02 Come Closer (4:37)

03 Pastel Lights (4:20)

04 Exhale (3:57)

05 Shake Your Dandelion (4:48)

06 Join Us (6:09)

07 New York Charm (3:04)

08 All I Want (2:28)

09 Turn Away (4:02)

10 Through the Trees (3:15)

11 Make It (4:40)

12 Make Believe (4:09)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend