Archive for ‘Blues’

août 29, 2010

Andrea Dawson – Left With The Uptown Blues

https://i1.wp.com/cover7.cduniverse.com/CDUCoverArt/Music/19/8207019.jpg

Note : ++

http://andreadbluesband.com

http://www.myspace.com/andreadbluesband

This album is a collaboration between Tom the songwriter and Andrea the singer. Tom had written some songs he wanted recorded and Andrea was ready to put out her first CD. We used some of the best
musicians and studio for this recording. Andrea’s slogan is from « Downhome Blues to Uptown Jazz ». To please the most of her fans we recorded this « Uptown Blues » CD. This CD has a wide variety of
types of Blues. The CD contains shuffle, soul, jazz, swing among other in fluences. It even has a « New Orleans Funeral March » Blues

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Soul Blues , Jazz

Sortie : 2010

Tracklist :

01. Watch Me Burn

02. Fool For You

03. Dead Love

04. Laugh At the Blues

05. Dark Days

06. Another You

07. Less Left of Me

08. Wish You Were Here

09. Not Much

10. Memory To Me

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

Publicités
août 12, 2010

Aerosmith – Honkin’On Bobo

https://i1.wp.com/www.progboard.com/graphx/covers/5450.jpg

Note :

http://www.aerosmith.com

http://www.myspace.com/aerosmith

Pour une bonne idée, c’est une bonne idée ! Aerosmith qui revisite les grands classiques du blues, ça a tout pour plaire et quand en plus c’est réalisé avec talent et sérieux, ça nous donne un
très bon album !

Le groupe reprend de grands classiques : « Road Runner » de Bo Diddly, « Broke Down Engine » de Blind Willie McTell, « Temperature » de Little Walter ou encore « I’m Ready » de Willie Dixon & Muddy
Waters.

Dans cet album, il n’y a donc qu’une chanson inédite écrite par Aerosmith : « The Grind ». C’est évidemment là où on retrouve le plus le groupe, dans la grande tradition des bijoux romantiques de
Aerosmith à mettre au rang d’un « cryin' », d’un « crazy » ou même d’un « I don’t want to miss a thing », superbe, douce et en même temps pimentée par la guitare de Joe Perry.

Les fans de blues en auront vraiment plein les oreilles; à leur façon le groupe interprète de manière magistrale le blues. Ce qui peut paraître pour un disque à vocation commercial se révèle en
fait un vrai coup de coeur, sûrement une volonté du groupe, un rêve qu’ils ont voulu accomplir de revisiter leurs références autrement que sur un bout de table lors d’une soirée entre amis.

Le mélange est des plus réussi, ça swingue, ça donne envie de bouger, les morceaux sont bien choisis, la voix éraillé de Steven Tyler excelle dans ce registre. Il montre que le blues n’est pas
réservé aux voix de chanteurs noirs : un blanc bec du rock’n roll peut très bien se révéler aussi bons qu’eux dans ce registre. On retrouve ce qui fait la grandeur du blues, des rythmes
entrainants, un piano toujours très frénétique, des cuivres, de l’harmonica, l’ambiance est réussi admirablement. Cela ne les empêche pas de donner leur touch’ à chaque morceau avec quelques
excès électriques caractéristiques du groupe.

C’est un retour aux sources, quoi de plus sécurisant après un album pas très très bon Just Push and Play que de se planquer dans un registre qui les conforte et leur fait regagner confiance.
C’est sûr que le défi à relever n’est pas énorme. Quoique …. il fallait quand même que ces reprises ne sonnent pas moins bien que leurs références pour ne pas paraître inutile. Ils ont réussi
leur pari en donnant une nouvelle couleur à tout ces morceaux blues, la couleur Aerosmith et c’est donc un album à posséder pour tout fan d’Aerosmith mais aussi pour tout amateur de blues qui ne
verra sûrement pas une aussi bonne production sortir cette année.

En fait si … l’amateur de blues a de la chance cette année, 2004 s’annonce très blues puisque pour concurrencer Honkin’ On Bobo (volontairement ou pas), Eric Clapton sort lui aussi un très bon
album : Me And Mr Johnson.

par Charly

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Rock , Blues

Sortie : 2004

Tracklist :

1 Road Runner

2 Shame, Shame, Shame

3 Eyesight To The Blind

4 Baby, Please Don’t Go

5 Never Loved A Girl

6 Back Back Train    

7 You Gotta Move

8 The Grind

9 I’m Ready

10 Temperature

11 Stop Messin’ Around

12 Jesus Is On The Main Line

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 14, 2010

Joanne Shaw Taylor – White Sugar

https://i1.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/61jQA9x3ZGL._SS500_.jpg

Note :

http://www.joanneshawtaylor.com

http://www.myspace.com/joanneshawtaylor

When Dave Stewart had his big experience, Joanne Shaw Taylor was only 16. Her skills at the Telecaster were so perfect that the bluesfan and Eurythmics-frontman asked her to join his supergroup
D.U.P. to tour europe in 2002. She was also offered a record contract but the label went bust. Today Joanne is 23 and happy about the fact that she took her time with the recording debut: « I
wanted to take time out to really work on my craft and make sure that when I did an album it was the best that I could do. »

For White Sugar Joanne took a plane to Memphis where her label RUF had booked Jim Gaines studio. Jim had worked with some of Joanne´s idols like Albert Collins and Stevie Ray Vaughan. He brought
in the experienced sessionmen Steve Potts (drums) and Dave Smith (bass).

« Working with these guys was totally easy. I knew of them because of Luther Allison and the Jonny Lang albums. They didn’t know the tracks until five minutes before we recorded them. I made them
listen to the songs once and then play them. It was fantastic. They’ve got so much feeling and soul. They are amazing guys to work with. »

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Blues Rock

Sortie : 2009

Tracklist :

1. Going Home (4:50)

2. Just Another Word (4:08)

3. Bones (5:22)

4. Who Do You Want Me To Be? (3:35)

5. Time Has Come (5:52)

6. White Sugar (4:27)

7. Kiss The Ground Goodbye (4:40)

8. Heavy Heart (5:20)

9. Watch ‘Em Burn (5:08)

10. Blackest Day (8:17)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juin 27, 2010

Popa Chubby – Big Man, Big Guitar

https://i0.wp.com/www.blindpigrecords.com/images/covers/BP-5097.jpg

Note : ++

http://www.popachubby.com

http://www.myspace.com/popachubbyband

From Wikipedia :

Popa Chubby, de son vrai nom Ted Horowitz, est un chanteur et guitariste  de blues  et de rock  new-yorkais.

Originaire du Bronx à New York, son style agressif est influencé par Willie Dixon ainsi que Jimi Hendrix, Albert King ou encore Danny Gatton créant ainsi une synthèse Blues, Rock, Funk, Pop très
personnelle mais transpirant le blues new-yorkais. Comme Calvin Russell, il a beaucoup plus de succès en France  qu’aux États-Unis, où il n’est connu que des spécialistes, bien que la
situation ait tendance à s’inverser[réf. nécessaire]. Son nom de scène est tiré d’une expression d’argot, « pop a chubby », qui veut dire « avoir une érection », mais peut également faire référence à
son embonpoint (popa/papa joufflu). Chacun de ses albums est un concept en lui-même : un album de ballades avec des chansons comme Hallelujah, de rock-punk pur (« If the Diesel Don’t Get You Then
the Jet Fuel Will »), ou encore de blues comme « Back Door Man » où l’on sent bien la patte du « maître »[réf. nécessaire]. Perfectionniste, c’est le roi des coups de gueule.

En 2006 il entame une tournée en la commémoration de Jimi Hendrix, celui qui lui a fait découvrir le rock à la radio avec son Purple Haze. Il possède une collection de guitares dont une Fender
que le fabricant n’avait pas répertoriée[réf. nécessaire].

Il joue également de la batterie, qu’il lui arrive de pratiquer sur scène.

 

 

Origine du Groupe : North America

Style : Rock , Blues

Sortie : 2005


Tracklist :

01 Hey joe [live] – 6:13

02 Dirty lie [live] – 7:27

03 Back door man [live] – 6:49

04 I can’t see the light of day [live] – 7:10

05 If the diesel don’t get you then the jet fuel will [live] – 5:22

06 Sweet goddess of love & beer [live] – 6:14

07 Motorcycle mama [live] – 6:54

08 Somebody let the devil out [live] – 5:52

09 Hallelujah [live] – 6:53

10 Keep on the sunny side [live] – 4:07

11 Time is killing me [live] – 6:26

12 How’d a white boy get the blues? [live] – 3:10

00000000000000DOWNLOAD

Tell a Friend

juin 20, 2010

Marcia Ball – Let Me Play With Your Poodle

https://i0.wp.com/images.uulyrics.com/cover/m/marcia-ball/album-let-me-play-with-your-poodle.jpg

Note :

http://www.marciaball.com

http://www.myspace.com/marciaballband

This album of snaky swamp rock is one of Ball’s best recordings. Great choice of songs (she wrote 5 of the 13) that let her show all her talents, both vocally and instrumentally. Slow-tempo songs
display the force of her voice, as in « I Still Love You, » and another of the many gems, « For the Love of a Man. » Meanwhile, the playfulness of the title cut and « The Right Tool for the Job » allow
her to have fun and let the band air it out. Then there is the perfect song to end the disc and an absolute tour de force, Randy Newman’s « Louisiana 1927. »

Ball has again assembled another top-notch cast of characters who more than hold up their end of the bargain. A few of the many who shine are George Rains on drums, Mark Kazanoff, who does double
duty as a co-producer and excels on various saxes, and Derek O’Brien, who also co-produced and shares much of the guitar work with Steve Williams. If you don’t know Marcia Ball, this is a
fantastic introduction, and if you liked her past work this is a gem you won’t want to miss. ~ Bob Gottlieb

Personnel includes: Marcia Ball (vocals, piano, Wurlitzer piano); Doyle Bramhall (vocals); Steve Williams (guitar, acoustic, electric & slide guitars, background vocals); Derek O’Brien
(electric guitar, background vocals); Clarence Hollimon (electric guitar); Paul Klemperer (saxophone, tenor saxophone) Mark Kazanoff (saxophone, tenor & baritone saxophones); Red Rails
(saxophone); Les Izmore (baritone saxophone); Gary Slechta (trumpet); Randy Zimmerman (trombone); Riley Osbourn (Hammond B-3 organ); Don Bennett (bass, background vocals); David Carroll (bass);
Rodney Craig (drums); Fran Christina (drums, background vocals); B.E. « Frosty » Smith (tambourine, shaker/congas, percussion).

by Award Winner

permalink

Origine du Groupe : North America

Style : Blues , Rythm & Blues

Sortie : 1997

Tracklist :

   1.  American Dream Lyrics

   2. Can’t Trust My Heart Lyrics

   3. Crawfishin Lyrics

   4. For The Love Of A Man Lyrics

   5. How Big A Fool Lyrics

   6. I Still Love You Lyrics

   7. I’m Just A Prisoner Lyrics

   8. Let Me Play With Your Poodle Lyrics

   9. Louisiana 1927 Lyrics

  10. Something I Can’t Do Lyrics

  11. The Right Tool For The Job Lyrics

  12. The Story Of My Life Lyrics

  13. Louisiana 1927

00000000000000DOWNLOAD

juin 20, 2010

Bettye Lavette – Interpretations : The British Rock Songbook

https://i0.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/41Pjh02pDXL.jpg

Note :

http://www.bettyelavette.com

En 1962, une jeune femme de 16 ans faisait parler d’elle aux Etats-Unis pour son single « My Man – He’s a Lovin’ Man ». Il s’agissait de Bettye LaVette, dont la voix fait partie de celles qui ne
s’oublient pas. Et pourtant, cette native du Michigan, qui a grandi à Detroit, n’a jamais eu la chance d’embrasser la carrière de Tina Turner et d’Aretha Franklin. La vie réserve parfois son lot
de déceptions, même si la chanteuse n’a pas eu à rougir de son parcours, qui lui a permis d’assurer des dizaines de concerts à travers le monde et d’enregistrer une série d’albums. Pour
« Interpretations: The British Rock Songbook », elle a fait le choix de miser sur les reprises.

S’attaquer aux répertoires de Pink Floyd, McCartney et Elton John est sacrément culotté. Mais, avec ses airs de femme épanouie et son timbre patiné et puissant, Bettye LaVette n’a pas eu peur.
Elle a eu raison : ses 13 chansons, mariage d’esprit musical britannique et de sonorités soul, jazz et R&B américain, donnent un second souffle aux morceaux originels. Pete Townshend des Who
aurait même avoué avoir pleuré en entendant, lors d’un concert, la reprise de « Love, Reign o’er Me », initialement enregistré en 1972. Soit il est devenu un peu trop sensible, soit le talent de
Bettye LaVette donne des ailes à son auditoire. Nous penchons pour la seconde hypothèse.

Par Vannier

permalink

Origine du Groupe : North America
Style : Blues Soul
Sortie : 2010
Tracklist :
1 · The Word

2 · No Time to Live

3 · Don’t Let Me Be Misunderstood

4 · All My Love

5 · Isn’t It A Pity

6 · Wish You Were Here

7 · It Don’t Come Easy

8 · Maybe I’m Amazed

9 · Salt of the Earth

10 · Nights In White Satin

11 · Why Does Love Got to Be so Sad

12 · Don’t Let the Sun Go Down on Me

13 · Love Reign O’Er Me

00000000000000DOWNLOADLink Censored  DMCA request
juin 1, 2010

Magic Sam – Black Magic

https://i1.wp.com/img13.nnm.ru/e/6/b/2/c/0c31b96395449067c8e53f40a1d_prev.jpg

Note :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Magic_Sam

Origine du Groupe : North America

Style : Blues

Sortie : 1969

Tracklist :

1. I Just Want A Little Bit
2. What Have I Done Wrong
3. Easy, Baby
4. You Belong To Me
5. It’s All Your Fault
6. I Have The Same Old Blues
7. You Don’t Love Me Baby
8. San-Ho-Zay
9. Stop! You’re Hurting Me
10. Keep Loving Me Baby

    * Magic Sam : vocals and guitar
    * Eddie Shaw : tenor sax
    * Lafayette Leake : piano
    * Mighty Joe Young : guitar
    * Mack Thompson : bass
    * Odie Payne Jr. : drums

00000000000000DOWNLOAD

From wikipedia :

Devenu Magic Sam, le jeune homme commence en 1957 à enregistrer des 45 tours pour Cobra Records, dont All Your Love, qui remporte un succès local. Ce morceau est souvent considéré comme l’acte de naissance du Blues « west side .

Très amical, bon vivant et décontract, Sam n’en est pas moins confronté aux difficultés de la vie de musicien de Blues, et de tout ce qu’elle implique à l’époque en matière notamment de consommation de tabac et d’alcool. Plus grave, en 1959, alors que sa carrière semble en train de décoller, Magic Sam est appelé à faire son service militaire. Décidé à y échapper, il déserte, ce qui lui vaut six mois de prison. Il revient traumatisé par cette expérience. Mais Sam parvient néanmoins à redevenir une figure importante des nights-clubs de Chicago, malgré des démêlés avec le syndicat local des musiciens et des problèmes de management Pour autant, aucun de ses enregistrements ne parvient à une renommée nationale, et les opportunités discographiques se font rares.

En 1960, à la suite de la faillite de Cobra Records, Magic sam signe sur le label Chief, pour qui il enregistre notamment sa version de Every Night About This Time, de Fats Domino. Le single remporte un certain succès, ce qui reste l’exception.

Néanmoins, le milieu des années 1960 voit la carrière de Magic Sam repartir, grâce au renouveau du Blues à la suite du British Blues Boom et au regain d’intérêt du public blanc. Il enregistre notamment Out of Bad Luck pour Crash Records, avant de signer avec Delmark Records pour That’s Why I’m Crying. Il enregistre en 1967 pour Delmark son premier album, West Side Soul, qui contient notamment une version du Sweet Home Chicago de Robert Johnson (1936) . Il part ensuite en tournée pour soutenir l’album, malgré une blessure par balle à la jambe quelques jours avant le départ.

Après une tournée aux États-Unis et en Europe, Magic Sam enregistre en 1969 son second album, Black Magic, qui doit lui permettre de « percer » au niveau international. Tournées, bonnes ventes de disques et cachets en augmentation, tout semble alors sourire au guitariste. Mais sa santé, qui n’a jamais été très bonne], se dégrade brutalement. Alors qu’il tourne en première partie de l’harmoniciste Charlie Musselwhite, Magic Sam doit être hospitalisé pour ce qu’on croit d’abord être une bronchite, mais qui se révèle en réalité une crise cardiaque.

Sorti de l’hôpital, Magic Sam semble rétabli, tournant en Europe et en Californie, et il est question qu’il signe avec le célèbre label Stax. Mais il décède d’une nouvelle crise cardiaque le 1er décembre 1969 au matin[23]. Sa tante Lilly aura survécu à tous les enfants qu’elle a élevé .

juin 1, 2010

Josh White – Harlem Blues

https://i1.wp.com/www.wirz.de/music/whitejos/grafik/harlem4.jpg

Note :

Origine du Groupe : North America

Style : Blues

Sortie : 1940

Tracklist :
01 Careless Love
02 Prison Bound
03 Hard Time Blues
04 Monday, Tuesday, Wednesday
05 Motherless Children (part 1)
06 Motherless Children (part 2)

00000000000000DOWNLOAD

Joshua Daniel White (February 11, 1914–-September 5, 1969), best known as Josh White, was a legendary American singer, guitarist, songwriter, actor, and civil rights activist. He was also known by the name « J King ».

White’s anti-segregationist and international human rights political stance presented in many of his recordings and in his speeches at rallies resulted in the right-wing McCarthyites incorrectly assuming that he must have been a Communist. Accordingly, from 1947 through the mid 1960s, White was caught in the vise grip of the anti-Communist Red Scare, and combined with his resulting attempt to clear his name, his career was harmed immeasurably. However, regardless of the purists’ debate over the artistic change in his presentation or from those who opposed his politics, White unarguably inspired several generations of guitarists with his new and unique stylings and techniques, and is cited as a major musical and social influence by dozens of future stars.

« Harlem Blues » was a set of three 78 rpm singles, recorded March 7, 1940 in New York City

by Zero G Sound (Thanks !!!)
permalink

More info : http://en.wikipedia.org/wiki/Josh_White

mai 27, 2010

Davie Allan & The Arrows – Blues Theme

https://i0.wp.com/farm3.static.flickr.com/2405/2176209265_bc9c78f92d.jpg

Note :

http://www.davieallan.com

Origine du Groupe : North America

Style : Rock , Garage , Fuzz , Soundtrack

Sortie : 1967

Tracklist :

   1. Blues theme (from the film « The Wild Angels »)
   2. King Fuzz
   3. William Tell 1967
   4. Theme from Thunderball
   5. Action on the street
   6. Theme from The Wild Angels
   7. Theme from the Unknown
   8. Fuzz Theme
   9. Sorry ’bout that
  10. Ghost riders in the sky
  11. Runaway
  12. High noon
  13. Theme from A summer place 

00000000000000DOWNLOAD

« Blues Theme » is arguably the most famous track by Davie Allan & the Arrows. It was recorded quickly on Mike Curb‘s Tower label for the soundtrack to the move Wild Angels — Peter Fonda‘s first biker flick and just before Easy Rider. With wild, screaming fuzz guitar and a surf beat, it signifies the sound of the L.A. Strip in 1967 and embodies — in its two-minutes-and-ten-seconds — all the cultural elements of its soundtrack — the waning surf scene that traveled it, the muscle cars that roared through its lanes, the dawn of acid-crazed hippies floating down it, and the speed-drenched outlaw biker tribes who haunted it. The rest of the album is a literal pastiche of tracks that were issued under other names, slightly doctored for and from other soundtracks — there were seven between the Arrows‘ first album, Apache ’65, and Blues Theme — or simply renamed. These include « King Fuzz, » an instrumental remake of « The Twirl » by Harley Hatcher; « Theme From the Unknown, » which had several names in earlier releases on 45 rpm’s, and « Fuzz Theme, » that was later re-titled « The Young World, » for the soundtrack to Teen Rebellion. The CD reissue contains the album’s original ten cuts, plus three bonus tracks, all of which are previously unissued — with a smoking read of Del Shannon‘s « Runaway. » The set is brief, but it is all killer, no filler. Sundazed does it again.

by Thom Jurek

permalink

mai 27, 2010

Celso Salim – Going Out Tonight

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/05/untitled.jpg?w=300

Note : ++

http://www.celsosalim.com

http://www.myspace.com/celsosalim

Origine du Groupe : Brazil

Style : Blues , Alternative Rock

Sortie : 2003

Tracklist :

01. Intro 00:36
02. Going Out Tonight 05:52
03. Sweet Brown Eyes 04:58
04. One For The Winter 03:52
05. Slow Down 04:45
06. Gold Hearted Lady 06:06
07. What Kind Of Spell (You Put On Me) 03:58
08. See You Tomorrow 07:37
09. Ain’t Gonna Fade Away 05:45
10. Daydreamin’ 06:23
11. Don’t Bother Me 04:31
12. Funky Mama 05:16
13. Gonna Stay 07:07

00000000000000DOWNLOAD

Produced by Celso Salim and Rafael Cury
With classic rock, Blues and country influence this record includes 3 instrumentals and is Celso’s debut on vocals. He also plays mandolin and bass on it.
With special guests: Henry « Sol-Eh » Brewer on keyboards, Rafael Moreira on guitar, Darryl Carriere-harp & vocals, Dillo D’Araújo-guitar, Rafael Cury on vocals, Pablo Fagundes-harp, Célio de Moraes & Daniel Lima-bass, Vinícius Corrêa & Leander Motta-drums  and more. 

permalink