Low – Drums And Guns

https://i0.wp.com/betterpropaganda.com/images/artwork/Drums_and_Guns-Low_480.jpg

http://chairkickers.com

http://www.myspace.com/low

Origine du Groupe : North America

Style : Alternative , Indie

Sortie : 2007

Hasard du calendrier des sorties 2007 : à une première salve largement composée de groupes sortant leur premier ou second album, succèdent de nouveaux disques d’artistes déjà confirmés, dont on
pourrait dire qu’ ils montrent aux jeunes où il faudra en être dans quelques années pour ne pas tomber aux oubliettes.

Ainsi deux semaines après Nick Cave et son groupe Grinderman, ce sont les américains de Low qui publient leur (déjà) huitième album, donnant suite à The Great Destroyer sur lequel le groupe était
sorti de ses ambiances parfois un peu catatoniques pour livrer un vrai disque rock et enlevé. Sur Drums and Guns, si Dave Fridmann officie à nouveau derrière la console, c’est à un retour à des
climats beaucoup plus sombres et intimistes qu’ils nous convient, sans pour autant se répéter.

Car Drums and Guns est un album aussi sobre en surface qu’il est riche dans le fond, aussi minimaliste de prime abord qu’incroyablement dense dans sa production. Pas de guitares ou si peu, des
rythmes froids et machiniques, réchauffés par les parties vocales. Pretty People, le morceau introductif, donne l’impression de littéralement sortir de terre, sonne comme une complainte teintée
de douleur. Les thèmes abordés sont la mort et le meurtre, et ça s’entend : on ne rigole pas beaucoup à l’écoute de cet album qui réclame toute l’attention de son auditeur, mais on n’a pas non
plus à faire à un manifeste morbide, car tout est construit pour inciter à l’introspection ou à la réflexion. Chaque chanson évoque une transcendance des émotions que peuvent engendrer ces
thèmes.

On pourrait citer tous les morceaux, contentons-nous de Dragonfly pour sa mélodie qui jaillit de presque rien, Take Your Time et son refrain poignant, Murderer pour le contraste entre la gravité
de son thème et la poésie qui se dégage des orchestrations. Même si le rapprochement pourra paraître audacieux, on pensera à ce qu’avait réalisé Bashung en 2002 avec L’Imprudence. Un disque
lumineusement sombre, faussement aride, poétique. C’est ce que réussit Low avec Drums and Guns et c’est un tour de force.

par Hervé

pour indiepoprock.net

permalink

Tracklist :

01. Pretty people

02. Belarus

03. Breaker

04. Dragonfly

05. Sandinista

06. Always fade

07. Dust on the window

08. Hatchet

09. Your poison

10. take your time

11. In silence

12. Murderer

13. Violent past

mp3

 

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s