Archive for octobre 20th, 2010

octobre 20, 2010

Laab – VT35

https://i1.wp.com/www.valiza-tools.com/var/valizatools/storage/images/musique/vt35/5274-1-fre-FR/vt35.jpg

http://www.myspace.com/laab

http://www.valiza-tools.com

Origine du Groupe : France

Style : Electro , Glitch , Minimaliste

Sortie : 2010

Infographiste et peintre poursuivant à travers des productions calmes et raffinées un travail de mise en abîme des sens, Laab, que ce soit en live ou dj set, cherche toujours à amener l’auditeur
là il veut : loin. Il débute son travail de composition électronique en 1994. De la techno minimale à l’ambient en passant par l’électro et le break, il poursuit à travers ses productions calmes
et raffinées son travail de mise en abîme des sens souvent teinté d’humour. Exerçant depuis 1994 le métier d’infographiste 3D (voir les Tools de Bernard Stulzaft), peintre apprécié, sa culture
pluridisciplinaire donne à ses travaux une approche réfléchie et résolument moderne. Ses compositions sont construites comme un film avec un important travail de mise en scène, tout s’imbriquant
pour raconter une histoire.

permalink

Tracklist :

01 – Right

02 – Left

03 – Radio Thing

04 – Ambigous

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 20, 2010

The Non – Tadaima

https://i0.wp.com/elektrodance.com/wp-content/uploads/2010/03/TheNonTadaima2010_thumb.jpg

http://www.thenonband.com

http://www.myspace.com/thenonband

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative Rock , Instrumental

Sortie : 2010

The Non release their latest album, Tadaima, this weekend at The Conservatory in
Oklahoma City. The album was recorded at Blackwatch Studios in Norman.

“Although The Non’s signature guitar-driven melodies and driving drum lines are still present, “Tadaima” seems decidedly more complete than its predecessor. It has fewer atmospherics and —
despite being assembled in studios in Norman, Chicago and Toronto — sounds less wandering.” – Becky Carman (Oklahoma Gazette)

“The attention to detail shows, with moments of “Tadaima” echoing the sounds of Battles or No Age at times, but also Radiohead and Dirty Projectors at others.” – Joshua Boydstun
(The Oklahoma Daily)

permalink

Tracklist :

01. No Spark, No Fire

02. Pigeon Force

03. Horse Leper

04. Bhabha

05. Waveshapes

06. Cloud Collision

07. Mimsy

08. At Brillig

09. The Days to Come

10. Tadaima

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 20, 2010

https://i0.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/0/7/0/5060205151070.jpg

http://www.hiddenorchestra.com

http://www.myspace.com/hiddenorchesta

Origine du Groupe : U.K

Style : Altertnative , Ambient , Instrumental , Electronic , Jazz , Experimental

Sortie : 2010

The hidden orchestra est le fils caché de Rémi Bricka, l’homme orchestre qui jouait simultanément de tout un tas d’instruments et doit figurer dans le livre des Records quelque part entre Paul le
Poulpe et les Beatles.

Joe Acheson, puisque c’est son nom, pense, compose, et produit ce Hidden Orchestra en unique pilote, en plus de savoir jouer de l’orgue, du basson, de la guitare, basse, batterie et une quantité
de percussions. Les comparaisons s’arrêtent ici.

Musicalement, le Hidden Orchestra parcourt les mêmes terres que le Cinematic Orchestra, mais de nuit. Un chemin qui dispute l’ombre à la lumière, une route pavée de silence et d’un choix
incertain entre le jazz et l’électronique. Night walks, collections d’ambiances sourdes s’écoute comme une bande-son automnale où couve la dynamique sous un calme apparent et précaire.

 

par Stéphane Andrieu

permalink

Tracklist :

01. Antiphon

02. Footsteps

03. Dust

04. Tired And Awake

05. The Windfall

06. Out Of Nowhere

07. Wandering

08. Stammer

09. Strange

10. Undergrowth

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 20, 2010

Sly Johnson – 74

https://i1.wp.com/generationsfm.com/media/image/13357.jpg

http://www.myspace.com/slyjohnson

Origine du Groupe : France

Style : Soul

Sortie : 2010

Sly Johnson, né Silvère Johnson, mais également connu sous le claquant pseudonyme de Sly The Mic Buddah, n’est pas un inconnu. Au sein du Saïan Supa Crew, groupe exemplaire de rap français à la
carrière courte mais au succès populaire crossover éprouvé, et ensuite en sideman de luxe auprès de Camille, Erik Truffaz, Rokia Traoré, Oxmo Puccino et quantité d’autres artistes
internationaux.

74, son année de naissance, est un premier album soyeux qui s’inscrit dans une veine estampillée nu soul, une étiquette certes rigide, mais qui a le mérite de délimiter le territoire. Un duo avec
Ayo, « I’m Calling You », après un « Slaave 2» qui cite le « Slave To The Rythm » de Grace Jones, offre un idéal complément de deux voix, féminine et masculine. « Hey Mama », nettement plus
rentre dedans, dans une couleur quasi Staxienne, confirme que le chanteur rappeur de Montrouge (qui ne s’exprime qu’en anglais tout au long de cet album) n’est pas là pour distiller que de la
douceur. Les cuivres claquent, la basse bourdonne et la guitare aguiche.

Pour montrer son héritage, il reprend un des plus grands tubes d’Otis Redding, « Fa-Fa-Fa-Fa-Fa (Sad Song) », dans une version un peu ralentie, avec une guitare wha wha à la syncope contagieuse.
Plus inattendue, sa version de l’unique hit des Korgis, « Everybody’s Got To Learn Sometimes », en 1980, déjà repris récemment par Laurent Voulzy et par JP Verdin sur la B.O. de Lol, semble être
ici pour indiquer que l’artiste dépasse le classement urbain auquel il est prédestiné, même si sa version, très soul slow à la Billy Paul, s’affranchit des autres tentatives constatées. 74, avec
son parti pris rétro, seventies, au plus près de l’essence de cette musique, est une réussite dans sa réalisation, sa musicalité, et son interprétation.

Sly, après des années dans le métier, veut décoller l’étiquette de rappeur que son parcours lui a collée aux épaules. Mais on aurait aimé se laisser séduire par quelques chansons en français, qui
auraient formé nouveauté dans cette couleur. Là, il se met sur les rangs des collègues anglo-saxons, et du même coup se complique la vie dans son territoire d’élection, au moment où un jeune
cousin joue les oncles affranchis.

par Jean-Eric Perrin pour Music Story

permalink

Tracklist :

01 – Slaave 2 Ft. Slum Village

02 – Calling You Ft Ayo

03 – Hey Mama

04 – Fa – Fa – Fa – Fa – Fa

05 – Goodbye Tomorow

06 – Everybody’s got to learn sometimes

07 – Don’t justify urself

08 – Star Ft. Rachel Claudio

09 – Sexy

10 – I.S.A.R.

11 – 26.06.74

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 20, 2010

Buff Roshi – Devil You’re A Liar

https://i2.wp.com/blog.promotion-us.com/Photos/buff.jpg

http://www.buffroshi.com

http://www.myspace.com/buffroshi

Origine du Groupe : North America

Style : Trip Hop , Electro , Alternative , Abstract , Experimental

Sortie : 2010

After six years in the making, film composer and founding member of the 80’s band , Vivabeat, Mick Muhlfriedel and experimental guitarist, G.E. Stinson to release album 6/16/10

Buff Roshi’s debut album « Devil You’re a Liar » marks the first release from the new Cephalophone Music label. The album, featuring cover art by celebrated L.A. guerrilla poster artist Robbie
Conal is the product of a long term studio collaboration between film and commercial composer and founding member of Peter Gabriel discovered 80’s band, Vivabeat, Mick Muhlfriedel and extended
technique guitarist G.E. Stinson, a charter member of the world jazz group Shadowfax. Stinson counts Buff Roshi amongst several current band projects he is part of, including Sleepr Wave, Coded
Source, plus numerous collaborations with Nels Cline.

« I began putting together bits of found sounds and random snippets of music that I had been collecting for sometime with some processed beats,” says Muhlfriedel. “I was a big fan of G.E.’s
Splinter Group and sent some of the tracks to him to experiment with. We then worked together on several additional songs. Eventually, I enlisted Renee Wilson, who added some vocals and later,
G.E. brought in the great John Fumo to lay down some trumpet.”

Of the eleven tracks on the album, Buff Roshi includes two covers, a lush chill-out reset of Pink Floyd’s « Set The Controls for the Heart of the Sun » and « Dark », a circa 1940’s Julie London
b-side featuring vocals by singer-filmmaker Renee Wilson, who appears as Raelette, Pat Lyle, in the Academy Award winning film, Ray.

In 2007 Muhlfriedel circulated a demo of several of the earliest Buff Roshi compositions, which garnered some late night airplay on L.A. hipster station KCRW and resulted in Hong Kong director,
Derek Chang tapping excerpts of two tracks for a Canon Camera commercial campaign. « Buff Roshi somehow manages to infuse layers of cinematic adrenaline with a cool jazz vibe that played well
against the visuals i was going for in the commercials, » said Chang.

by Cephalophone Music — Musical Moods for Moderns

permalink

Tracklist :

01. Blue Days (05:03)

02. Set the Controls For the Heart of the Sun (04:46)

03. Devil You’re A Liar (04:39)

04. It’s Not the End of the World (05:23)

05. Watch As Blast Points Appear (below The Falling Section of Tower) (00:54)

06. Tonight Let’s All Make Love In London (03:46)

07. Flying the French Way (04:03)

08. Dark (05:47)

09. The Hours (00:58)

10. Julie Christie (05:20)

11. This Is How It Goes (05:20)

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>