Archive for ‘Rap’

octobre 27, 2010

Mala Rodriguez – Dirty Bailarina

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/10/2dl3u5f.jpg?w=300

http://malarodriguez.com

http://www.myspace.com/malarodriguez

Orgine du Groupe : Spain

Style : Rap

Sortie : 2010

Dirty bailarina es el cuarto álbum de estudio de Mala Rodríguez.

El título es una especie de personaje conceptual creado por la propia artista. « Es un trabajo de ciencia ficción. El personaje principal es ‘Dirty Bailarina’, el cual me inspiro mi tataranieta.
La acción transcurre en un tiempo alternativo, solo hay que reflexionar el punto donde estamos, para darnos cuenta hacia donde vamos… En ese lugar arranca el álbum, desde ese marco ella muestra
su música, todo lo que siente y por qué… ‘Dirty Bailarina’ son palabras que unidas, evocan una imagen concreta. La imagen de una mujer que expresa su arte sin miedo a ensuciarse ».

« A medida que iba escuchando los versos y las melodías en mi cabeza… me iba dando cuenta de que Dirty bailarina sería un álbum diferente. He querido mostrar todo lo que tenia en los bolsillos,
la búsqueda del ser es la mayor de las aventuras. Lo más destacable es que además de seguir hablando de lo social, hablo del amor ».

« A veces da igual lo que pasa ahí fuera, lo que importa es lo que pasa aquí dentro, es entonces cuando aparecen mensajes universales, transcendentes que nos tocan a todos, como hermanos que
somos, mas allá de la critica consciente o del puro divertimento ».

Un disco compuesto por 12 temas, más 1 inédito solo disponible en su edición digital.

Grabado en Atlanta (Estados Unidos). Colaboran en las labores de producción el americano Focus (Dr. Dre, Beyonce, Busta Rhymes, Jennifer Lopez, Cristina Aguilera) y los españoles Griffi y Sr
Tcee.

« La rapera Mefe ha sido mi invitada, tenía muchísimas ganas de compartir un ritmo con ella, tiene mucho talento y estoy feliz de que sea parte de « .

« Tener a Estrella Morente como broche ha sido algo, absolutamente maravilloso ».

Con un sonido rítmico, y con letras de carácter social.

No pidas perdón es el primer avance.

permalink

Tracklist :

1.En la linea

2.Nene

3.No pidas perdón

4.Galaxias cercanas

5.Prima

6.Interferencias

7.Yo no mato el tiempo

8.Ama

9.Por eso mato

10.Un corazón

11.Flores,vitamina y mucho sexo

12.Patito feo

13.La mala

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

Publicités
octobre 23, 2010

Féfé – Jeune A La Retraite

https://i2.wp.com/www.rapelite.com/multimedia/coversons/FEFE%20JEUNE%20A%20LA%20RETRAITE.jpg

http://www.fefe-lesite.com

http://www.myspace.com/fefessc

Origine du Groupe : France

Style : Rap Fusion , Alternative

Sortie : 2009

NEWS !!! Desktopify this player HERE

Encore un qui va poser des problèmes aux disquaires ! Où ranger Féfé, ex-Saïan Supa Crew ? Trop groovy pour rester au rayon chanson, trop mélodique pour être raccord dans les bacs hip-hop. Le
trentenaire livre un premier album, Jeune à la retraite, gorgé de bonnes ondes. A ranger, sans hésitation, sur l’étagère des belles surprises.

Sac à dos vissé sur les vertèbres, look de tortue ninja, Féfé (ou Féniksi) a tutoyé le succès avec son groupe, le Saïan Supa Crew. Mais, après la séparation du collectif rap éclectique en 2007,
ce trentenaire originaire de Clichy-la-Garenne se trouvait un peu trop à l’étroit dans le strictement hip-hop. Il avait envie de soul, de reggae et de chanson. Envie de retrouver l’ambiance de
ses dimanches en famille au son de Fela Kuti, Bob Marley ou Sam Cook. Envie de faire plus que « jouauter », à l’oreille, avec les instruments qui lui passent dans les mains.

Et l’artiste a travaillé. Dans la lignée de G padpo sur le premier album du Saïan, Jeune à la retraite propose une alliance détonante entre guitare sèche, batterie bien en avant, cuivres
chaleureux et voix mi-rapée mi-chantée. Fils caché de Tété et Outkast, Féfé n’a pas fait les choses à moitié. Il est allé solliciter Dan The Automator, producteur mythique et co-créateur de
Gorillaz. Leur collaboration va laisser des traces tenaces sur les pistes de danse : Dans ma rue et son gimmick reggae ou C’est comme ça, véritable éruption de bonnes vibrations.

Entouré de musiciens solides, le trentenaire caresse aussi bien la funk (Mes héros) que le reggae (Ride Home en duo avec Patrice). On comprend pourquoi il aura mis dix ans pour accoucher de ce
premier disque. Quelque soit l’habillage, limite Yelle sur VPC ou complètement acoustique avec Être père, Féfé reste juste, à la fois sensible et espiègle. La preuve, grâce à ce Jeune à la
retraite, que ça a du bon de vieillir.

par Ludovic  Basque

permalink

Tracklist :

1. Jeune à la retraite (3:29)

2. Clichés (3:22)

3. Dans ma rue (3:54)

4. Mes héros (3:18)

5. C’est comme ça (3:43)

6. Miss Wesh Wesh Yo (3:29)

7. Cherche (4:04)

8. Pause (3:19)

9. VPC (3:54)

10. Ride Home (3:10)

11. Être père (3:09)

 

mp3


// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 6, 2010

Ghostpoet – The Sound of Strangers (EP)

https://i1.wp.com/www.soulculture.co.uk/wp-content/uploads/2010/06/Ghostpoet-Sounds-Of-Strangers-EP.jpg

http://www.myspace.com/ghostpoet

Origine du Groupe : U.K

Style : Rap Fusion

Sortie : 2010


// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

Obaro Ejimiwe est notre Ghostpoet. MC britannique originaire du Niger,  il propose un hip hop expérimental imaginatif. Maniant La rime espiègle et le flow chaleureux,  le jeune homme
nous accroche rapidement avec ses petits morceaux sympathiques.   Petite surprise des plus réjouissantes : la collaboration avec l’excentrique Micachu  en piste 2. On y retrouve le
son bien particulier de la demoiselle qui marie joyeusement ses arrangements lo-fi et son chant au flow  du rappeur britannique.

par Toujours un coup d’Avance!

permalink

Tracklist:

1. Gone

2. Morning feat. Micachu

3. Longing For The Night

4. Love Confusion

mp3

Tell a Friend

septembre 14, 2010

Swollen Members – Balance

http://livingunderwater.files.wordpress.com/2007/09/balance.jpeg

http://www.swollenmembers.com

http://www.myspace.com/swollenmembers

Origine du Groupe : Canada

Style : Hip Hop , Rap , Abstract Hip Hop

Sortie : 1999


// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

Romancing the elements of nature, the witching-hour lyricism of the Swollen Members (Madchild and Previal) delves deeply into topics that have yet to be captured or pontificated on wax. SM are
shaman-like oddities in this game, and judging from their topic matter alone, they would seem to fit in more at a Renaissance festival than in hip-hop’s machismo-filled atmosphere. Prevail and
Madchild divulge their cloak-and-dagger lyrics in a highly animated manner, and their chemistry is very developed for a group embarking on their freshman effort. Western guitar riffs and staccato
high hats augment the duo’s mental gymnastics on « Out of Range, » and the Alchemist leads a one-man symphony on the possessed « Horrified Nights. » Swollen Members enlist a stellar supporting cast
throughout, with Dilated Peoples (« Counterparts »), Evidence (« Bottle Rocket »), Everlast, Divine Styler, and Del’s Hieroglyphics ambiance, prevalent on « Left Field » with Unicorn. The witchdoctors
of hip-hop are definitely at the forefront of developing a new style, and after listening to the Swollen Member’s debut, your view of hip-hop may never be the same.

by Matt Conaway

permalink

Tracklist :

01 Front Street

02 Out Of Range

03 Consumption (feat. Aceyalone)

04 Lady Venom

05 Shatterproof (feat. Others)

06 Bless And Destroy

07 My Advice

08 Brace Yourself

09 Circuit Breaker

10 Strength

11 Sunburn

12 Left Field (feat. Del)

13 Bottle Rocket (feat. Others)

14 Horrified Nights

15 Valentines Day Massacre (feat. Others)

16 Battle Axe Experiment (feat. Evidence)

17 Forceful (feat. Others)

18 Commited (feat. Son Doobie)

19 Counterparts (feat. Dilated Peoples)

Free Music Icon

Tell a Friend

août 29, 2010

Alexander Borovik – Shepotom (Александр Боровик – Шёпотом)

https://i2.wp.com/xxmusic.ru/uploads/posts/2010-01/1263672198_a_borovik-cover.jpg

Note : +

http://alexanderborovik.ru

http://www.myspace.com/alexanderborovik

Took from rap better and it reembodied. However, this new music it is equal as rap, it is so created for the life: it is possible to listen to it, when you go, you lie, you sit, you will go. It can
be background, it is possible to listen to it, it is possible to listen to it, and it is possible to design for it, being in any mood. Within the framework resources about rap we consider “by a
whisper”, of course, not as something that connected with this rap itself, but as simply good music.

Text possesses not semantic fullness, but fullness by the symbols, which in the head of each will outgrow already by its own associations, thoughts and interpretation. From the other side, it
cannot be said that the song of Alexander – this continuously symbolism. In them many sufficiently simple phrases without the dual bottom, which exactly in the context of music acquire their
intricate nuances. This music not for those, who love, when all present to them on the saucer, and not for those, who never took into the hands volume with the verses.

The absence of some strict movement to canons, generally something strict gives, at long last, the possibility to be weakened and to cease to analyze and to compare (only if you are the
conservative fan of his past turn of creation). Here [Borovik] – free artist. It, as El Salvador they gave, strings means after the means in the limits of one work, creating the fabric, which is
deprived of any framework, its linen is limitless.

The amplitude of the fluctuations of mood, manner of performance, arrangement is not great, canvas for this work one. Sensations from one track smoothly overflow into the sensations from another.
In the life there are no sharp passages from one aspect to another, so and [Borovik] it must be perceived in the totality.

Thoughts about the success of rhymes (about the rhymes as a whole) practically do not appear. The author rather is similar to the actor, than to the musician. “In a whisper” it obeys as radio
performance. From a number of its passages of ant they run along the skin, and is created impression, that some lines could not be written otherwise as on the elbows or in the assaults of fury.
And, it seems, in this play main heroine – music.

You listen to and you begin to envy to this freedom from [skilzov], this determination to accept itself as such, such as you exists. Volney [Borovika] perhaps that wind. And this ease of passage of
one state to another is definitely transferred to listener and gives to it, in addition to the impressions, feelings and pleasure, the new point of view. Especially if thus far listener could not
be abstracted from rap or could not understand that music – this, first of all, skill.

the author: Maria [Leskova]

permalink

Origine du Groupe : Russia

Style : Folk , Rap

Sortie : 2010

Tracklist:

01. Новый

02. Шёпотом

03. Вдохновение

04. Нет никого ближе

05. Белый шум

06. Не убежать

07. Катя

08. В бетонных склепах

09. Исповедь

10. Трамплин

11. Кривой эфир

12. Верить в чудо

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

juillet 14, 2010

La Rumeur – Regain De Tension

https://i1.wp.com/www.rap-francais.com/imgs/pochettes/La%20Rumeur%20-%20Regain%20de%20tension%20Pochette%20CD.jpg

Note :

http://www.la-rumeur.com

http://www.myspace.com/larumeurofficiel

Quand il y a de l’agressivité en face, obligé de parler sur le ton de la menace, question de dignité.

Deux ans après le splendide L’ombre sur la mesure et dans l’attente d’un procès pour diffamation publique envers la police nationale, La Rumeur est de retour avec un disque offensif – évidemment
offensif. Son titre, sa pochette, ses sons et ses textes : tout converge vers le déchaînement d’une attaque violente mais précise. Car au-dessus de ce Regain de tension plane l’ombre du procès,
et derrière lui de la police, d’une justice souvent complice, de la politique sécuritaire, et finalement de tout ce qui tend à faire perdre Nom, prénom, identité…

En résistance à ces ombres, La Rumeur affirme justement plus que jamais son identité, bâtie autour de propos à double-tranchant, sans cesse perchés sur un « mince fil qui manque de casser d’un
coup »… La précarité de cet équilibre se ressent d’ailleurs souvent dans le timbre de la voix quand La Rumeur rappe à bout de souffle et avec les tripes, notamment Hamé (Ils nous aiment comme le
feu) et Philippe (Quand le diable est au piano). Mais c’est surtout dans les textes que La Rumeur joue au funambule, car les formules extrêmes se succèdent, notamment chez Philippe et Ekoué qui
entretiennent une violence exprimée par des insultes gratuites, des propos lapidaires, et des prévisions menaçantes. « De la confiture pour les porcs » : voilà ce qu’offre en somme La Rumeur. Car
pour les censeurs, radios, syndicats de police et autre Ministère de l’Intérieur qui douteraient encore de la haine que leur porte La Rumeur, chaque rime se dresse et la leur vomit en pleine face
: vulgairement certes, mais aussi avec poésie. Et le vacarme devient arme :

A nous le bruit, et ses effractions en série

Son sous-sol, ses clés d’acier, et ses clés de sol

A nous le bruit, à nous le bruit

D’une plume toujours aussi aiguisée et littéraire (tout comme celle de Mourad), Hamé s’adresse dans Inscrivez greffier au tribunal, « n’exprime aucun regret », et invoque contre sa propre personne
l’article 25 bis, alinéa premier : expulsion du territoire pour atteinte à la sûreté de l’Etat. Cet excellent morceau solo, nourri entre autres du texte boucher La violence et l’ennui de Léo
Ferré, rejoint les couplets du même Hamé, dans P.O.R.C et le superbe Ils nous aiment comme le feu, tous obsédés par la censure et le procès à venir.

Pendant que la censure peine de tous ses efforts

Et que d’obscurs syndicats de porcs

En cas d’encombrantes bavures invoquent le coup du sort

Et nous convoquent leur état-major…

Dans un style beaucoup plus brut et quasi-parlé, Ekoué se charge d’enfoncer violemment le clou déjà planté par Philippe dans son réquisitoire Soldat Lambda, en faisant preuve d’un cynisme
incendiaire notamment dans Les mots qui me viennent : « et oui je siffle la Marseillaise, et je te baise, c’est comme ça ». Le respect envers l’hymne national, envers la police, des concepts aussi
foireux que celui d’intégration ou des euphémismes de type « bavures », autant de Mots du maître « à suivre à la lettre » que pourrait recenser Hamé pour mieux leur « tordre le cou »…

Quand le diable est au piano

Qu’il joue la note de trop

Quand le piano est au diable

Ce que la corde est au cou des présumés coupables

En point culminant de l’album, Quand le diable est au piano offre une atmosphère sombre et funèbre parfaitement maîtrisée, avec une entrée en scène apocalyptique de Philippe qui déclenche quatre
couplets et un superbe refrain nous entraînant au cœur du crime policier… c’est-à-dire au cœur de la prétendue diffamation : coup de maître qui démontre par ailleurs l’alchimie remarquable opérée
entre les quatre membres du groupe, tout comme les deux autres excellents morceaux collectifs que sont A nous le bruit et le plus étonnant Paris nous nourrit, Paris nous affame (où le groupe se
voit épaulé pas l’ancien guitariste de Noir Désir Serge Teyssot-Gay).

Inutile de dresser une comparaison avec l’album précédent, d’en regretter des aspects ou d’en réclamer d’autres, que ce soit dans les sons comme dans l’écriture : Regain de tension est un disque
de circonstance, par lequel La Rumeur marque au fer rouge l’année 2004 de prises de position tranchées correspondant tout à fait à son époque et à son actualité. En ce sens, cet album est tout
simplement parfait.

par PJ

permalink

Origine du Groupe : France

Style : Rap Fusion , Hip Hop

Sortie : 2004

Tracklist :

01. l’encre va encore couler

02. a nous le bruit

03. ils nous aiment comme le feu

04. soldat lambda

05. p.o.r.c. (pourquoi on resterait calme)

06. inscrivez greffier

07. nom, prénom, identité

08. paris nous nourrit, paris nous affame

09. les mots qui me viennent

10. quand le diable est au piano

11. maître mot, mots du maître

12. nous sommes les premiers sur…(bonus track)

00000000000000DOWNLOAD

 

Tell a Friend

mai 26, 2010

Fineprint – Fineprint

https://i1.wp.com/www.imageyenation.com/images/blog-gallery/fineprint-fineprint(mp3).jpg

Note : +

http://fineprintmusic.com

http://www.myspace.com/fineprintmusic

Origine du Groupe : Canada

Style : Rap Fusion

Sortie : 2007

Tracklist :

1. Repeat This
2. What The
3. Wicked
4. Puerto Rico
5. Peace by piece
6. Tied Up
7. Ashby
8. For Reel
9. Raw Deal
10. Untitled

00000000000000DOWNLOAD

Gritty but fun-loving live band Rap from Canada has a name, and it’s name is Fineprint! The Toronto-based trio, comprised of Astonish, San Miguel, and Stutter, get stupid-soulful on their debut self-titled album, with live instrumentation, dirty beats, lo-fi recording techniques and witty raps. « Repeat This » gives me a sort of Madvillian type of vibe, while hearkening back to the days of Biz Markie’s most dusted joints, and the sweet Soul of Stax Records.

permalink

avril 29, 2010

Ben Sharpa – B. Sharpa

Note :

http://www.myspace.com/bensharpa

Sortie : 2009

Syle : Abstract Hp Hop , Rap Fusion

Tracklist :

1 – Epoch (ft. Tebs)
2 – Calling’ it quits (we’re here)
3 – Sick’n tired (ft. Archetypes)
4 – Off The Rails
5 – Statement (ft. Konfab)
6 – Avant garde (front line)
7 – B to the E
8 – Hegemony
9 – Ken Illworth (interlude)
10 – Chech the evidence
11 – Critical mass
12 – Genocide awards
13 – Why (ft. Wordsworth)
00000000000000DOWNLOAD

Ben Sharpa ne vous est sans doute pas inconnu si vous avez suivi l’ouverture amorcée par Jarring Effects vers l’Afrique du sud depuis 3 ans. Déjà présent sur le coffret Cape Town Beats sorti en 2007 puis au travers d’un EP vinyle – The sharpaganda theory lesson # 1- ben revient tout naturellement avec son premier album à venir le 09 novembre prochain. Sur ces 12 titres, Ben aligne avec sa verve east coast, bombes sonores sur bombes sonores, s’attaquant avec panache à toutes les sonorités actuelles. sur une ligne de basse guerrière, il confirme son assise dans un style atypique entre hip hop Us et grime anglais, avec des clins d’oeils non dissimulés à Virus Syndicate ou Roots Manuva, dynamitant même le ragga à grands coups de breaks destructurés.

Tandis que Ben brouille les pistes, ses lyrics souvent teintés de revendications – « check the evidence », «Hegemony», «genocide Howards» – nous plongent en apnée dans les ghettos d’Afrique du sud. Comme à son habitude, notre MC a su également s’entourer de producteurs renommés tels que les sud-africains Sibot (Playdoe, Real Estate Agents), D-planet (Pionneer Unit) ainsi que le beatmaker anglais Milanese. Echange de bons procédés puisque ce dernier vient de sortir un ep – lockout- sur le célèbre label de Mike Paradinas -Planet µ- sur lequel ben Sharpa a posé son flow dévastateur … avec ce premier album, Ben Sharpa représente une nouvelle génération de mc qui, à cheval sur trois continents, synthétise un hip hop cosmopolite et terriblement actuel.

permalink

avril 21, 2010

Arts The Beatdoctor – Transitions

https://i0.wp.com/image.blog.livedoor.jp/urbanmedium/imgs/f/1/f1793b4d.jpg

Note :

http://www.artsthebeatdoctor.com

http://www.myspace.com/artsthebeatdoctor

Sortie : 2007

Style : Abstract Hip Hop , Rap Fusion , Electro Jazz

Tracklist :

01. Blending Quality (3:56)
02. The Anthem ft. Pete Philly (3:04)
03. Laughs, Drinks, Jokes, Tricks (2:57)
04. Revolve ft. Esther (5:29)
05. Crazy Times ft. Skiggy Rapz (4:15)
06. Split Personality Part I ft. Sense (5:54)
07. All Of Us ft. Pete Philly (3:44)
08. Fragments (3:54)
09. Decreasing Daylight (3:38.)
10. Transitions ft. The Proov (4:32)
11. Irreversible (3:42)
12. Remember (4:57)
13. Reprise (2:21)
14. Mellow Drama (4:32)
15. The Zone ft. Pete Philly (5:58.)

00000000000000DOWNLOAD

Apres un premier EP bien accueilli en 2006 le producteur Hollandais Arts the Beatdoctor se lance dans un long format à la mesure de son inspiration. Trois ans de travail passés à revisiter sa discothèque à la recherche des samples les plus à même de traduire en musique ses sentiments les plus profonds. Mélancolique à souhait les compositions de Arts sont souvent de brillantes œuvres où alternent moments de tensions et passages plus zen. Son hip-hop instrumental lui a souvent valu des comparaisons avec DJ Shadow, DJ Krush ou RJD2. Pour les quelques passages rappés le beatdoctor a fait appel à des MC’s proches de sa vision du rap comme Pete Philly, Skiggy Rapz et The Proov.

permalink

avril 7, 2010

Jedi Mind Tricks – Visions Of Gandhi

https://i1.wp.com/cdn.pitchfork.com/media/4337-visions-of-gandhi.jpg

Note :

 

http://www.jmthiphop.com

http://www.myspace.com/jedimindtricks

 

Sortie : 2003

Style : Hip Hop , Rap

 

Tracklist :

1. Intro
2. Tibetan Black Magicians
3. Blood in Blood Out
4. Rage of Angels
5. Demonwomb Interlude
6. Animal Rap
7. Nada Cambia
8. Storm of Swords
9. Boondock Saints Interlude
10. Wolf
11. Walk With Me
12. Rise of the Machines
13. Pity of War Interlude
14. Kublai Khan
15. What’s Really Good
16. Heart of Darkness Interlude
17. Raw Is War 2003

 

DOWNLOAD1.gif

 

 

 

Bon alors pour être clair dès le départ, cet album est une véritable bombe, probablement un des meilleurs albums de hip-hop sortis cette année. Voilà comme ça pas d’ambiguité !

 

Vous me direz : « d’accord, mais c’est quoi Jedi Mind Tricks ? » Un duo producteur/MC venu tout droit de Philadelphie. Le producteur Stoupe et le MC Vinnie Paz nous proposent ici leur troisième album (après The Psycho-Social, Chemical, Biological and Electro-Magnetic Manipulation of Human sorti en 1997 et réedité en 2003 et Violent by Design sorti en 2000). Le travail de Stoupe se rapproche de celui d’un RZA par exemple.

En effet, en orfèvre du sample il utilise beaucoup sur cet album de cordes et de rhythmiques latinos (écoutez Nada Cambia, A Storm of Swords ou Kublain Khan) ce qui confère à l’album un charme particulier. Chaque morceau possède une couleur propre et chaque son vous surprendra (Blood in, Blood out ou The Wolf). Maintenant si vous ajoutez un MC fou furieux à ce producteur génial vous obtenez un cocktail des plus détonnants. Vinnie Paz se pose sur ces beats avec un flow énorme et des textes carrément hardcores (Animal Rap) aidé sur certains morceaux par quelques invités prestigieux (Kool G. Rap ou Ill Bill & Sabac Red de Non-Phixion). Un véritable bonheur pour tous les fans de hip-hop. De vrai hip-hop…

Chroniqué par Tibo

permalink