Archive for octobre 25th, 2010

octobre 25, 2010

I Monster- A Dense Swarm

https://i0.wp.com/culturopoing.com/Uploads/img3987.jpg

http://www.imonstermusic.com

http://www.myspace.com/imonsteruk

Origine du Groupe : U.K

Style : Alternative Fusion

Sortie : 2009

Le premier album du duo anglais de Sheffield I Monster, sorti en 2004, avait pour lui deux choses :

– Un nom à la con (Neveroddoreven)

– Une consistance presque incroyable dans le registre de la pop song alambiquée et triturée par différentes machines.

Une qualité qui le placait très nettement en haut du panier pop, qualité certifiée d’ailleurs par le succès (critique et commercial) de leur relecture de « Daydream », le tube sixties du groupe
Wallace Collection, chanson baptisée « Daydreaming in blue ».

5 ans donc jusqu’à la sortie de ce nouvel album du groupe, même si celui-ci n’a pas chômé entre temps participant à différents projets musicaux (musiques de spectacle etc.).

Intitulé “A Dense Swarm of Ancient Stars”, l’album s’inscrit dans la même lignée que le précédent, une électro pop de qualité partagée entre deux axes quelquefois concomitants.

D’un coté et dans une large majorité c’est un condensé éclairé de pop profondément ludique et espiègle, un côté décontracté qui n’empêche pas la qualité.

On trouve sur cet album quelques échos du premier album tels « Lust for a Vampyr », cette pop qui ne se refuse rien dans la composition ou les arrangements mais en restant toujours d’une part
dans une veine mainstream et en détournant d’autre part chaque bout de matière sonore ou chaque once de mélodie pour y rogner toute éventuelle solennité et y développer le côté pétillant et
malicieux.

« A pad is waiting » par exemple encore, cette pop du dimanche, cette pop de fortune bricolée tant bien que mal mais qui a plein de charme. Le premier single « A sucker for your sound » encore,
cette excellente pop tarabistouille chantée par une voix féminine mutine.

On a droit aussi à un superbe instrumental terriblement groovy, « Escape from New York » qui sonne comme du Death in Vegas fluo, un instrumental martial mais là encore sans une once de velléité,
tout en rondeurs et clins d’œil.

On peut aussi penser à un endroit ou deux (« She’s giving me the I » et « Goodbye sun ») au Blur dernière époque, cette pop paresseuse et lymphatique certes mais toujours inspirée dans son
méticuleux minimalisme. La voix même se rapprochant alors de celle de Damon Albarn.

Notons qu’en fin d’album trois morceaux enchainés portant le même titre (Sickly suite part 1, 2 et 3, la dernière étant un court intermède instrumental) forment une sorte de vase-clos, débutant
par une balade atypique et enjolivée par une voix féminine appliquée et fragile avant de tomber dans la marmite « Top of the pops » à sa suite dans une musique typique de ce que l’on pouvait voir
et entendre dans les années 70 à cette émission anglais culte, cette pop british de petit culs blancs tendant tant bien que mal de swinger avec nonchalance et raideur des hanches, un morceau à la
“Never let her slip away” d’Andrew Gold.

La musique d’I Monster est profondément anglaise, elle respire de tous ses pores l’Albion, sa way of life et sa science infuse de la pop. On connait les caractéristiques de l’humour anglaise, il
est soit arrogant soit débile complètement assumé. C’est ce côté brinquebalant et brinqueboulant qu’on retrouve ici par moment.

Tout d’abord via quelques intermèdes musicaux plus ou moins longs qui ont tous en commun un aspect improbable (une musique de cirque neuneu ou des bzzz d’insectes par exemple). On le trouve
ensuite dans un morceau comme « Cool coconuts », cette bossa-nova de Brighton qui laisse à imaginer quelle musique Beck aurait pu faire s’il était né en Angleterre et s’il avait la tronche de
Wayne Rooney.

On le trouv eaussi dans un « Dear John » qui nous laisse perplexe avec son improbable synthé à la Benny Hill et plus encore dans un « The best » presque terminal et orgasmique. Imaginez Benny
Bennassi salopant ‘Nightclubbin » de Iggy Pop et vous aurez là une petite idée de cette excellente chanson.

Une musique d’imbéciles heureux peut-être, de grands enfants sans doute, mais surtout une musique extrêmement talentueuse et inspirée, un grand album une fois de plus de ce duo dont on regrettera
toutefois qu’il n’offre pas cette fois un ou deux singles de la force de ceux du premier album (même si A sucker for your sound peut s’avérer addictif pour le plus grand nombre), ils risquent
ainsi d’en pâtir et cela serait fort dommage.

Qu’importe pour ce qui nous regarde en tous les cas, voilà un excellent disque de pop gouailleuse et truculente à écouter sans modération. Pas de chef d’œuvre, juste un très bon disque pour qui
aime la pop enjouée et joyeuse.

Comme le chantait d’ailleurs Eric Idle (I pour Idle Monster ?) : « Alway look of the bright side of pop (tulu, tulu tulululu) »

par Bruno Piszorowicz permalink

Tracklist :

01. The Circus Of Deaf

02. A Sucker For Your Sound

03. Goodbye Sun

04. Cool Coconuts

05. Lust For A Vampyr

06. Mr. Mallard

07. She’s Giving Me The I

08. Escape From New Yorkshire

09. Dear John

10. Inzects

11. Inzects 2 – The Mutations

12. Sickly Suite. Part One: How Are You?

13. Sickly Suite. Part Two: Out Of The Shadows

14. Sickly Suite. Part Three: Gone

15. A Pod Is Waiting

16. The Best

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 25, 2010

Sfonx – Like A Monkey

https://babylonburnradi0.files.wordpress.com/2010/10/1284488764_511gewbwvxl-_ss500_.jpg?w=300

http://www.grolektif.com

http://www.myspace.com/sfonx

Origine du Groupe : France

Style : Funk , Soul

Sortie : 2010

NEW !!! Deskstopify this music player HERE

From Official Myspace :

SFONX, c’est un groupe qui fait danser et transpirer, un concentré de groove bruyant et explosif ! A mi chemin entre rock survolté et funk psychédélique, 9 lyonnais qui n’ont pas froid aux yeux
ont inventé le Groove ‘n Roll (Groll pour les intimes). Une solide culture soul, des fulgurances de funk-rock furieux, quelques fragrances d’Afrobeat et de subtils clins d’œil au dancefloor
achèvent de donner à ce nouveau cocktail tout son arôme. Guitare, claviers, basse et batterie propulsent cet équipage infernal piloté par deux chanteurs endiablés et pimenté par une section de
cuivres délicieusement incisifs. Fort de cette formule irrésistible et imposante, SFONX donne la fièvre aux allumés du genre et le vertige aux moins avertis. Une chose est sûre, vous n’allez pas
en croire vos orteils !

Tracklist :

1. Happy People (3:43)

2. Like A Monkey (3:49)

3. Cocoon (4:23)

4. Deep Breath (4:26)

5. Everything You’ve Got (3:15)

6. Behind The Glasses (3:34)

7. Babbles Of Voices (4:06)

8. Time For Fever (4:39)

9. Nursery (4:02)

10. Speed Dating (4:59)

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 25, 2010

Incognito – Tribes, Vibes + Scribes

https://i0.wp.com/www.trip-hop.net/images/jacquettes/big/749.jpg

http://www.incognito.org.uk

http://www.myspace.com/bluey_incognito

Origine du Groupe : U.K

Style : Acid Jazz , Nu-Soul , Nu-Jazz

Sortie : 1992

NEW !!! Desktopify this player music HERE

Loved and respected throughout the industry, Incognito are a long-running institution, headed up by guitarist/keyboardist Jean Paul ‘Bluey’ Maunick. Released at the height of the Talkin’ Loud
label’s powers, this was the second release from Incognito’s second incarnation. It fully marked their transition from the very 80s jazz funk to the very 90s acid jazz.



For those with longer memories, Incognito were the sophisticated group who emerged when Light Of The World splintered in the early 80s. After a decade resting, but with Maunick writing with a
revived Incognito in mind, they were signed by DJ Gilles Peterson to his Talkin’ Loud imprint in the early 90s.
 


Tribes Vibes and Scribes built on the success of 1991’s Inside Life, which featured Jocelyn Brown’s gargantuan reading of Ronnie Laws’ classic Almost There. With American vocalist Maysa Leak now
at the helm, the album is full of hook-laden, assured soul.
 


The lead single, a cover of Stevie Wonder’s Don’t You Worry About A Thing was a bold statement, squaring up to the master’s Innervisions tour de force with aplomb. It earned them a UK Top 20
placing.



Tribes Vibes and Scribes is accomplished in both its playing and positive message. The dancefloor storm of opener Colibri its with scat vocals and soloing, never strays too far into indulgence;
there is also the urban, orchestrated soul of Change. The jazz feel of tracks like L’Arc En Ciel De Miles saw the group’s popularity in the US grow, becoming something of a staple on the
burgeoning ‘quiet storm’ radio strand.
 


Tribes Vibes and Scribes is infused with is a tremendous enthusiasm and exuberance. It is this remarkable spirit that has kept the group so popular for so long and this record sounding like it
was recorded only yesterday.

by  Daryl Easlea

permalink

 

Tracklist :

1. Colibri

2. Change

3. River In My Dreams

4. Don’t You Worry ‘Bout A Thing

5. Magnetic Ocean

6. I Love What You Do For Me

7. Closer To The Feeling

8. L’Arc En Ciel De Miles

9. Need To Know

10. Pyramids

11. Tribal Vibes

mp3

 

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>

octobre 25, 2010

Wolf Myer Orchestra – Femme Fatale

https://i2.wp.com/img.maniadb.com/images/album/385/385913_1_f.jpg

http://www.wolfmyerorchestra.com

Origine du Groupe : Austria

Style : Alternative Fusion , Nu-Jazz

Sortie : 2007

NEW !!! Desktopify this player music HERE

From Official Site :

Over 30 guest – artists helped to create a fresh and vivid album that is always aware of it´s jazzy roots but definitively goes beyond any genres thight boundaries. Hip Hop meets Soul, Funk, Pop
und Jazz in a perfect blend of analog and digital. Leading the listener into a world full of intimate thoughts and capacious moments, « Femme Fatal » rejects all daily struggle and rush.

Tracklist :

01. Soulgate (feat. Lilith) (3:37)

02. Get Up (feat. Roia) (4:24)

03. Quicksand (feat. Nika Zach) (3:46)

04. Caught (feat. Rebecca Kolland) (3:53)

05. Flowers (feat. Gabriella Hanninen) (4:01)

06. Is It Me (feat. Lilith) (4:58)

07. Silent Tango (feat. Nika Zach) (3:50)

08. Hell (feat. Gabriella Hanninen) (5:01)

09. Illusionary Waves (feat. Kristina Lindberg) (3:41)

10. Face The Future (feat. Gabriella Hanninen) (4:26)

11. Bittersweat (feat. The Dining Rooms) (3:16)

12. Funky Bastard (feat. Parov Stelar & Lilith) (5:41)

 

mp3

Tell a Friend



// <![CDATA[ aR_BgColor=""; aR_FgColor=""; aR_url=location.href; aR_title=document.title; aR_StarType ='3';document.write('

‘);document.write( »);// ]]>