Woven Hand – The Threshingfloor

https://i2.wp.com/i48.tinypic.com/2zeza6o.jpg

Note :

http://www.myspace.com/wovenhand

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative Folk , Rock

Sortie : 2010

Indie Folk Américaine / 2010. Wovenhand a été purgé des vices de « Ten Stones » et on ne retrouvera sur « The Threshing Floor » ni les guitares rugueuses de « The Beautiful Axe », ni le punk-folk
de « Kicking Bird », ni les refrains fédérateurs de « Not One Stone », ni même l’émotion des post-ballades comme « Quiet Nights & Quiet Stars ». Non, il s’agit d’un album plus intimiste comme
« Mosaic », d’un album où David Eugene Edwards continue de se chercher et poursuit l’exploration de lui-même entamée avec « Blush Music ». Le songwriting y est ainsi implicitement moins ambitieux
mais toujours aussi personnel.

Dès les chants mystiques de « Sinking Hands », on sait que « The Threshing Floor » sera un album plus opaque, plus mystérieux, un véritable labyrinthe dans la pensée déjà torturée de son créateur
; une impression rapidement confirmée par « Raise Her Hands ». Quelque soit le procédé créatif, David Eugene Edwards aime à se retrouver isolé, évitant souvent les grosses tournées et la
promiscuité d’un groupe. Wovenhand est une extension de son univers, de sa vie, un parcours à mille chemins qui se croisent et s’entrechoquent, mais un parcours que l’on doit suivre seul.

On pourrait du coup reprocher à Wovenhand de tourner en rond, d’appliquer une recette tant chacun des titres porte en lui tout l’héritage des précédents opus (« A Holy Measure ») et que chacune
des intersections possèdent les mêmes attributs que la précédente. Les chansons usent toujours du même schéma narratif imposé dès 2003 par des titres comme « My Russia ». Les introductions
instrumentales particulièrement ambiantes laissent supposer que la voix ne viendra jamais se poser avant que cette dernière ne finisse toujours par nous prendre à revers (« Singing Grass »).
L’étrange interlude « Wheatstraw » est lui une émanation du spectre de « Snake Bite ». Mais la précieuse capacité du pèlerin à imbriquer brillamment les influences médiévales et les fluttes
enchanteresses (« Terre Haute ») prouve qu’il y a une légitimité à consolider les défenses du terrain qu’on est le seul à occuper. Au fond, les briques du « Shametown » de 16 Horsepower servent
toujours 15 ans plus tard de fondations au dédale.

C’est lorsque la rythmique joue le décalage avec l’univers folk et qu’un mur de son porte la force des incantations que Wovenhand se fait le plus envoûtant (« Thruth », reprise de New Order).
Plus le temps passe, plus David Eugene Edwards marche dans les pas de David Tibet, et les abîmes de Wovenhand pourraient bientôt côtoyer ceux de Current 93 (« Behind Your Breath »).

« The Threshing Floor » se clôture sur un « Denver City », blues-rock à souhait et étonnamment empli d’espoir, qui ne peut se défendre d’être une évidente référence au Denver Sound dont David
Eugene Edwards fut en quelque sorte l’effigie. Faut-il y voir la sortie du labyrinthe ? Non plutôt un oasis de verdure caché au milieu de celui-ci. Nul doute que le voyage initiatique n’est pas
fini et que les shamans ont encore fort à faire avec Wovenhand.

par Benjamin F

permalink

Tracklist :

1. Sinking Hands

2. The Threshing Floor

3. A Holy Measure

4. Raise Her Hands

5. His Rest

6. Singing Grass

7. Behind Your Breath

8. Truth

9. Terre Haute

10. Orchard Gate

11. Wheatstraw

12. Denver City

 

Free Music Icon

Tell a Friend

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :