Archive for septembre 8th, 2010

septembre 8, 2010

V.A – The Bahamas: The Real Bahamas in Music and Song

https://i1.wp.com/www.nonesuch.com/sites/nonesuch/files/imagecache/section-albums-coverart/albums/coverart/explorer-caribbean-bahamas-the-real_0.jpg

Note :

http://www.nonesuch.com/albums/the-bahamas-the-real-bahamas-in-music-and-song

Origine du Groupe : V.A Bahamas

Style : World Music

Sortie : 2003 (1965)

Most of the major Bahama Islands lie no further than 200 miles off the Florida coast. The United States has had generally a greater influence on the history and development of this British colony
than did the Spanish-speaking Caribbean islands to its south and east. This is also true for most of the music of the Bahamas; certainly it is true in the case of the music presented in this
album—the religious vocal music of “rhyming spirituals” and anthems.

The songs and the style heard here are the result of alternate periods of contact with and isolation from the United States mainland. The Bahama colony was established at about the same time as
the Carolina colony: around 1670. Africans from many tribes—Ibos, Ijos, Yorubas, Mandingoes, Ashantis—were imported as slaves to both places, as well as to other British settlements in the New
World. Whereas tribal identity quickly vanished in the mainland colonies, one’s awareness of a particular African heritage remained intact to a great extent in many of the European-colonized
islands. This was so in the Bahamas, where the surrounding waters provided temporary insulation against outside influences; there is still an awareness of tribal distinction in some parts of the
Bahamas. During the Revolution in the mainland colonies, a group of Loyalists left the Carolinas with their many slaves and settled on Abaco Cays in the Bahamas, where a number of freed slaves
also had come to live. A vital new music had been developing in the Carolinas, as well as throughout the whole of the Southern plantation area. This music was now brought to the Bahamas, where a
similar development may have been taking place. Here, the very old songs were preserved (and are in fact still sung), and a distinctly Bahamian style of singing developed simultaneously with the
further development of the American Negro spiritual.

Emancipation came to the Bahamas in 1838; escaped slaves from the southern American states sought refuge in the free islands, particularly Andros, largest of the Bahamas. Until the end of the
Civil War, there was a steady inflow of African-Americans to Andros and, with them, their songs. Isolation and poverty insured the preservation of these songs, so that Bahamian music today
reflects many of the developments in mainland music that occurred over a very long period. We can hear in the older music of the Bahamas something that may be close to the very early plantation
slave music.

The “rhyming spiritual” is the distinctive Bahamian type of religious song. “Rhyming” simply means intoning couplets against a melodic background of voices. (“Rhyme” here means “verse”—not
necessarily coinciding final syllables.) The rhymer—the lead singer—sings a memorized or improvised rhythmic narrative part that continues to build in intensity while the other singers repeat a
chorus behind him—that is, they sing the song. The rhyming style reached its greatest heights during the sponge fishing in the 1930s.

A West African tradition of singing sermons has been carried on, and further developed, in the New World. We can hear it in church services conducted by preachers who bring their congregations to
heights of religious fervor by the gradual transition during the sermon from speech to song—song of tremendous intensity and power. Rhyming seems to be the combination of the traditions of
singing sermons and African drum and bell rhythms. The rhythmic patterns in rhyming are also found in West African music. While there is still some drumming in the Bahamas, it had been forbidden
in the mainland colonies and had to go underground. The intricate handclapping that developed in the Carolina and Georgia Sea Islands may be a compensation for lost bells and drums. In the
Bahamas, where there is little handclapping, the singing sermon became the means for utilizing this and other rhythms. Other features of African music, such as the call-and-response vocal
pattern, also found their way into Bahamian song.

JODY STECHER, 1966

permalink

Tracklist :

01. We Will Understand It Better By and By 3:54

02. Sheep Know When Thy Shepherd Calling 2:08

03. I Told You People Judgment Coming 0:53

04. Don’t Take Everybody to Be Your Friend 2:18

05. Sailboat Malarkey 2:18

06. Up in the Heaven Shouting 1:33

07. Won’t That Be a Happy Time 2:24

08. Out on the Rolling Sea 3:12

09. I Am So Glad 1:40

10. Come for Your Dinner 1:28

11. God Locked the Lion’s Jaw 4:01

12. Great Dream from Heaven 2:39

13. My Lord Help Me to Pray 1:42

14. Numberless As the Sands on the Seashore 4:15

15. I Ain’t Got Long 1:21

16. I Bid You Goodnight 2:48

Free Music Icon

Tell a Friend

Publicités
septembre 8, 2010

1000names – Illuminated Man

https://i2.wp.com/www.substance-m.net/wp-content/uploads/2010/06/1000names2.jpeg

Note :

http://1000names.tumblr.com

http://www.myspace.com/1000names

Origine du Groupe : Bulgaria

Style : Electro , Electronique

Sortie : 2010

A n’en pas douter, le duo 1000names  représente l’une des seules, si ce n’est la seule, manifestation musicale contemporaine originaire de Sofia que la plupart des curieux de cette « beat
scene » virtuelle, européenne et mondiale, serait capable de citer après un temps de réflexion. Encore faut-il que les curieux en question aient suffisamment poussé leurs recherches pour tomber
sur les premières armes discographiques de Casio Blaster et 99 Mistakes (Margarit Alekseiev et Nikolay Todorov) chez le petit label normand Eklektik Records.

Il y a deux ans de ça, c’est de cette manière que je tombai sur le premier maxi de 1000names, l’obsédant « Monobinate / Run! Don’t Walk », qui en l’espace de deux faces laissait déjà entrevoir un
potentiel intéressant chez les deux DJs bulgares en matière de composition, de découpage de micro-samples et de confection de morceaux aux effets épileptiques assumés. Il n’en fallait pas plus
pour me convaincre d’investir dans le suivant, « Worth Making A Noise About! » avant d’attendre avec impatience le LP qui viendrait co-signer sans détours les débuts prometteurs du duo.
L’histoire est belle car ce fut chose faite dés 2009 via la publication de l’excellent « Toys Room Combat » chez Eklektik; soit 25 morceaux qui parvenait à surnager sans mal parmi les productions
environnantes pour s’affirmer comme l’une des franches réussites de ce hip-hop instrumental décomplexé explorant, sans rien laisser au hasard, la formule mise au point par 99 et Casio. Tout y
était haché, sur-haché, pré-maché puis patiemment réassemblé dans un ordre qui favorisait alors le bruit, l’inflexion rythmique, le caractère anguleux et épileptique des morceaux poussé à son
paroxysme dans un exercice de style savamment maitrisé par le duo. Comme 1000names avait décidé de bien faire les choses, le duo évitait même l’intoxication (de peu) en contrôlant tranquillement
son débit pour simplement proposer ce qu’il savait faire, « breaking the beat ».

Un premier très bon LP en poche qui les différenciait nettement de la masse laborieuse clonée à tour de bras au détour de chaque plateforme « sociale » et/ou participative, il ne restait au duo
plus qu’à confirmer, explorer de nouvelles voies, bifurquer sur un chemin annexe, tout faire péter pour remettre les choses à plat ou envisager d’en rester là. Une liberté totale, quoi. Le pied.
Sans aucun doute profond , le duo décide de remettre le couvert et repart à l’aventure discographique en abordant les périlleux récifs du second long-jeu, celui qui catalogue et/ou confirme,
celui qui  déçoit ou fait craindre le pire pour la suite. Pour cette occasion, 1000names se rapproche du petit label britannique The Black Acre et s’en va publier de l’autre côté de la
Manche un maxi inédit, « Paradise Rings / Saturn Race », petit échauffement incontournable avant de lancer dans le grand bain début juin la deuxième mouture chiadée comme il faut baptisée «
Illuminated Man ».

Formellement parlant, le changement est de taille. Plus allégé que son prédécesseur, le nouveau LP a mis de côté les incursions musicales les plus étranges, celles qui sortaient d’un cadre
structurel classique, pour faire la place, justement, à un nombre limité de compositions pour une durée avoisinant la demi-heure, pas plus. Un choix judicieux, en ce qui me concerne, tant la
tentation est grande aujourd’hui, lorsque le digital et les formats physiques actuels le permettent, de gaver les disques jusqu’à rendre une partie du contenu dispensable ou gangrénant le reste
de l’album pour ne faire retenir à l’auditeur, in fine, que la lourdeur de l’ensemble en oubliant les subtilités alentours. Ainsi, dix morceaux (+1 « caché » derrière 3 minutes 30 de « silence »)
composent « Illuminated Man » et viennent présenter 1000names sous un visage pas réellement nouveau mais qui tranche néanmoins avec « Toys Room Combat ».

Casio Blaster et 99 Mistakes ont mis de côté, partiellement, leur approche chirurgicale, ces rythmiques ultra anguleuses composées d’une myriade de petits éléments électroniques, de
mini-mini-breakbeats ou de bouts de samples collés ensemble pour former un tout volontairement hétérogène qui venait gratter le tympan et le cerveau sans discontinuer. « Illuminated Man »
consacre une approche, là aussi, plus classique de la production, même s’il continue d’exister ici et là quelques témoignages des anciennes techniques du duo. ‘Telephone 2000′ (l’une des
meilleurs réalisations de l’album) et son rythme horloger en est la preuve flagrante, même si ça n’a plus rien à voir avec ce que pouvait proposer le premier LP . Si ça n’est pas forcément pour
déplaire, l’auditeur averti pourra craindre un gommage un peu maladroit des caractéristiques essentielles des deux DJs/producteurs pour s’adapter à des exigences extra-artistiques qu’il faut
prendre en compte (envie du musicien, attente des auditeurs, besoins du label…). Ainsi, aborder « Illuminated Man » ne se fait pas sans une pointe de circonspection, quelques soupirs pour une
déception passagère et un doute qui s’installe insidieusement de l’intérêt d’un deuxième album de cet acabit.

La faute, essentiellement, à cette ouverture via un ‘Long Early Morning’ pour le moins standard qui ne rassure pas quant au soin apporté à la composition et à ses éléments les plus accrocheurs.
Ici, un morceau entendu huit cent fois au bas mot, rythmique doublée d’un handclap, une mélodie jouée au synth-bass, quelques éléments électroniques en guise de papier-peint et un head-noding pas
franchement arraché mais pas non plus réalisé avec la plus grande implication de la part de l’auditeur. Car la crainte de se trouver face à du quelconque semble peser sur le disque, aborder la
suite de l’album est un investissement qui, fort heureusement, n’ira pas sans quelques récompenses ne tardant pas à prendre leurs quartiers pour ne laisser que quelques recoins exigües aux
profondes déceptions.

On retrouve ainsi avec plaisir les rythmiques hypnotiques et incessantes qu’affectionne 1000names, que ce soit sur ‘Pocket Calculators’ où elles accompagnent un semblant d’approche mélodique pas
franchement indispensable mais soit…., ou le savoureux ‘Secondary Fauna’ et sa nappe de sons cutée à chaque manifestation du tempo du morceau, en symbiose avec le mouvement quasi inaltérable de
l’ensemble. Entre, ce sont des bouts de voix qui prennent le devant de la scène pour disparaître aussi vite, le tout constamment soutenu par cet ensemble rythmique imperturbable qui semble relier
à un mécanisme au mouvement millimétré et inépuisable. Pas étonnant pour celui qui sait que Casio Blaster était auparavant batteur au sein de différentes formations de jazz et de funk.

Dans les failles et les creux, 1000names s’adonne à quelques approches ambient fusionnées avec cette syncope propre aux racines hip-hop que les deux producteurs revendiquent clairement. Sur «
Illuminated Man », l’auditeur évolue dans un espace plus éthéré où les contours s’abandonnent au flou artistique consciemment provoqué sans jamais tomber, non plus, du breakbeat travaillé par les
deux protagonistes. C’est le cas d’ ‘Ephemeral & Slippery’, ‘Haunted Landscape’ ou l’intro ‘Talking To The Postmaster Before Leaving’ qui restent tous des formats courts où s’ébattent
davantage les manipulations sonores, les effets en tous genres et où le temps semblent s’écouler de manière beaucoup moins mathématique, chronomètre en main. Une approche différentielle qui offre
à « Illuminated Man » un nouveau point d’ancrage, un visage plus nuancé que son prédécesseur, une nouvelle dimension à prendre en compte pour celui qui voudra se plonger dans ce nouveau LP du
duo.

Pour quels résultats? A proprement parler, il ne s’agit pas réellement d’un coup d’éclat retentissant. « Illuminated Man » se trimballe les quelques clichés du genre, forcément, et souffre de ce
statut de producteur qui tentent de toucher à tout pour saisir un public un peu différent au risque de perdre une identité qui leur était propre. Aussi, on retrouve souvent les mêmes manières de
traiter le son, ces mêmes types de synthés programmés entendus des milliards de fois et qui ne font plus lever une oreille qu’aux néophytes du genre. Dans les couleurs du son elles-même, on passe
ici et là par quelques phases bien trop familières qui donnent envie de lâcher un puissant « Encore?! » avant de soupirer et de se désintéresser temporairement de l’album.

Par endroits, pourtant, on retiendra quelque chose qui tient à l’effort réalisé par 1000names pour toujours mettre en avant un « scénario » musical jamais réellement trahi et qui conduit
l’auditeur jusqu’au bout du LP en passant par toutes sortes d’émotions bien diverses. On retrouve ici et là, par ailleurs, les quelques incursions propres au duo, ce travail des breakbeats, ces
compositions qui donnent davantage dans le trop-plein pour créer l’addiction plutôt que dans l’énergie brute, pure et primitive. Mais sur la durée, cela semble pourtant pas toujours suffisant
pour retenir ce « Illuminated Man » comme un LP à l’ambition claire et nette. D’autant que 1000names avait été coupable, un an auparavant, d’un premier long-format qui tranchait net avec les
consensuels de tous poils et qui apportait une fraîcheur bienvenue au milieu des producteurs d’albums instrumentaux lorgnant résolument vers les franges les plus hip-hop de la musique.

Sans être une cuvée fantastique, « Illuminated Man » demeure un LP appréciable qui plaira aux amateurs du genre et qui offrira quelques portes d’entrées sympathiques à ceux qui ne connaissent pas
le duo. Mais il ne devra demeurer qu’une étape dans une voie d’exploration plus globale. Comme un point-relais par lequel il apparaît nécessaire de passer mais dont on n’éprouve pas forcément le
besoin de connaître en détail les moindres gestes de sa confection, les moindres petits bouts d’idée qu’il évoque durant les 30 minutes de musique proposées. Gageons que 1000names reprendra, pour
ses prochaines sorties, une direction plus affirmée et renouera plus nettement, au moins en partie, avec ce qui les a fait apprécier des aficionados aujourd’hui pendus aux productions des deux
DJs bulgares.

 

par Digital Mojo

permalink

 

 

Tracklist :

01 Talking To The Postman Before Leaving 01:16

02 Long Early Morning 03:13

03 Ill(U)Minated Man 03:07

04 Private Hero 01:58

05 Pocket Calculators 03:33

06 Telephony 2000 04:56

07 Haunted Landscape 02:24

08 Logarithmic Spirals 02:55

09 Secondary Fauna 04:09

10 Ephermeral & Slippery 02:05

Free Music Icon

Tell a Friend

septembre 8, 2010

The Make Up – In Mass Mind

https://i1.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/415SKQ5GR4L._SL500_AA300_.jpg

Note :

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Make-Up

Origine du Groupe : North America

Style : Post-Punk , Funk Rock , Soul Rock

Sortie : 1998

For 1998’s In Mass Mind, their second studio album and fourth long-player overall, the Make-Up recruited Adam & Eve — a.k.a. Royal Trux’s Neil Hagerty and Jennifer Herrema — for production
duties. As evidenced by the album’s warm, detailed sound, the collaboration is a perfect fit, bringing just enough polish and focus to the Make-Up’s music to make it even more powerful. « Black
Wire Pt. 1, » « Drop the Needle, » and « The Joy of Sound » show off the group’s dynamic, theatrical side, while « Earth Worm, » « Do You Like Gospel Music, » « Time Machine, » and « Caught Up in the
Rapture » are atmospheric and soulful, further explorations into the band’s widening sonic territory.

By ~ Heather Phares

permalink

Tracklist :

   1. « Black Wire Pt. 1 » − 1:03

   2. « Live in the Rhythm Hive » − 3:02

   3. « Joy of Sound » − 3:38

   4. « Watch it with that Thing » − 4:21

   5. « Drop the Needle » − 2:17

   6. « Earth Worm Pt. 1 » − 2:03

   7. « Do You Like Gospel Music? » − 3:59

   8. « Come up to the Microphone » − 2:50

   9. « Centre of the Earth » − 2:59

  10. « (I’ve Heard About) Saturday Nite » − 3:05

  11. « Earth Worm Pt. 2 » − 2:25

  12. « Time Machine » − 2:38

  13. « Caught up in the Rapture » − 4:41

  14. « Black Wire Pt. 2 » − 2:02

Free Music Icon

Tell a Friend

septembre 8, 2010

Andreya Triana – Lost Where I Belong

https://i2.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/2/1/5021392589121.jpg

Note :

http://www.myspace.com/andreyatriana

Origine du Groupe : U.K

Style : Alternative , Nu-Soul , Downtempo

Sortie : 2010

I’ve never been invited to a dinner party, as anyone who’s read one of my reviews might not be surprised to hear. So I don’t know what sort of music people play at them, but I know that to attach
the tag of ‘dinner party music’ to anything is a grave insult, implying sounds bland enough to ensure the focus stays on the balsamic drizzle and not the hi-fi.

Lost Where I Belong veers a little close to the background, but is saved heroically from blandness partly by Triana’s voice – an elegant, sultry zephyr that dips low and soars high with breathy
ease, bringing to mind Amy Winehouse, Erykah Badu or Jill Scott – and partly by the production from Bonobo, who makes that voice the star and frames it with not much more than understated
percussion and acoustic guitars. It won’t startle the guests, but it’s still a deeply soulful and promising debut.

by Euan Ferguson

permalink

Tracklist :

1. Draw The Stars

2. Up In Fire

3. Lost Where I Belong

4. A Town Called Obsolete

5. Darker Than Blue

6. Daydreamers

7. Far Closer

8. Something In The Silence

9. X

Free Music Icon

Tell a Friend

septembre 8, 2010

Woven Hand – The Threshingfloor

https://i1.wp.com/i48.tinypic.com/2zeza6o.jpg

Note :

http://www.myspace.com/wovenhand

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative Folk , Rock

Sortie : 2010

Indie Folk Américaine / 2010. Wovenhand a été purgé des vices de « Ten Stones » et on ne retrouvera sur « The Threshing Floor » ni les guitares rugueuses de « The Beautiful Axe », ni le punk-folk
de « Kicking Bird », ni les refrains fédérateurs de « Not One Stone », ni même l’émotion des post-ballades comme « Quiet Nights & Quiet Stars ». Non, il s’agit d’un album plus intimiste comme
« Mosaic », d’un album où David Eugene Edwards continue de se chercher et poursuit l’exploration de lui-même entamée avec « Blush Music ». Le songwriting y est ainsi implicitement moins ambitieux
mais toujours aussi personnel.

Dès les chants mystiques de « Sinking Hands », on sait que « The Threshing Floor » sera un album plus opaque, plus mystérieux, un véritable labyrinthe dans la pensée déjà torturée de son créateur
; une impression rapidement confirmée par « Raise Her Hands ». Quelque soit le procédé créatif, David Eugene Edwards aime à se retrouver isolé, évitant souvent les grosses tournées et la
promiscuité d’un groupe. Wovenhand est une extension de son univers, de sa vie, un parcours à mille chemins qui se croisent et s’entrechoquent, mais un parcours que l’on doit suivre seul.

On pourrait du coup reprocher à Wovenhand de tourner en rond, d’appliquer une recette tant chacun des titres porte en lui tout l’héritage des précédents opus (« A Holy Measure ») et que chacune
des intersections possèdent les mêmes attributs que la précédente. Les chansons usent toujours du même schéma narratif imposé dès 2003 par des titres comme « My Russia ». Les introductions
instrumentales particulièrement ambiantes laissent supposer que la voix ne viendra jamais se poser avant que cette dernière ne finisse toujours par nous prendre à revers (« Singing Grass »).
L’étrange interlude « Wheatstraw » est lui une émanation du spectre de « Snake Bite ». Mais la précieuse capacité du pèlerin à imbriquer brillamment les influences médiévales et les fluttes
enchanteresses (« Terre Haute ») prouve qu’il y a une légitimité à consolider les défenses du terrain qu’on est le seul à occuper. Au fond, les briques du « Shametown » de 16 Horsepower servent
toujours 15 ans plus tard de fondations au dédale.

C’est lorsque la rythmique joue le décalage avec l’univers folk et qu’un mur de son porte la force des incantations que Wovenhand se fait le plus envoûtant (« Thruth », reprise de New Order).
Plus le temps passe, plus David Eugene Edwards marche dans les pas de David Tibet, et les abîmes de Wovenhand pourraient bientôt côtoyer ceux de Current 93 (« Behind Your Breath »).

« The Threshing Floor » se clôture sur un « Denver City », blues-rock à souhait et étonnamment empli d’espoir, qui ne peut se défendre d’être une évidente référence au Denver Sound dont David
Eugene Edwards fut en quelque sorte l’effigie. Faut-il y voir la sortie du labyrinthe ? Non plutôt un oasis de verdure caché au milieu de celui-ci. Nul doute que le voyage initiatique n’est pas
fini et que les shamans ont encore fort à faire avec Wovenhand.

par Benjamin F

permalink

Tracklist :

1. Sinking Hands

2. The Threshing Floor

3. A Holy Measure

4. Raise Her Hands

5. His Rest

6. Singing Grass

7. Behind Your Breath

8. Truth

9. Terre Haute

10. Orchard Gate

11. Wheatstraw

12. Denver City

 

Free Music Icon

Tell a Friend